Puyi, l'incroyable histoire du dernier empereur de Chine

Puyi, l'incroyable histoire du dernier empereur de Chine

Puyi (1906 - 1967) a été le dernier empereur de la dynastie Qing et de l'histoire de la Chine. De monarque en herbe à un empereur fantoche, prisonnier, puis un simple civil, il a été témoin de nombreux aspects de l'histoire moderne de la Chine.

Aisin-Gioro Puyi est née le 7 février 1906 à Pékin. Il a vécu la chute de son empire, la seconde guerre sino-japonaise et la seconde guerre mondiale, la guerre civile chinoise et la fondation de la République populaire de Chine. Né d'une vie de privilèges inimaginables, il est mort en tant qu'humble assistant jardinier.

Les débuts de la vie du dernier empereur

L'impératrice douairière Cixi, la personne la plus puissante de la fin de la dynastie Qing, était mécontente de la politique de réforme de l'actuel empereur Guangxu. Et il était toujours sans enfant à 30 ans.

C'est pourquoi Cixi a enlevé Puyi âgé de 2 ans et 10 mois et neveu de l'empereur Guangxu, à ses parents biologiques et l'a nommé héritier de l'empire Qing.

L'empereur du Guangxu, mourut d'un empoisonnement à l'arsenic le 14 novembre 1908, et Cixi mourut le lendemain.

Le 2 décembre 1908, Puyi fut officiellement intronisé comme empereur Xuantong, mais ne savant pas ce qui se passait, il a pleuré pendant une grande partie de la cérémonie.

L'enfant empereur passa les années suivantes dans la Cité interdite. Il n'a pas vraiment régné sur la Chine car un régent régnait pour lui, mais il a été traité comme un empereur. Les serviteurs se prosternaient devant lui partout où il allait et obéissaient à tous ses ordres.

A cette époque, la domination de l'Empire Qing était sur le déclin. Des forces rebelles, allant des paysans aux intellectuels apparaissent dans de nombreux endroits en Chine.

Une vie sans reigne dans la Cité Interdite

Trois ans plus tard, la révolution de 1911 a éclaté et s'est rapidement étendue à toute la Chine, le peuple chinois se révolte contre la dynastie Qing. La République de Chine a pris le pouvoir.

En 1912, Puyi a été forcé d'abandonner son trône et n'avait plus aucun pouvoir. Le gouvernement lui a toutefois permis de conserver son titre, mais il n'a pas eu de rôle officiel au sein du gouvernement.

Puyi est resté dans la Cité interdite, sans même se rendre compte de la révolution qui a secoué son ancien empire.

Il continuait de recevoir une certaine somme d'argent du gouvernement ; les nobles mandchous de Qing jouissaient toujours de certains privilèges et étaient respectés.

A l'intérieur du palais, il y avait un système complet qui servait Puyi comme un véritable empereur, comme au bon vieux temps. Il menait encore une vie de riche et continuait de s'instruire dans le palais royal.

puyi jeune, dernier empereur, cité interdite
Le jeune Puyi, sur les toits de la Cité Interdite

En juillet 1917, un seigneur de guerre nommé Zhang Xun restaura Puyi sur son trône, mais pendant 11 jours seulement car un seigneur rival a battu le partisan de la restauration et a forcé Puyi à annoncer son abdication pour la seconde fois.

Par la suite, Puyi a continué le style de vie de son empereur à l'intérieur du palais royal et a pu parfois rencontrer ses frères et sœurs et ses parents biologiques.

Malgré la Révolution de 1911, on avait toujours enseigné à Puyi que beaucoup de gens n'ont pas encore renoncé à restaurer l'Empire Qing.

Il avait été éduqué pour être un bon monarque et jouissait des privilèges d'en être un, bien qu'il n'ait jamais goûté au vrai pouvoir ou à la liberté.

Puyi avait un professeur britannique, Reginald Fleming Johnston, depuis l'âge de 13 ans, et entretenait avec lui une bonne relation. Il a appris l'anglais, les mathématiques et la géographie. Au fur et à mesure qu'il grandissait, Puyi n'était pas satisfait de sa situation délicate et voulait s'échapper de la Cité interdite, ou même étudier à l'étranger, mais la plupart des nobles conservateurs et autres membres de la famille royale ne lui ont pas permis de le faire.

Puyi et son frère aîné Pujie ont ainsi élaboré un plan d'évasion. Tout d'abord, ils ont transporté en secret de nombreux tableaux et autres trésors de grande valeur hors de la Cité interdite, et les ont entreposés dans une autre maison. Mais juste avant que Puyi n'ait la chance de s'échapper, lui et son frère ont été découverts, et ce plan a échoué.

En raison de l'influence de son professeur étranger, Puyi finit par couper sa tresse et recommande à d'autres nobles de faire de même. Depuis lors, cette coiffure nomade mandchoue a finalement disparu de l'histoire de la Chine.

A 15 ans sa mère biologique s'est suicidée. Il a finalement réalisé que son titre de noblesse et son « pouvoir » n'étaient même pas en mesure de protéger sa mère.

À 16 ans, Puyi a épousé une reine et une concubine impériale en même temps, selon la cérémonie de mariage de l'empereur de la dynastie Qing. Après le mariage, Puyi a licencié quelques eunuques, essayant de changer la situation qui faisait que beaucoup de gens continuaient à voler et à vendre des trésors de la Cité Interdite.

puyi jeune, dernier empereur
Tout au long de sa vie tumultueuse, Puyi a accédé trois fois au pouvoir et a du abdiquer trois fois

L'empereur déchu devenu marionnette des Japonais

En 1924, alors âgé de 18 ans, Puyi est expulsé de la Cité Interdite par le seigneur de guerre Feng Yuxiang qui initie un coup d'État. Il se réfugie alors à l'ambassade du Japon à Pékin pendant un an et demi. En 1925, il déménage dans la zone de concession japonaise de Tianjin.

Puyi et les Japonais avaient un adversaire commun : l'ethnie chinoise Han, qui l'avait chassé du pouvoir. En 1931 le Japon envahie et occupe la Mandchourie (une région du Nord-Est de la Chine), la patrie des ancêtres de Puyi, et en novembre installe Puyi comme empereur fantoche du « Grand État mandchou de Chine », ou Mandchoukouo.

Puyi n'avait pas beaucoup de liberté dans ce pays et n'était pas autorisé à prendre des décisions importantes ni à participer à la politique. Il était principalement une marionnette des japonais.

Durant cette période, un grand nombre de chinois ont été capturés et utilisés dans des expériences inhumaines. De nombreuses fosses communes contenant des dizaines de milliers de corps ont été découvertes après le départ de l'armée japonaise de cette région.

puyi, dernier empereur, aéroport de shenyang
Le 19 août 1945, Puyi attendait un avion à l'aéroport de Shenyang pour partir au Japon, et a été arrêté par l'Armée rouge soviétique dans la salle d'attente de l'aéroport

Lorsque le Japon se rendit à la fin de la Seconde Guerre mondiale, Puyi monta à bord d'un vol pour le Japon, mais il fut capturé par l'Armée rouge soviétique.

Le dernier empereur devenu criminel de guerre

Puyi se retrouve ainsi en résidence surveillée à Tchita, dans le sud de la Sibérie, puis à Khabarovsk.

En août 1946, il est entendu comme témoin au Tribunal militaire international de Tokyo, dont le but est de juger les criminels de guerre en Asie. De témoin à accusé la distance est mince. Cette fois il n'était plus un empereur ; il était devenu un criminel de guerre.

Puyi a révélé certains crimes commis par les japonais mais a su préserver. À l'issue de son audition, qui dura sept jours, le Kuomintang demande son extradition vers la Chine, ce que refuse l'Union soviétique qui soutient le Parti communiste chinois.

puyi, dernier empereur, Tribunal militaire international de Tokyo
En 1946 Puyi est entendu témoignera pendant 7 jours devant le Tribunal militaire international de Tokyo

Lorsque l'Armée rouge de Mao Zedong l'a emporté pendant la guerre civile chinoise, les Soviétiques ont remis l'ancien empereur, âgé de 43 ans, au nouveau gouvernement communiste de Chine.

Le président Mao a ordonné que Puyi soit envoyé au Centre de gestion des criminels de guerre de Fushun. Puyi y passera les dix années suivantes. En tant que monarque fantoche de la Mandchourie, mise en place de façon illégale par les japonais, Puyi a été considéré comme un grand traître de la République de Chine et du peuple chinois.

En 1959, Puyi rédige alors une confession dans laquelle il fait amende honorable, ce qui lui vaudra la clémence du « Grand Timonier ». Il fut donc libéré et autorisé à retourner à Pékin, où il obtint un emploi d'assistant jardinier au Jardin botanique.

Lorsque Mao a déclenché la révolution culturelle en 1966, ses gardes rouges ont immédiatement ciblé Puyi comme le symbole ultime de la « vieille Chine ». En conséquence, Puyi a été placé en détention préventive et a perdu beaucoup des simples luxes qui lui avaient été accordés dans les années qui ont suivi sa libération de prison. À cette époque, sa santé était également défaillante.

Le 17 octobre 1967, à l'âge de 61 ans seulement, Puyi, le dernier empereur de Chine, est mort d'un cancer du rein. Sa vie étrange et turbulente s'est terminée dans la ville où elle avait commencé, six décennies et trois régimes politiques plus tôt.

x
Que voulez-vous savoir sur la Chine ?