Vêtements traditionnels chinois : histoire et symbolisme

Les vêtements traditionnels chinois

L'histoire des vêtements et des costumes est l'un des aspects les plus fascinants de la culture chinoise, compte tenu qu'ils ont été façonnés et développés au gré des influences entre le monde extérieur et les traditions dynastiques propres à la Chine. Les vêtements traditionnels chinois, tels que le Hanfu, le Qipao ou le costume Tang sont ainsi devenus des signes distinctifs de la civilisation chinoise.

Chaque dynastie implantée sur un territoire, avait ses propres valeurs et normes sociales. Par conséquent, les caractéristiques esthétiques ont évolué en fonction de cet environnement (social, géographique, économique, politique).

C'est la principale raison pour laquelle les vêtements chinois traditionnels présentent une telle diversité de styles.

Dans la Chine ancienne, une personne devait porter différentes tenues en fonction de son statut familial, de son âge, de sa situation matrimoniale, de sa carrière, des saisons, des occasions spéciales et des rites. Chaque dynastie de l'histoire de la Chine avait également des styles et des normes différents en matière de motifs, de couleurs et d'accessoires.

Par conséquent, au-delà de leur valeur esthétique, les tenues traditionnelles chinoises sont également porteuses de valeurs culturelles, historiques et rituelles importantes.

Existe-t-il un style de vêtement traditionnel chinois ?

Il n'existe pas de costume traditionnel typique pour toutes les régions de Chine. Chaque région a ses propres caractéristiques, et parfois, les vêtements diffèrent complètement à travers le pays. Une autre raison de la variété des tenues chinoises est que chaque dynastie impériale en Chine a créé ou affiné les vêtements traditionnels à son propre goût.

C'est pourquoi il est difficile de généraliser l'idée de vêtements traditionnels chinois ; il en existe tellement de types différents.

Si la conception des habits traditionnels chinois est très ancienne, elle a très peu changé au cours des siècles, bien que chaque dynastie impériale ait apporté quelques nouveautés à la tenue nationale. Celles qui ont le plus influencé les costumes nationaux sont la dynastie Han, la dynastie Tang et la dynastie Qing.

De nombreuses personnes dans le monde considèrent le Hanfu (vêtement pour homme de la période de la dynastie Han) comme le costume traditionnel masculin chinois et le Qipao (vêtement pour femme de la période de la dynastie Qing) comme la tenue traditionnelle féminine de la Chine. Ces types de vêtements sont les tenues chinoises les plus célèbres dans le monde.

4 costumes traditionnels emblématiques de la culture chinoise

Le Hanfu

Le Hanfu (汉服, hànfú), dont le nom signifie littéralement « costume du peuple Han » englobe tous les types et styles de vêtements traditionnels portés par les Chinois Han.

Le Hanfu est ainsi né au début de l'histoire de l'ethnie Han, et son origine remonterait à plus de 4000 ans, à l'époque de l'Empereur Jaune, ce qui en fait le plus ancien de tous les vêtements traditionnels chinois. Indissociable de la soie, il a dominé le monde de la mode chinoise depuis la dynastie Qin (221 - 206 avant JC) jusqu'à la fin de la dynastie Ming (1368 - 1644).

Dans la Chine ancienne, le Hanfu était utilisé pour indiquer le statut social d'une personne, notamment sous la dynastie des Zhou, lorsqu'une société hiérarchique stricte a été établie. Les différences dans la longueur de la jupe ou la largeur d'une manche déterminaient ainsi le rang des personnes dans la société.

Les Hans considéraient le Hanfu comme un élément important de leur culture. Pour Confucius, il était indispensable au sein des cérémonies et des rituels chinois, et nombre de ses citations contiennent des références à cet habit traditionnel.

Le Hanfu se caractérise par un ensemble complet et raffiné de vêtements, comprenant des habits, des accessoires ou des bijoux, reflétant les rituels de la culture traditionnelle chinoise.

Le Hanfu traditionnel se présente sous la forme d'une robe longue, dont les manches longues et le col croisé (généralement le croisé gauche est au-dessus du droit) sont les deux caractéristiques les plus importantes. Une ceinture est utilisée pour fixer le vêtement autour de la taille, car le Hanfu traditionnel ne comporte pas de boutons.

Le Hanfu s'est développé au cours de différentes dynasties impériales, et chacune d'entre elles possède ses propres styles et esthétiques. Dans une certaine mesure, tous les Hanfu ont évolué et se sont influencé les uns les autres. Ils ont même influencé le kimono japonais, qui a ensuite développé ses propres caractéristiques après une longue période d'histoire.

Au 17e siècle, les Mandchous prennent le pouvoir par la force, fondent la dynastie Qing (1644 - 1911), et ce fût la fin du Hanfu, jugé trop caractéristique de l'ethnie Han. Aujourd'hui, il n'est plus considéré comme un costume national, mais il continue de survivre à travers le cinéma, les séries télé ainsi que le « Mouvement Hanfu »

Le Hanfu, le costume traditionnel des Hans
Si le Hanfu a évolué au fil des siècles et des dynasties, il est toujours considéré comme la forme plus authentique du vêtement traditionnel.

Le Qipao

Le Qipao (旗袍, qípáo), aussi connu sous le nom de Cheongsam (长衫 chángshān), est un vêtement classique traditionnellement fabriqué en soie brodée, avec un col haut et de délicats boutons en tissu sur le devant. D'origine Mandchoue, son style a évolué pendant des décennies et les Qipaos très ajustés portés aujourd'hui sont calqués sur ceux fabriqués à Shanghai dans les années 1920.

Les Mandchous portaient des robes longues et amples appelées Changpao (长袍, changpáo), avec des fentes sur les côtés, pratiques pour monter à cheval et tirer à l'arc. Tous les hommes chinois d'une certaine classe, comme les érudits et les fonctionnaires, avaient l'ordre de porter le Changpao sous peine de subir de graves conséquences.

Le Qipao que l'on connait aujourd'hui est en fait une idée très moderne, il n'est devenu populaire à Hong Kong et à Shanghai que dans les années 1920, après la chute de la dynastie Qing. Il a été créé seulement après que les concepts occidentaux se soient infiltrés en Chine, mêlant les deux cultures en une seule robe unique.

Le Qipao combine l'élégance élaborée de la tradition chinoise avec des éléments de style uniques : un col haut, une fermeture asymétrique, une taille ajustée et des fentes latérales.

Cette tenue traditionnelle chinoise incarne la modestie, la douceur et la beauté d'une femme. Initialement conçue pour les femmes de la classe supérieure, elle met en valeur la douceur naturelle des formes féminines, et crée également l'illusion de jambes longues et fines.

Le Qipao est connu dans le monde entier et a inspiré de nombreuses adaptations étrangères en raison de ses lignes simples mais exotiques. Il est populaire, car il s'adapte bien à la silhouette de la femme chinoise, a des lignes simples et élégantes. Il peut être porté toute l'année, tant par les jeunes filles que par les personnes âgées.

Il est populairement porté en Chine comme robe de mariage, traditionnellement en rouge, et généralement brodé de motifs couleur or ou argent.

Le Qipao, bien plus qu'une robe chinoise sexy
Le Qipao (旗袍, qípáo), également connu sous le nom cantonais de Cheongsam (长衫, chángshān), est un vêtement traditionnel chinois fabriqué en soie brodée, avec un col haut et de délicats boutons en tissu sur le devant. Souvent présenté comme le summum de la mode chinoise à travers la publicité ou le cinéma, il existe en revanche de nombreuses fausses idées et de nombreux mythes sur le Qipao.
Souvent présenté comme la quintessence de la mode chinoise, il existe en revanche de nombreuses fausses idées et de nombreux mythes sur le Qipao.
Quelle différence entre les robes Qipao et Cheongsam ?
En faisant une recherche sur l'un des termes, avez obtenu des photos qui ressemblent à ce que vous cherchiez, mais une recherche sur l'autre aussi. Alors ?
Comment le Qipao est devenu le symbole de l'élégance chinoise
Dans un contexte de bouleversements politiques et sociaux en Chine, l'histoire du Qipao reflète l'émancipation de la femme chinoise moderne au 20e siècle.
Quels sont les éléments distinctifs d'une robe Qipao ?
Le Qipao est composé de parties caractéristiques allant tissu à la coupe, en passant par la hauteur du col, la largeur des bordures, le style de fermeture, etc.
Porter un Qipao : appréciation ou appropriation culturelle ?
Essentiellement, la question est de savoir ce qui constitue une appréciation par rapport à une appropriation culturelle, et où la différence se fait-elle.

Le costume Tang

Le costume Tang (唐装, tángzhuāng), contrairement à ce que son nom suggère, n'est pas né sous la dynastie chinoise des Tang, mais son nom célèbre cet âge d'or de l'histoire chinoise. Il tire son origine d'un uniforme traditionnel de cavalier mandchou de la dynastie Qing. Aujourd'hui, c'est l'un des principaux vêtements formels portés par les Chinois en diverses occasions, notamment durant le nouvel an chinois ou pour exprimer leur identité culturelle.

Le costume Tang fait généralement référence à un type de veste, ce qui lui donne un aspect simple mais respectable. C'est probablement la raison pour laquelle elle a rapidement gagné en popularité parmi les hommes chinois au milieu du 20e siècle.

Son style de base comprend un « col mao », une ouverture sur le devant et des boutons chinois noués. Des épaulettes sont insérées pour un meilleur ajustement. Avec sa grande variété de styles, de couleurs et de matériaux, la veste Tang est de plus en plus populaire parmi les Chinois.

Moins compliquée que le Hanfu, la veste Tang est plus pratique à enfiler. Elle ressemble à une veste classique, mais avec des éléments traditionnels chinois.

Bien que la Chine soit progressivement devenue un pays ouvert depuis 1980 grâce à la réforme économique chinoise, et que le Zhongshanzhuang ait été remplacé par des vêtements plus modernes, les dirigeants chinois le portent encore aujourd'hui lorsqu'ils assistent à des événements importants.

Le port de vêtements traditionnels est également en vogue en Chine depuis la tenue de l'APEC à Shanghai en octobre 2001 ; les 20 dirigeants participants portaient tous des vestes traditionnelles chinoises bleu roi, écarlate ou olive.

En fait, si la veste Tang est revenue à la mode ces dernières années, c'est que le sommet de Shanghai a servi de stimulant pour renforcer sa popularité. Le mariage traditionnel chinois est de plus en plus populaire parmi les jeunes couples, et beaucoup de gens aiment se marier dans le costume Tang.

Le costume Tang est également appelé « veste de kung-fu », peut-être parce que Bruce Lee et l'engouement pour le Kung-fu qu'il a suscité étaient si populaires dans la société occidentale, que le vêtement qu'il portait ont reçu ce nom évocateur. D'ailleurs, la tunique que portent ceux qui pratiquent le Tai-Chi est inspirée du Tangzhuang.

Le costume Mao

Le costume Mao (中山装, zhōngshānzhuāng), également appelé « costume Zhongshan », d'après le nom de Sun Yat-Sen qui l'a introduit peu après la fondation de la République de Chine. Comme Mao Zedong lui-même le portait très fréquemment, le costume Zhongshan est devenu, pour les occidentaux, le costume Mao.

Sun Yat-sen, considéré par beaucoup comme le père de la Chine moderne, voulait créer une tenue nationale. Le costume Zhongshan était une tentative de répondre aux sensibilités modernes sans adopter complètement les styles occidentaux. Au lieu des trois poches cachées des costumes occidentaux, ce costume Zhongshan avait quatre poches extérieures pour respecter les concepts chinois d'équilibre et de symétrie. Au fil du temps, des changements stylistiques mineurs sont apparus.

Le costume Mao comprend un pantalon ample, une veste boutonnée comportant quatre poches et un col retourné. C'est essentiellement un habit pour les hommes.

Dans les années 1920, les fonctionnaires du gouvernement chinois étaient tenus de porter le costume Zhongshan. Après l'établissement de la République populaire de Chine, le costume est devenu un symbole de l'unité prolétarienne et a été régulièrement porté par les cadres du Parti communiste.

À partir des années 1990, de plus en plus d'hommes politiques chinois ont commencé à porter des costumes traditionnels de style occidental avec des cravates. Il est encore parfois porté par les dirigeants chinois lors d'importantes cérémonies et fonctions d'État

Les costumes colorés des minorités ethniques

La Chine est un pays où plusieurs ethnies cohabitent et forment la nation chinoise. Si plus de 90% de la population chinoise est de l'ethnie Han, il y a également 55 groupes ethniques minoritaires en Chine, dont certains ont des caractéristiques uniques dans leurs coutumes, leurs traditions et leur langue.

Certaines minorités n'ont pas vraiment de signes distinctifs dans leurs tenues, d'autres sont connues pour être très colorés et extrêmement raffinés.

Vêtements traditionnels des minorités Bai et Hani

Les costumes des minorités ethniques varient grandement selon les nationalités et les différentes branches et régions d'un même groupe ethnique. La différence peut être observée d'une province à l'autre, d'un comté à l'autre, et même d'un village à l'autre. Le costume est le symbole le plus évident d'un groupe ethnique, et dans l'histoire, de nombreux groupes ethniques ont été nommés uniquement en fonction de leurs vêtements.

Principales caractéristiques des vêtements traditionnels chinois

La coupe des vêtements chinois est plutôt sobre et élégante, mais il existe de nombreuses décorations délicates qui embellissent la tenue. La plupart des vêtements traditionnels de Chine sont fabriqués en soie. Ils sont décorés de broderies, de motifs sur le tissu, de décorations et de fermetures sophistiquées.

  • Les costumes traditionnels chinois ont une coupe simple mais élégante. Les robes des femmes s'adaptent parfaitement au corps, mais parviennent à paraître sobres en même temps. Les tenues des hommes sont plus amples, ressemblant généralement à une robe, ce qui leur donne une allure plutôt sophistiqué et noble ;
  • Les couleurs des vêtements traditionnels chinois sont généralement foncées ou rouge vif. Les vêtements de couleur sombre ont été utilisés à des fins cérémonielles à toutes les époques. Tandis que les vêtements de couleur rouge étaient (et sont encore aujourd'hui) portés pour les cérémonies de mariage. Les vêtements de couleur claire étaient utilisés par les gens ordinaires dans la vie de tous les jours. La couleur des costumes traditionnels chinois peut aussi bien indiquer une certaine saison : le noir est pour l'hiver, le vert pour le printemps, le rouge pour l'été et le blanc pour l'automne ;
  • Les costumes traditionnels chinois sont principalement ornés de broderies sur le tissu plutôt que par des bijoux. Il y a très peu de métal ou autres éléments décoratifs précieux.

Des accessoires pour compléter les tenues traditionnelles

Dans la culture chinoise, les accessoires sont un langage de la beauté. Ils sont une extension de l'expression vestimentaire. Avec des accessoires, une tenue devient rapidement plus attrayante.

Les ombrelles

Les ombrelles chinoises occupent une place importante dans la culture chinoise et possèdent une longue et riche histoire. Celles en soie étaient considérées comme de véritables œuvres d'art, ornées de divers motifs représentant la nature, des écritures, des dragons et d'autres animaux.

À l'origine, outre leur fonction de se protéger du soleil, les ombrelles chinoises étaient considérées comme un symbole de pouvoir et de prestige, et cela se mesurait à leur taille. Plus l'ombrelle était grande, plus il fallait de personnes pour la porter, et donc plus une personne était considérée comme puissante.

Les ombrelles dans la Chine ancienne étaient porteuses de nombreux symboles à travers les différentes dynasties. Les membres de l'aristocratie chinoise ne portaient que des parapluies jaunes ou rouges, tandis que le reste de la population utilisait des parapluies de couleur bleue.

En outre, comme leur fabrication était initialement coûteuse et que seule la classe supérieure pouvait se les offrir, elles étaient considérées comme un symbole de richesse et de pouvoir.

L'ombrelle chinoise, l'accessoire qui influença le parapluie
En Chine, elle a une valeur hautement symbolique, et à ce titre elle a occupé une place importante tout au long de l'histoire chinoise.

Les éventails

Les éventails sont l'un des accessoires les plus courants que l'on associe avec des vêtements traditionnels, surtout pour faire de belles photos. Ils ont environ trois mille ans d'histoire en Chine. Après des milliers d'années d'évolution et d'amélioration, ils se sont développés en des centaines de modèles.

La culture chinoise des éventails a des connotations culturelles profondes, et la Chine a toujours été connue comme le berceau de leur fabrication. Les dynasties Ming et Qing sont la période de pointe du développement des éventails. Il n'est pas surprenant que toutes sortes de matériaux précieux soient utilisés pour la fabrication des éventails. La relation entre les éventails et le hanfu est également très étroite.

L'éventail chinois, ancien symbole des lettrés et du statut social
De la famille royale aux nobles en passant par les roturiers les plus pauvres, les éventails chinois ont joué un rôle important dans la Chine et son histoire.

Le maquillage

Les femmes chinoises ont une longue histoire avec le maquillage, qui remonte aux temps anciens. En Chine, un vieux dicton dit que l'amour de la beauté est commun à tous les êtres humains. Les femmes chinoises de l'Antiquité cherchaient à trouver de belles choses qui les rendaient plus jolies ; l'amour des cosmétiques, des parfums et des vêtements était partout.

Les anciens ont une longue histoire de maquillage. Le Huadian (花钿, huādiàn), est une forme de maquillage traditionnel chinois, très populaire parmi les femmes des dynasties Tang et Song. De nos jours, le Huadian est souvent combiné avec le port du Hanfu.

x
Que voulez-vous savoir sur la Chine ?