Dynasties impériables chinoises et les grandes unifications

Dynasties impériables et les grandes unifications du peuple chinois

L'ère impériale de l'empire chinois commence en 221 avant JC lors de l'unification de la Chine sous le règne des Qin et s'étendra sur plus de 2000 ans. Cette période constitue l'essentiel de l'histoire chinoise avec un cycle récurrent de prise de pouvoir et de chute des dynasties, des périodes de paix et de prospérité, d'autres faites de rébellions et de conquêtes. L'ère impériale se terminera en 1912 avec la chute de la dynastie Qing qui marquera le début de l'ère républicaine.

Dynastie des Qin (221 à 206 avant JC)

Pendant trois siècles, la Chine a connu une période de troubles et de luttes intestines entre les quatre principaux royaumes. C'est la période des Royaumes combattants, à la fin de laquelle émerge Qin Shi Huang, le premier empereur de la dynastie Qin en 221 avant JC.

La dynastie Qin et la première unification de la Chine
C'est celle qui a eu la plus courte durée mais elle a été extrêmement importante. Elle a ordonné la création de l'Armée de terre cuit et a été à l'origine de la création de la Grande Muraille de Chine.

Les Qin avaient enfin unifié l'Empire du Milieu avec une structure féodale. Ils ont établi les frontières approximatives et le système administratif de base que toutes les dynasties chinoises suivantes devaient suivre pendant les 2,000 années suivantes.

Cette dynastie n'aura duré que 15 ans, mais durant cette courte période, de grands travaux ont vu le jour, tels que le début de la construction de la Grande Muraille, et la construction de routes principales afin de faciliter les déplacements du vaste empire.

Son empereur Qin Shi Huang qui était obsédé par l'idée de devenir immortel. Pensait qu'en tant qu'empereur de Chine, il aurait besoin d'une armée dans l'au-delà, il a fait construire un immense complexe funéraire avec la célèbre armée de terre cuite récemment retrouvée près de la capitale Xi'an.

Finalement, la dynastie n'aura pas survécue à la mort de son empereur et les anciens états belligérants resurgirent.

Dynastie des Han (206 avant JC à 220 après JC)

Fondée par Liu Bang la dynastie des Han a régné pendant quatre siècles, étendant son influence au Vietnam, à la Corée et à l'Asie centrale. Leur quête d'alliances avec des puissances étrangères les a incités à établir une vaste route commerciale qui s'étendait jusqu'à l'Empire romain et qui allait être connue sous le nom de Route de la soie.

La dynastie Han et le premier âge d'or de la Chine
La dynastie Han est connue pour l'unification et l'expansion du royaume chinois, mais également comme une ère de progrès culturels et technologiques.

Ce fut une période de prospérité économique, de conquête militaire, de centralisation du système politique et de grandes avancées dans les domaines intellectuel, culturel, artistique et scientifique, qui en ont fait l'une des plus grandes dynasties de Chine. C'est également sous les Han qu'a été inventé le papier, l'une des plus importantes inventions chinoise qui a permis aux textes chinois de devenir plus facilement accessibles et a encouragé l'apprentissage.

Les empereurs s'efforcaient de maintenir la paix et la prospérité, et favorisent le développement du confucianisme, du bouddhisme et du taoïsme.

Faisant face à des menaces provenant de différentes régions frontalières, la Grande Muraille de Chine prend un essor considérable. Les efforts déployés pour contenir les envahisseurs nomades ont considérablement affaiblit la dynastie était affaiblie, s'est progressivement désintégrée, ce qui a marqué le début d'un nouveau conflit.

Grande muraille de Chine
C'est la dynastie des Qin qui a lancé la construction de la grande muraille de Chine, qui a été rallongée par les les suivantes. Les parties que l'on peut la visiter aujourd'hui datent le plus souvent de l'ère Ming.

Période des Trois royaumes (220 à 265 après JC)

Après l'effondrement de la dynastie Han en 220, la Chine s'est divisée en trois royaumes. Il s'agissait des Wei au nord, des Wu à l'est et au sud, et des Shu dans le bassin du Sichuan.

Les Trois Royaumes, période populaire de l'histoire chinoise
Après la chute de la dynastie Han, 3 seigneurs de guerre se proclament empereur et prennent le contrôle d'une région différente de la Chine.

Ce fut l'une des périodes les plus sanglantes de l'histoire chinoise, avec des campagnes militaires sanglantes aggravées par la famine et les maladies. La population serait passée de 50 à 16 millions d'habitants. Mais l'époque des trois royaumes a aussi été longtemps romancée dans les cultures d'Asie de l'Est et considérée comme une époque de chevalerie et d'honneur.

Cette configuration militaire instable a pris fin lorsque les Wei lancent une série de campagnes militaires qui aboutissent à la conquête de des Shu, réunissant progressivement la intérieure pour fonder temporairement une nouvelle dynastie.

Dynastie Jin (265 à 420)

Si l'unité fut brièvement rétablie dans les premières années, la faiblesse du gouvernement rendait impossible le contrôle des activités des nombreuses tribus non chinoises qui s'étaient installées au siècle précédent dans le nord de la Chine.

Dynastie Jin, et période de turbulences entre Nord et Sud
La dynastie Jin est rapidement confrontée à des invasions, des guerres et des crises de successions qui vont vont mener l'empire au chaos et à la division.

l'unité et la stabilité de la dynastie Jin est brisée en 317, la cour des Jin fut contrainte de fuir vers l'est, sans jamais réellement pouvoir prendre le contrôle de la région. Cet évènement était le précurseur d'une série de faible dynasties qui ont fini par régner sur la Chine pendant presque deux siècles.

Dynasties du Sud et du Nord (420 à 589)

L'effondrement violent de la dynastie des Jin a fracturé le pays. Alors que le nord était séparé et conquis par une série de royaumes barbares, les Jin s'accrochaient désespérément au pouvoir dans le sud. Cette période de l'histoire chinoise a été marquée par plusieurs régimes conflictuels ont émergé en même temps dans tout le pays. Les guerres, les fléaux et l'instabilité politique qui caractérisent cette longue période ont forcé les Chinois à remettre en question les systèmes de croyance traditionnels, en particulier le confucianisme, et ont encouragé beaucoup de gens à embrasser le bouddhisme et le taoïsme.

Les groupes ethniques qui s'étaient installés dans le nord de la Chine se sinisèrent de plus en plus, tandis que des hordes d'immigrants chinois Han peuplèrent progressivement le sud et se mêlèrent à ses peuples indigènes. C'est ce qui a préparé le terrain pour une éventuelle réunification du pays.

Dynastie Sui (581 à 618)

Au terme de plus de trois siècles de division et de conflits politiques aigus, la dynastie Sui prend le contrôle de la Chine avec Wendi Yang Jian, fondateur et visionnaire qui a su consolider et unifier le territoire chinois. Il a apporté de nombreux changements, notamment en organisant le gouvernement de la Chine, en établissant des taxes équitables, en donnant des terres aux pauvres et en constituant des réserves de céréales, ce qui a encouragé le développement économique et politique.

La Dynastie Sui, un règne court mais significatif
Après avoir unifié les quatre royaumes des dynasties du Nord et du Sud, la dynastie Sui a été courte mais intense, avec de grandes conquêtes et réalisations.

La contribution du bouddhisme fut importante durant cette période. Introduit en Chine durant la dynastie Han, et de plus en plus accepté et encouragé par les familles impériales Sui, il a créé une force culturelle unificatrice qui a sorti la population de la guerre.

Une autre contribution importante à la croissance économique a été la construction du grand canal impérial, un réseau navigables pour le transport et le commerce, qui reliait la capitale Chang'an et Luoyang. D'autres projets, tels que la reconstruction de la Grande Muraille et l'unification de la monnaie ont permis d'accroître la croissance de l'empire, ouvrant ainsi les portes de la future dynastie.

Bien que ces travaux aient pu être nécessaires, ils ont exigé d'énormes impôts et un travail obligatoire de la part de la paysannerie. Des millions de paysans sont morts sous son règne. En 618, le peuple s'est rebellé et la dynastie Sui a été renversée, après seulement 37 ans de règne.

Dynastie Tang (618 à 907)

Cette dynastie est souvent décrite comme le sommet de la civilisation chinoise, une période de paix et de prospérité, assurée par des armées prêtes à défendre les frontières de l'empire, qui a favorisé l'épanouissement des productions artistiques. La capitale Chang'an était une grande métropole, une attraction pour les diplomates du monde entier. C'était véritablement l'Empire du Milieu.

La Dynastie Tang et la civilisation chinoise à son apogée
Ce fut un âge d'or de réformes et de progrès culturels, qui ont jeté les bases de politiques qui sont encore observées en Chine aujourd'hui.

La route de la soie, plus sûre et plus populaire, devient une ressource économique pour tout l'empire, enrichissant la dynastie Tang de nouvelles technologies et des modes de vie culturels du Moyen-Orient, de l'Inde et de la Perse.

Les poètes, les peintres et les écrivains des encyclopédies historiques et géographiques de cette époque sont célèbres. On assiste à l'essor de la poésie, de la peinture et des écrivains ; l'impression sur bois accessible pour le grand public a marqué un épanouissement de l'art et de la culture.

L'âge d'or de la dynastie Tang a pris fin après une période de catastrophes naturelles qui ont entraîné la mort de milliers de personnes, qui int interprété cela comme un signe que l'empire avait perdu le Mandat du Ciel. Ces événements ont affaibli le contrôle central des empereurs Tang.

Dunhuang, une ville importante sur le tracé de l'ancienne route de la soie
La route de la soie tire son nom du commerce lucratif de la soie qui s'est développé tout au long de son parcours, à partir de la dynastie Han. Sous la dynastie Tang, la route de la soie a atteint son âge d'or et l'empire chinois accueille des cultures étrangères, ce qui rend ses villes très cosmopolites.

Cinq dynasties et dix royaumes (907 à 960)

La disparition de la dynastie Tang a été suivie de 53 ans de désunion ; cinq dynasties ont contrôlé le Nord, tandis que plus de dix royaumes se sont établis dans le Sud. Cette période chaotiques dans l'histoire chinoise est faite de luttes pour le pouvoir et de royaumes éphémères qui se sont levés et sont tombés au cours des 50 années suivantes.

Pendant cette période de turbulences, des guerres constantes ont eu lieu, mais il y avait encore quelques progrès économiques visibles. Les populations du nord ont fui vers le sud pour échapper au chaos. Par conséquent, la situation économique du sud a progressé mieux et plus rapidement que celle du nord. Hangzhou et Yangzhou sont devenues des villes commerciales prospères.

Dynastie des Song (960 à 1279)

Considérée comme le troisième âge d'or chinois, cette dynastie complexe a été divisée en deux moitiés, l'une du Nord (960-1126) et l'autre du Sud (1127-1279). La première était une époque tranquille caractérisée par le développement philosophique et artistique, la centralisation politique et la croissance économique. La seconde, par contre, était tout le contraire ; des envahisseurs brutaux ont chassé les Chinois de leur territoire au nord, les forçant à migrer vers le sud et à établir une nouvelle capitale.

La Dynastie Song et la période de la renaissance chinoise
La dynastie des Song est une période marquée par les progrès de la technologie, des inventions et de nouveaux concepts économiques révolutionnaires.

La dynastie Song a apporté la plus grande prospérité économique de l'histoire de la Chine, passant de l'agriculture à l'économie commerciale. Le gouvernement a accordé la propriété de la terre aux paysans, la classe marchande s'est développée. C'est également la période de la découverte de la boussole magnétique, de l'imprimerie et de la poudre à canon.

L'invention de l'imprimerie offrent un environnement idéal aux universitaires, aux écrivains et aux artistes pour montrer leurs œuvres d'art au-delà de l'empire.

La fin de cette période faste de la Chine, caractérisée par la philosophie, l'art, la centralisation politique et la croissance économique, s'est achevée lorsque Kubilai Khan, petit-fils de Gengis Khan, a vaincu la dynastie des Song du Sud.

Dynastie des Yuan (1271 à 1368)

Les hordes d'envahisseur mongols avaient conquis une grande partie de l'Asie. Kublai Khan, petit fils de Gengis Khan, a fondé la dynastie Yuan avec un empire fort et vaste, devenant le premier empereur de Chine non de descendance Han. Il choisit comme capitale Dadu (l'actuel Pékin), vainquant la dernière résistance des Song du Sud, et établissant le « Grand Empire Yuan ».

La Dynastie Yuan et la création d'un empire mondial
La dynastie mongole, a étendu le territoire chinois plus loin que toutes les dynasties précédentes et a exporté les inventions chinoises vers l'Europe.

Dans un empire aussi vaste, la dynastie a développé le commerce avec d'autres États tels que l'Inde, le Moyen-Orient et l'Europe, contribuant ainsi à la diversité culturelle de l'empire. L'étranger le plus célèbre de cette période était le marchand vénitien Marco Polo, qui pendant 17 ans à la cour de l'empereur a admiré les traditions chinoises.

Éduqué à l'histoire et à la philosophie de la Chine, Khubilai Khan a adopté, dès les premières années de son règne, de nombreuses coutumes des dynasties chinoises précédentes, comme l'administration politique et l'utilisation des noms Han. La dynastie des Yuan a été la première à utiliser presque exclusivement des billets de banque, étant donné la rareté du cuivre, a encouragé la science et la religion.

Après la mort du grand Khan, la dynastie a vacillé en moins de cent ans, perdant son pouvoir à cause de sécheresses, famines et inondations. Mais surtout les nombreuses rébellions n'ont pu être étouffées, mettant un terme à la domination Yuan et ouvrant la voie à un nouvel empire.

Dynastie des Ming (1368 à 1644)

Après l'effondrement de la dynastie mongole, c'est le grand empire Ming qui a régné pendant trois siècles, avec une première moitié d'expansion commerciale effrénée, et une seconde marquée par la discorde, des dissensions et les crises internes.

La dynastie Ming et le troisième âge d'or de la Chine
Pendant les 276 ans de son règne, la Chine était la plus grande économie mondiale, de part son importante superficie et sa population plus instruite.

Pékin devient la capitale au début du 14e siècle, lorsque la dynastie Ming atteint son apogée sous le règne de son troisième empereur Yongle. Des dizaines d'ouvriers construisèrent la célèbre Cité Interdite, un palais impérial aux proportions et à l'opulence stupéfiantes.

Les sept expéditions navales de Zheng He, ayant parcouru l'Asie du Sud-Est, le Moyen-Orient et même l'Afrique, sont considérés comme une période d'ouverture. Les marchands chinois ont retrouvé un rôle fondamental dans la renaissance culturelle et économique du pays, en exportant notamment les célèbres céramiques Ming.

Le grand canal impérial a été restauré et la prolongation de la Grande Muraille commencée sous les dynasties Qin et Han, permettait de se protéger des invasions au nord du pays.

Mais une série de catastrophes naturelles, les famines, les épidémies, les guerres avec les Mongols et les raids des pirates japonais dans les villes côtières mettent à l'épreuve le gouvernement central des Ming. La dynastie perd le Mandat du Ciel et succombe au peuple mandchou.

Cité interdite, pékin, chine
Lorsque la capitale a été transférée à Pékin, l'empereur Ming a fait construire un immense palais impérial, dont les travaux ont duré 13 ans !

Dynastie Qing (1644 à 1911)

Ce fut la dernière dynastie impériale de Chine ; une époque marquée par sa prospérité initiale et ses dernières années tumultueuses. Fondée par le clan Mandchou dans l'actuelle Mandchourie, c'était donc la deuxième fois seulement que la Chine n'était pas dirigée par le peuple Han.

Les Qing, dernière dynastie chinoise et fin du système impérial
Cette dynastie a émergé en Mandchourie, dans le nord de la Chine, et a pris le contrôle de Pékin en 1644 avec la chute de la dynastie Ming.

Au cours de leur règne, les Qing se sont fortement intégré à la culture chinoise. Les examens impériaux se poursuivent et les fonctionnaires Han administrent l'empire aux côtés des fonctionnaires mandchous. Le Qing atteint son apogée sous l'empereur Qianlong au 18e siècle, s'étendant au-delà des frontières antérieures et ultérieures de la Chine.

Sous la dynastie Qing, la Chine est restée quelque peu isolée du monde extérieur. Elle faisait le commerce de certains articles tels que le thé, la soie et la porcelaine, mais n'avait guère d'autre chose à faire avec les pays étrangers. Pendant de nombreuses années, les ambassadeurs étrangers n'étaient même pas autorisés à approcher la capitale chinoise.

Dans les années 1800, voyant que leur balance commerciale n'était pas en leur faveur, les Britanniques ont commencé à vendre de l'opium en Chine. De nombreux Chinois sont devenus dépendants et le gouvernement a rapidement rendu cette drogue illégale.

Les Britanniques, cependant, ont continué à faire de la contrebande d'opium. Lorsque le gouvernement chinois a détruit la drogue, la première guerre de l'opium a éclaté.

À l'époque, la Chine disposait d'une marine petite et dépassée. Les navires britanniques ont vaincu les Chinois à deux reprises, prenant le contrôle de Hong Kong et toute la Chine a été ouverte aux marchands britanniques. Malheureusement ce n'était que le début d'un ensemble de traités inégaux, une période connue sous le nom du siècle d'humiliation.

Au début des années 1900, la dynastie des Qing commence à s'effriter. De multiples catastrophes naturelles, des rébellions internes et la guerre avec le Japon ont entraîné la famine et une économie médiocre.

Finalement, en 1911, un groupe de révolutionnaires a renversé le gouvernement Qing. Le dernier empereur, un garçon de six ans nommé Puyi, a officiellement renoncé à son trône en 1912 et la République de Chine a pris le relais.

x
Que voulez-vous savoir sur la Chine ?