Les Qing, dernière dynastie chinoise et fin du système impérial

Les Qing, dernière dynastie chinoise et fin du système impérial

La dernière des dynasties impériales chinoises, était ethniquement mandchoue, contrairement à la grande majorité de la population du pays qui était Han. Cette dynastie a émergé en Mandchourie, dans le nord de la Chine, en 1616 sous la direction de Nurhaci du clan Aisin Gioro. Il a rebaptisé son peuple les Mandchous et a pris le contrôle de Pékin en 1644 avec la chute de la dynastie Ming.

La dynastie Qing était au centre de l'histoire et du leadership de l'Asie de l'Est et du Sud-Est pendant son règne, qui a débuté lorsque les clans mandchous ont vaincu le dernier des dirigeants Ming et ont revendiqué le contrôle de la Chine impériale. Prolongeant la vaste histoire du règne impérial de la Chine, les militaires Qing ont dominé l'Asie de l'Est après avoir finalement réussi à unifier tout le pays sous le règne des Qing en 1683.

Pendant une grande partie de cette période, la Chine était une superpuissance dans la région, la Corée, le Vietnam et le Japon essayant en vain d'établir le pouvoir au début du règne des Qing. Cependant, avec l'invasion de l'Angleterre et de la France au début du 19 siècle, la dynastie Qing a dû commencer à renforcer ses frontières et à défendre sa puissance de plusieurs côtés.

Les guerres de l'opium ont également dévasté une grande partie de la puissance militaire de la Chine Qing. Les Qing ont d'abord perdus 18,000 soldats et céder 5 ports à la puissance Britannique, et ont ensuite accordé des droits extraterritoriaux à la France et à la Grande-Bretagne, faisant plus de 30,000 victimes parmi les Qing. Cette période également connue connue comme le siècle d'humiliation.

N'étant plus seuls en Orient, la dynastie Qing et le contrôle impérial en Chine touchaient à leur fin.

Chute de la dynastie Ming et prise de pouvoir des Qing

Ironiquement, c'est un général Ming qui a formé une alliance avec l'armée mandchoue. Il voulait de l'aide évincer une révolte de paysans rebelles qui avaient fait irruption à Pékin et essayaient de mettre en place une nouvelle dynastie conformément à la tradition du Mandat du Ciel.

Après avoir atteint Pékin et expulsé l'armée paysanne chinoise Han, les dirigeants mandchous décidèrent de rester et de créer leur propre dynastie plutôt que de restaurer les Ming.

La dynastie Qing a assimilé certaines idées des Han, comme l'utilisation du système d'examen de la fonction publique pour promouvoir des bureaucrates compétents. Ils ont également imposé aux Chinois certaines traditions mandchoues, comme l'obligation pour les hommes de porter leurs cheveux en longue tresse.

Cependant, les dirigeants mandchous se tenaient à l'écart du reste du peuple à bien des égards. Ils ne se sont jamais mariés avec des femmes Han, et les femmes nobles mandchoues ne se bandaient pas les pieds.

A son apogée, la Chine des Qing régnait sur 13 millions de kilomètres carrés

La dynastie Qing a continué à étendre les territoires de son empire jusqu'à ce qu'il atteigne sa plus grande étendue sous le règne de l'empereur Qianlong qui a mené les Dix Grandes Campagnes pendant environ 40 ans.

À cette époque, la Chine avait atteint le sommet de sa puissance et de sa prospérité. L'empire s'étendait sur plus de 13 millions de kilomètres carrés, de l'actuelle Chine du Nord-Est, de la Mongolie intérieure, de la Mongolie extérieure, du Xinjiang et du Tibet.

Un empire fermé sur le monde extérieur

Même Chine impériale échangeait des tributs des États voisins, permettant l'expansion du commerce et de nombreux échanges culturels, elle n'en menait pas moins une politique de contacts limités avec les étrangers. C'était un pays très conservateur, avec une société très traditionnelle dominée par des idées confucéennes en matière de gestion politique, sociale et économique.

L'empire est initialement favorable aux contacts avec l'étranger, accueillant notamment des missionnaires jésuite qui occupent des fonctions importantes de conseillers. Mais les navires étrangers ne sont autorisés à pratiquer le commerce avec la Chine que via le comptoir de Macao.

En 1757, l'empereur Qing a imposé que le commerce avec l'étranger ne se fasse que par le port de Canton, et par l'intermédiaire de négociants chinois agréés, une guilde appelée Co-Hong. Cette mesure a eu pour effet de restreindre le commerce extérieur et de le soumettre à des réglementations imposées par le gouvernement chinois.

Quand l'occident affronte les Qing

L'occident devenait de plus en plus friand de produits chinois tels que le thé, la soie ou la céramique, créant un important déséquilibre commercial en faveur de la Chine face à la Grande Bretagne. À partir des années 1830, les commerçants européens firent pression sur leurs gouvernements pour obtenir un relâchement des restrictions draconiennes posées aux échanges avec la Chine.

La seule exportation que les Occidentaux arrivèrent à imposer en Chine était l'opium en contrebande, ce que les Qing n'ont pas réussi à empêcher.

La Chine a perdu les deux guerres de l'opium au milieu du 19e siècle, la première avec la Grande-Bretagne et la seconde avec la Grande-Bretagne et la France, et a dû faire des concessions humiliantes aux Britanniques.

Au fur et à mesure que le siècle avançait et que la Chine de Qing s'affaiblissait, d'autres pays, dont la France, l'Allemagne, les États-Unis, la Russie et même le Japon, et diplomatique.

Les puissances étrangères ont fait des demandes croissantes d'accès commercial et ont mis la main sur des territoires. Les Qing ont dû essayer désespérément de maintenir leur pouvoir.

Pour faciliter un peu la tâche de l'empereur, un groupe de paysans chinois a organisé la Révolte des Boxers contre les puissances étrangères en 1900. Cette rebellion s'est d'abord opposée à la famille régnante mais l'impératrice douairière Cixi a finalement réussi à convaincre les dirigeants boxeurs de s'allier au régime contre les étrangers, mais une fois de plus, la Chine a subi une défaite humiliante.

Cixi, l'impératrice douairière de la dynastie Qing
De belle concubine impériale à la plus puissante souveraine de l'Empire Qing, Cixia été une abile politicienne à la tête du pouvoir pendant près de 50 ans.

La défaite de la rébellion des Boxers a sonné le glas de la dynastie Qing. Elle a boité jusqu'en 1911, lorsque le dernier empereur, l'enfant souverain Puyi, a été déposé.

Pendant les années 1911 à 1912, la famille royale s'est accrochée désespérément au pouvoir, en nommant un enfant de 6 ans comme dernier empereur de la Chine. La chute de la dynastie Qing en 1912 a marqué la fin de cette histoire et le début d'une nouvelle avec la victoire des communistes en 1949.

Les réalisations de la dynastie des Qing ont été considérables

L'héritage le plus important a certainement été de jeter les bases de la Chine moderne elle-même. Lorsque la dynastie est arrivée au pouvoir en 1644, il s'agissait d'un groupe relativement peu important originaire de Mandchourie, dans le nord-est. Au moment de l'abolition du gouvernement impérial en 1911, la Chine était devenue une nation vaste, unifiée et multiculturelle.

Beaucoup de gens considèrent comme le « style chinois ancien » provient en réalité des Qing. La robe de qipao, par exemple, était une mode mandchoue qui a été rendue sexy dans les années 1920. La coiffure de queue iconique - dans laquelle les cheveux sur le dessus de la tête sont rasés, et le dos est long et tressé - était également Qing. Lorsque la dynastie a été renversée, il y a même eu une campagne pour débarrasser le pays de cette coiffure. Des affiches ont été érigées avec l'avertissement Donnez-nous votre queue ou donnez-nous votre tête.

Pourquoi les chinois portaient une longue tresse ?
Les coiffures ont souvent une profonde signification historique. Les longs cheveux tressés en natte raconte l'histoire de la vie des Chinois sous la dynastie Qing.

En raison de sa longueur et de sa proximité temporelle avec aujourd'hui, les Qing sont visibles dans toute la Chine sous forme d'architecture, d'artefacts et d'art. Bien sûr, l'un des meilleurs endroits pour découvrir les Qing est à Pékin, la capitale de la dynastie et de la République populaire de Chine. Le tristement célèbre bateau en marbre blanc du Palais d'été de Pékin, par exemple, a été construit sous le commandement de l'empereur Qianlong, grâce à des fonds destinés à l'expansion navale.

x
Que voulez-vous savoir sur la Chine ?