La langue chinoise, entre mythes et réalités

La langue chinoise, entre mythes et réalités

Peu de choses dans la culture chinoise sont aussi largement mal comprises en dehors de la Chine que la langue chinoise. Les Chinois écrivent très différemment de nous et même de toutes les autres sociétés alphabétisées du monde d'aujourd'hui, à l'exception du Japon et de la Corée qui continuent d'utiliser partiellement l'écriture empruntée à la Chine il y a longtemps.

La langue chinoise appartient au groupe linguistique sino-tibétain. C'est la plus ancienne langue écrite au monde avec au moins 6000 ans d'histoire. Des inscriptions de caractères chinois ont été trouvées sur des carapaces de tortues datant de la dynastie Shang (1766-1123 avant JC), prouvant que la langue écrite existe depuis plus de 3000 ans.

La langue écrite chinoise utilise des symboles ou caractères distinctifs uniques pour représenter chaque mot du vocabulaire. La grande majorité des caractères sont issus de pictogrammes, une version imagée de sons parlés qui ont un sens, et il faut être capable d'en reconnaître 2000 à 3000 caractères pour lire un journal. Bien que le système écrit ait été modifié au fil du temps en raison de révolutions et de changements politiques, les principes de la langue ainsi que les symboles et les caractères sont restés fondamentalement les mêmes.

Pourquoi le chinois est une langue si très particulière ?

La langue tient toujours une place importante dans un pays. Mais en Chine, elle tient une place à part, notamment parce que la langue écrite et la langue parlée sont deux choses très différentes.

Cela peut sembler difficile à comprendre, mais pourtant, en français, les mots écrits ne sont qu'un support pour les mots parlés. Or, le chinois écrit n'a absolument aucun lien avec la langue parlée.

Si un Chinois ne connait pas un caractère, il ne saura pas (ou aura du mal) à le prononcer, car la langue chinoise n'est pas phonétique.

Le chinois ne peut également pas être considérée comme une langue au même titre que le français, car il englobe nombreux dialectes. Le cantonais, par exemple, est un dialecte du chinois. Durant toute l'histoire de la Chine, des dialectes (et des systèmes d'écriture) différents étaient utilisés dans différentes parties du pays.

C'est sous la brève dynastie Qin que l'Empereur Qin Shǐhuáng (秦始皇) instaura que toutes les langues soient transcrites dans le même système d'écriture (tout en conservant les différentes versions orales). Cela permettait notamment de mieux faire circuler les informations officielles.

Cette standardisation eu un effet unificateur sur la culture chinoise pendant des milliers d'années, et elle est considéré comme une réalisation importante sous la dynastie Qin.

caractère chinois, pinceau, encrier
C'est sous la dynastie Qin que les différentes versions écrites de la langue chinoise ont été unifiées et standardisées.

Refléter la parole est une chose naturelle pour un alphabet, mais le chinois n'est pas alphabétique. Même si deux locuteurs de langues chinoises différentes (de dialectes différents) ne peuvent pas se comprendre, ils peuvent s'écrire et ainsi se comprendre. La façon dont ils liront à haute voix ce qu'ils ont écrit différera presque complètement, mais le sens de ce qui a été écrit sera identiquement clair pour chacun.

Pour que les personnes puissent mieux se comprendre et communiquer entre elles, une langue standard et officielle a été créée sur la base du dialecte de Pékin. On l'appelle le chinois mandarin (普通话 pǔtōng huà), qui signifie littéralement « langue commune ».

En revanche, selon la constitution chinoise, toutes les nationalités ont la liberté d'utiliser et de développer leurs propres langues parlées et écrites. En conséquence, la plupart des écoles préliminaires et secondaires des zones ethniques minoritaires de Chine pratiquent un enseignement bilingue en chinois mandarin et dans leurs langues. La première pour la communication publique au-delà des frontières ethniques et la seconde pour les activités régionales et communautaires.

Le chinois écrit reflète le vocabulaire et la grammaire de la langue orale chinoise la plus largement utilisée. Les locuteurs des langues chinoises non standard prononcent souvent les mots à leur manière locale, lorsqu'ils apprennent à lire et à écrire. La langue écrite de la Chine est ainsi uniforme malgré la diversité linguistique réelle de la Chine.

Apprendre le chinois en 2022, le guide complet pour bien débuter
Vous avez toujours voulu apprendre le chinois ? Ou vous avez commencé à l'apprendre mais vous vous êtes heurté à un mur ? Alors cet article est pour vous !

Les chinois écrivent-ils avec des « images » ?

En raison de la différence radicale évidente entre la façon dont les Chinois écrivent et la façon dont nous écrivons, de nombreux mythes ont grandi, non seulement autour du système d'écriture chinois, mais aussi autour de sa langue dans son ensemble.

Il est notamment courant d'entendre que les caractères chinois sont une représentation concrète d'un objet. Cela était le cas lors des premiers écrits, mais aujourd'hui cette affirmation est devenue complètement fausse.

caractère chinois, feu, arbre, montagne

Lorsque l'on regarde certains caractères, il est encore possible d'y voir une représentation plus ou moins réaliste d'un objet. C'est par exemple le cas de la montagne, de l'eau, du feu, d'un arbre. On parle alors de pictogrammes et ils restent très minoritaires dans la langue écrite chinoise (moins de 10%). De plus, leur dessin a largement évolué au fil des siècles, devenant de plus en plus abstraits.

Le problème auquel se sont confrontés les premiers érudits, est qu'il n'est pas toujours facile de « trouver une image » pour évoquer quelque chose, par exemple un verbe ou un sentiment. C'est ainsi que la représentation de la plupart des caractères ne représente plus vraiment rien de concret.

En effet, les tracés plus ou moins réalistes ont progressivement été simplifiés pour devenir plus abstraits, afin de pouvoir les écrire plus rapidement. Ils sont également été standardisés (car à une époque plusieurs versions pouvaient coexister).

Pourquoi et comment le Pinyin, l'alphabet chinois, a-t-il été inventé ?
Dans la langue chinoise chaque caractère forme un mot. Pour faciliter leur apprentissage, un alphabet phonétique a été créé : le Pinyin.

Chaque mot chinois est représenté par un seul caractère ?

Voilà encore une idée fausse. Beaucoup croient que le chinois est une langue monosyllabique, c'est-à-dire que chaque mot n'est composé que d'une seule syllabe. C'est complètement faux. Imaginez le nombre de caractères qu'il faudrait pour s'exprimer !

Très peu de mots sont représentés par un seul caractère, et la plupart en comportent deux. Et même lorsqu'un objet pourrait être écrit avec un seul caractère, un second est souvent rajouté. Par exemple le mot « chaise » s'écrit 椅子 (yǐzi) alors que 椅 signifie déjà chaise. Pourquoi rajouter 子 après ? Pour signifier que l'on parle d'un objet, et cela permet entre autre de renforcer le caractère précédent et d'éviter la confusion avec des homophones. En effet, il existe plusieurs caractères qui se prononcent « yǐ » et à l'oral il est donc pertinent de rajouter un caractère signifiant que l'on parle d'un objet.

La plupart des mots sont en fait composés de 2 caractères qui ont une chacun signification propre, mais qui une fois mis ensemble en ont une autre.

Par exemple 火 (huǒ) signifie « feu » et 山 (shān) signifie « montagne ». Les deux caractères 火山 (huǒshān) est alors une « montagne de feu » soit un volcan. De même 花 (huāhuǒ) signifie la « fleur » et 花火 (huāhuǒ) une « feu de fleurs », soit un feu d'artifice. L'ordre a également une importance car 火花 est une « fleur de feu », soit une étincelle;

Si pour ces exemples, il est assez facile de déduire la signification d'un groupe de caractères, ce n'est pas toujours aussi évident. Ainsi, 明 (míng) signifie « clair, lumineux » et 白 (bái) signifie « blanc, pur ». Ensemble, 明白 signifie « comprendre clairement ». D'ailleurs 明 (míng) ne peut jamais être utilisé seul, et 白 (bái) signifie quelque chose de différent lorsqu'il est utilisé seul.

Comment les chinois écrivent les mots de l'époque moderne ?

La langue écrite chinoise comporte un nombre limité de caractères qui ne représentent que des objets et des idées très basiques. De plus, presque tous ces caractères ont été conçus il y a des milliers d'années. Et il y a des milliers d'années, ils n'avaient pas de réfrigérateurs, de trains, ni de téléphone.

Il y a une chose étonnante avec la langue chinoise, c'est qu'elle a du traverser les âges, s'adapter aux découvertes et aux inventions, sans pour autant avoir besoin créer de nouveaux mots.

Ainsi, à un moment donné, les Chinois ont eu besoin d'un moyen pour écrire ces mots nouveaux en utilisant des caractères datant d'une autre époque. Comment font-ils ? Ils combinent simplement plusieurs caractères qui décrivent en quelque sorte cet objet.

Prenez par exemple le mot de train. Les Chinois prennent simplement le caractère pour feu 火 (huǒ) et le mot pour véhicule 车 (chē) et les assemblent, ce qui donne le « véhicule de feu ». On imagine la référence aux premiers trains à vapeur qui fonctionnaient en brûlant du charbon.

Le caractère 电 (diàn) est fréquent dans les mots de l'ère moderne. A l'origine il signifiait plus généralement « un éclair » et aujourd'hui son sens le plus courant est « électricité ». Ainsi, il permet de former les mots 电话 (diànhuà), littéralement « parler avec l'électricité », soit le téléphone. Un autre exemple : 脑 (nǎo) est le « cerveau » et 电脑 (diànnǎo) le « cerveau électrique » soit l'ordinateur.

A une certaine époque il a également été nécessaire de faire référence à des mots d'origine étrangère, notamment le nom des pays. Par exemple la France se dit fàguó (法国). Le caractère 国 (guó) est celui pour dire pays, que l'on retrouve d'ailleurs dans 中国 (zhōngguó), litérallement « le pays du milieu », et c'est comme cela que les Chinois appellent leur pays.

Pour en revenir à la France, fàguó (法国), le caractère 法 (fà) a le sens de « loi ». La France serait le pays des lois ? Pas vraiment, l'explication est ailleurs.

Beaucoup de mots en chinois sont écrits avec des caractères utilisés pour leur prononciation et non pas forcément pour leur sens ; c'est très souvent le cas pour les mots d'origine étrangère.

Si la France s'appelle fàguó en chinois, c'est parce que la prononciation de ces deux mots est « relativement » proche.

De même, les Etats-Unis se disent měiguó (美国). Si 美 signifie beau, il faut plutôt chercher l'explication avec une prononciation qui se rapproche de « Amérique ». Pour les pays, 国 (guó) n'apparait pas forcément. Par exemple le Canada se dit jiānádà (加拿大).

Et c'est la même chose pour des noms de produits ou de marque : Coca-Cola se dit kěkǒukělè (可口可乐).

Il n'y a pas de grammaire en chinois ?

C'est un mythe que l'on entend souvent sur la langue chinoise, surtout pour ceux qui font une comparaison binaire et simpliste avec le français. Pourtant, il est peu probable que la civilisation chinoise ait survécu des millénaires, sans avoir le possibilité d'exprimer clairement les choses.

En chinois, il n'y a pas de conjugaison des verbes, il n'y pas de masculin et féminin, il n'y a pas de singulier et de pluriel. Mais ce n'est pas pour autant qu'il n'y a pas de notions de passé, présent, futur. C'est juste différent, parfois plus simple, mais pas toujours.

Les verbes ne se conjuguent pas, car il suffit de rajouter un indicateur de temps (hier, ce matin, demain) pour indiquer clairement quand se passe l'action. Les pronoms personnels suffisent également à préciser qui fait l'action. Ainsi, pour dire « je mange » en chinois, on dit simplement wǒ chī (我吃), soit « moi manger ». Pour dire « hier j'ai mangé », on dira zuótiān wǒ chī le (昨天我吃了), soit « hier moi manger », avec la particule 了 (le) servant à indiquer que l'action est passée.

La grammaire chinoise est ainsi complètement différente de celle du français, et elle utilise beaucoup de « tournures de phrases » pour donner un sens particulier à ce que l'on veut dire. La langue chinoise est pleine de subtilités.

La plupart des malentendus proviennent d'une compréhension inadéquate de la part des non-Chinois qui tentent d'analyser le chinois, ainsi que d'une partie des locuteurs Chinois qui ne comprennent pas suffisamment les langues occidentales.

A cause de leur langue, les Chinois pensent différemment ?

Un autre grand mythe est celui qui soutient que, parce que la langue chinoise est structurée différemment de la nôtre, les Chinois pensent nécessairement différemment des Occidentaux. Certes, nos pensées individuelles et le langage spécifique dans lequel nous les exprimons sont inséparables. Mais cela ne signifie pas que ce que nous disons dans notre propre langue peut ne pas avoir d'équivalents directs dans une autre langue.

Il existe cependant une relation entre la pensée et le langage qui n'est pas un mythe. Cette relation est illustrée en chinois par la tendance du chinois ordinaire à sous-estimer ou à transmettre indirectement un sens. Par exemple, les Chinois sont beaucoup plus subtiles quand ils veulent dire quelque chose. Ils décrivent fréquemment des situations par des allusions ou des euphémisme ou encore par un double négatif, afin de ne pas faire perdre la face à l'autre.

Un refus ou une critique ne sera pas formulée directement mais peut prendre la forme de « peut-être mais ce n'est pas très pratique » ou encore « le moment n'est peut-être pas venu ».

Les malentendus liés à la langue proviennent le plus souvent d'une perception erronée de la culture chinoise ou de lacunes linguistique, et non des structures différentes des deux langues. Les pays occidentaux devraient comprendre que le chinois est l'une des langues les plus importantes du monde, et devraient prendre des dispositions pour la formation d'un nombre suffisant de personnes à la maitrise de cette langue.

Nous n'aurons alors guère de problèmes liés à la singularité et à la façon dont les Chinois parlent et écrivent. Mais en poursuivant notre ignorance historique de la culture et de la langue chinoises, nous nous condamnons à toujours avoir des relations très conflictuelles.

x
Que voulez-vous savoir sur la Chine ?