Dans quelles régions de Chine est cultivé le thé ?

Dans quelles régions de Chine est cultivé le thé ?

La culture du thé chinois requiert un climat très particulier, idéalement avec une forte humidité et pas trop froid. C'est pourquoi la plupart des thés produits en Chine poussent dans le sud du pays. Là-bas, chaque région a sa propre spécialité qui est produite en fonction de l'histoire et du climat qui pourrait convenir parfaitement au thé.

La Chine est, largement devant l'Inde, le plus grand producteur de thé au monde. Elle produit une grande variété de thés, dont le vert, le blanc, le jaune, l'oolong, le noir, et le pu-erh.

La Chine produit une grande quantité de thé vert, mais n'en exporte qu'environ 20-25%, le reste étant consommé sur place. Le thé noir correspond à la majorité des exportations chinoises.

Les zones de culture du thé en Chine peuvent être divisées en quatre régions principales qui s'étendent sur une grande partie Sud du pays : de l'île de Hainan à l'extrême Sud, à la province de Shandong au nord, et du Tibet au Sud-Ouest, à Taiwan de l'autre côté du détroit.

Carte des régions productrices de thé en Chine

Xinan (西南), le Sud-Ouest de la Chine

Champs de thé dans le Yunnan

Quel meilleur point de départ que le Xinan, la plus ancienne région productrice de thé de Chine. Cette région du Sud-Ouest, qui couvre le Yunnan, le Sichuan, le Guizhou et certaines parties du sud du Tibet, est le berceau du camellia sinensis, découvert et domestiqué ici il y a 5000 ans.

L'ancienne route du thé et des chevaux traversait également cette région ; elle permettait de transporter le thé fermenté de la Chine vers le Tibet et la Birmanie en échange de vigoureux chevaux tibétains.
L'ancienne route du thé et des chevaux, mythique et périlleuse
Dès le 10e siècle, des porteurs ont gravi les lacets et franchi les plus hautes montagnes de Chine afin d'échanger du thé contre des chevaux tibétains.

Aujourd'hui, le Xinan n'est pas la région qui produit le plus de thé dans le pays, mais elle offre néanmoins de nombreux thés noirs et des thé verts réputés grâce à un climat tempéré et stable, bien que la région soit assez montagneuse.

Il est difficile de parler du Xinan sans aborder le Pu-erh, un thé fermenté et comprimé qui excite les connaisseurs par son profil imprévisible et varié qui évolue avec le temps. Le Pu'er est un thé noir (黑茶, hēichá) au sens chinois du terme, alors que les thés noirs connus en Occident sont en fait appelés thé rouge (红茶, hóngchá) en Chine.

Jiangbei (江北), le Nord du Yangtsé

Agriculteurs ramassent le thé

La plus septentrionale des régions de culture du thé en Chine, Jiangbei, doit son nom à sa position au nord du fleuve Yangtsé. Les régions du Shandong, du Gansu, du Shaanxi et du Henan, ainsi que les parties septentrionales du Jiangsu, de l'Anhui et du Hubei, sont les plus septentrionales de Chine avant que le climat ne devienne trop froid et sec pour la culture du thé.

Ces conditions ne permettent de cultiver que des variétés à petites feuilles et les thés verts prédominent ici. Mais le désavantage climatique de Jiangbei est aussi sa force. Les basses températures de la région incitent les feuilles à pousser plus lentement, développant un goût distinct et plus doux que leurs homologues du Sud et produisant certains des thés les plus anciens et les plus réputés du pays.

Jiangnan (江南), le Sud du Yangtsé

Récolte du thé dans le Zhejiang

Le Jiangnan, une région dont le nom signifie « au sud du fleuve chinois », et c'est encore de l'interminable Yangtze dont il est question. Cette région se réfère spécifiquement à son cours moyen et inférieur dans les provinces du Zhejiang, du Jiangxi et du Hunan, ainsi qu'aux parties sud du Jiangsu, du Hubei et de l'Anhui.

Le Jiangnan est la locomotive de l'industrie du thé en Chine, produisant environ deux tiers de la production totale du pays grâce à un climat agréable marqué par quatre saisons distinctes et de nombreuses précipitations.

Les températures estivales étouffantes font que les plantations de thé sont souvent situées en altitude, dans les collines et les montagnes, où les températures sont plus clémentes.

La région est connue pour ses thés verts, noirs et Oolongs exceptionnels, dont certains sont considérés comme les meilleurs de leur catégorie.

Mais ce qui distingue le Jiangnan, c'est que nombre des thés les plus prisés proviennent d'endroits vraiment spectaculaires. Le village de Qimen, d'où le Keemun noir fumé tire son nom, se trouve à l'ombre des Montagne Jaunes, tandis que le thé vert Longjing provient des collines autour du lac de l'Ouest de Hangzhou.

Huanan (华南), le Sud de la Chine

Cueillette du thé

Le sud de la Chine est chaud et humide pendant la majeure partie de l'année, ce qui rend la région du Huanan bien adaptée à la culture du thé. Le temps chaud et les précipitations dans les provinces du Guangxi, du Guangdong, du Fujian et de l'île de Hainan permettent également une période de croissance plus longue que dans d'autres parties du pays, jusqu'à dix mois par an.

La terre rouge de la région se prête à la production de variétés fortement oxydées comme le thé noir et le thé oolong, bien que l'on y produise également du thé blanc et du thé au jasmin, ce dernier étant principalement destiné aux maisons de thé pour touristes et au marché d'exportation.

Le thé chinois, la boisson la plus populaire en Chine
La Chine, berceau du thé, est le premier pays au monde où l'on plante, produit et boit du thé. Il a toujours tenu une place importante de la culture chinoise.

Si vous envisagez un jour de visiter la Chine pour découvrir le thé, vous saurez désormais où aller en fonction de ceux que vous préférez ! La meilleure période est le printemps et le début de l'été, car les températures sont douces et, bien sûr, c'est à ce moment-là que les thés de début de printemps sont commercialisés !

x
Que voulez-vous savoir sur la Chine ?