Pourquoi les pieds des chinoises étaient bandés ?

Pourquoi les pieds des chinoises étaient bandés ?

Le bandage des pieds est une pratique qui a d'abord été appliquée aux jeunes filles de la Chine de la dynastie Song pour limiter la croissance normale de leurs pieds et les rendre aussi petits que possible. Considéré comme une qualité attrayante, les effets de ce processus étaient douloureux et permanents.

La tradition du bandage des pieds était une tradition uniquement chinoise, qui a duré mille ans. Cette coutume était considérée comme une marque de richesse familiale, car les femmes aux pieds bandés ne pouvaient entreprendre aucun travail physique ni travailler dans les champs.

Largement utilisée comme méthode pour distinguer les filles de la classe supérieure de toutes les autres, et plus tard comme moyen pour les classes inférieures d'améliorer leurs perspectives sociales, la pratique du bandage des pieds se poursuivra jusqu'au début du 20e siècle.

Les pieds bandés : un processus long et douloureux

Le processus du bandage des pieds devait commencer à un très jeune âge (entre 2 et 6 ans), lorsque les os sont encore souples. Il était trop tard pour commencer le processus après l'âge de dix ans.

Cela commençait par le choix d'un jour propice dans le calendrier. Ensuite, des prières et des offrandes étaient offertes à la déesse aux petits pieds. Lorsque tout était prêt, la tâche était généralement accomplie par les femmes les plus âgées de la famille.

Le gros orteil était tourné vers l'avant tandis que les quatre petits orteils de chaque pied étaient progressivement pliés vers le bas et vers l'intérieur.

Pour ce faire, les pieds étaient liés avec des linges humides qui se rétractaient au séchage en comprimant le pied. Ces linges, souvent imbibés d'herbes médicinales, étaient gardés jour et nuit ce qui limitait le croissance du pied.

Les pieds étaient détachés au bout d'un mois, les éventuelles ulcérations de la peau étaient traitées et le pied rebondissait à nouveau. Les liens étaient ensuite desserrés et resserrés une fois par mois jusqu'à ce que la jeune fille atteigne le début de l'adolescence. Même adulte, une femme continuait d'envelopper ses pieds déformés dans des bandages, qu'elle portait en permanence en public et lors de ses bains.

Le résultat visé de ce long processus était de ne pas avoir les pieds plus longs que 7 à 10cm, alors qu'ils étaient connus sous le nom de « pieds Lotus », d'après le symbole central de la vie bouddhiste. Plus les pieds étaient petits, plus ils étaient attrayants, voire érotiques pour certains, et c'est devenu une marque d'élégance distincte.

Une fille aux pieds liés avait plus de chances de se marier et cela constituait une autre incitation à poursuivre cette pratique cruelle. Les filles étaient prêtes à la subir, car c'était un passeport pour éviter de devoir travailler sans fin dans les champs.

Il en va de même pour le style de marche ; une femme aux pieds liés était obligée de faire de petits pas légers. Avec des pieds liés, la marche ne devait être réalisée qu'avec beaucoup de difficulté sur les orteils repliés.

Paire de chaussures chinoises, pieds bandés
Une fois que les pieds avaient la forme voulue, les femmes portaient des chaussures spéciales, souvent en soie avec des motifs brodés.

Les petits pieds exigeaient des chaussures particulièrement délicates, et celles-ci, en soie ou en coton et souvent magnifiquement brodées, ont été trouvées en abondance dans les tombes des femmes de la classe supérieure chinoise.

Certains considéraient l'incapacité de marcher ou de s'enfuir facilement comme un moyen pour les hommes de contrôler leurs femmes, mais cette pratique était surtout faite à la maison par les mères sur leurs propres filles.

D'où vient la coutume de bander les pieds des jeunes filles ?

Il existe un certain nombre d'histoires sur l'origine des pieds bandés. La coutume s'est toutefois développée sous la dynastie Song comme un signe de richesse et d'ambition, d'abord seulement au sein des familles dirigeantes de la cour impériale. En l'an 1000, elle s'était déjà répandue et pendant les siècles qui ont suivi, environ la moitié des filles avaient les pieds liés.

Seuls les peuples minoritaires et les familles très pauvres qui avaient besoin de filles pour effectuer des travaux physiques ne le faisaient pas.

La tradition s'est tellement enracinée que lorsque l'empereur Qing a interdit cette pratique en 1664, il a dû admettre sa défaite et révoquer l'interdiction quatre ans plus tard.

En 1902, les intellectuels ne l'infligeaient plus à leurs filles et le gouvernement républicain l'a interdit de manière inefficace. Cette coutume n'a jamais été autorisée au sein de l'élite mandchoue au pouvoir sous les Qing.

Certaines femmes se sont alors soumises au douloureux processus de redressement des pieds pour pouvoir à nouveau marcher normalement. Aux 19e et 20e siècles, le bandage des pieds est devenu la cause de nombreux dénigrements de la culture chinoise. Cette pratique a cependant perduré jusqu'au milieu du 20e siècle, en particulier dans les zones rurales, et c'est le gouvernement communiste qui l'a finalement éradiquée.

x
Que voulez-vous savoir sur la Chine ?