Porter un Qipao : appréciation ou appropriation culturelle ?

Porter un Qipao : appréciation ou appropriation culturelle ?

L'engouement pour le port du Qipao est devenu aujourd'hui universellement populaire auprès des célébrités hollywoodiennes et asiatiques. Nombre d'entre elles le portent dans des styles différents mais séduisants lors d'événements prestigieux. Cependant, le sujet de la légitimité du port de cette robe par des femmes non-chinoises a été à maintes fois débattu sur les réseaux sociaux.

Cette magnifique robe est traditionnellement la tenue emblématique de la femme chinoise, qu'elle ne porte qu'en grande occasion. Elle est également connue pour ses silhouettes moulantes, son attitude sexy et son attrait irrésistible, faisant du Qipao la robe la plus sexy de la culture chinoise.

En 2018, Internet a récemment été le théâtre d'une controverse sur la robe de Keziah Daum, une adolescente de 18 ans de l'Utah qui, selon certains, s'est approprié la culture chinoise en portant un Qipao pour son bal de fin d'année.

La jeune fille a déclaré qu'elle ne voulait pas manquer de respect à la culture chinoise et qu'elle ne faisait que montrer son appréciation. Cependant, elle a immédiatement reçu des réactions négatives de la part de Chinois qui ont déclaré que ma culture n'est pas votre putain de robe de bal. Cette déclaration a été retweetée des milliers de fois.

Essentiellement, la question est de savoir ce qui constitue une appréciation par rapport à une appropriation culturelle, et où la différence commence-t-elle à être un peu floue.

Si le Qipao fait aujourd'hui partie de la culture chinoise, peut savent que les Mandchous ont forcé les Hans à le porter, et qu'il était bien moins sexy que ceux que l'on peut voir aujourd'hui. Ensuite, lorsqu'il a gagné en popularité à Shanghai dans les années 1920, il symbolisait l'émancipation des femmes au sein d'une société patriarcale. Et cela n'avait rien à voir avec le fait d'être sexy et attirante.

Les tenues portées par de nombreuses célébrités afin de « représenter l'Asie » sont souvent scandaleuses et façonnent de manière trompeuse l'idée que leurs adeptes se font des vêtements traditionnels. De nombreux artistes ont subi des retours de bâton en raison de leur manque de respect et de compréhension de la culture asiatique.

La plupart des vêtements de la culture asiatique sont destinés à être discrets et à représenter des idéaux conservateurs, et non à être séduisants. Par exemple, les vêtements asiatiques couvrent souvent la majeure partie du corps, ne laissant apparaître que la tête, les mains et les pieds de la personne qui les porte.

L'appropriation culturelle est un problème réel et sérieux, profondément lié à des questions telles que le colonialisme, les privilèges raciaux et les stéréotypes ethniques. Mais comme toujours dans ce genre de discussions, il est utile de tenir compte du contexte avant d'ouvrir le feu.

Est-il intrinsèquement approprié pour une personne non-chinoise de porter des vêtements de style chinois ? La réponse est : cela dépend.

La personne qui porte un Qipao tente-t-elle d'imiter, de ridiculiser ou de stéréotyper les Chinois ? La tenue est-elle portée dans un contexte inapproprié par rapport à son histoire ?

Alors que les Américains d'origine asiatique ont affirmé que la robe de Keziah Daum était un vol de leur culture, beaucoup d'utilisateurs de Weibo en Chine ont rapidement réfuté cette affirmation, affirmant que la robe était une appréciation culturelle plutôt qu'une appropriation.

Le patrimoine culturel chinois est peu connu au-delà des limites des communautés chinoises. Par exemple, le cinéma chinois n'est guère représenté qu'à travers les films de Kung-fu en occident. Si une femme fait découvrir le Qipao au reste du monde, tout en restant respectueuse de sa tradition, ne vaut-il pas mieux la féliciter plutôt que la mépriser ?

Alors que l'histoire du Qipao est longue et complexe, que la façon dont il a émergé dans la culture chinoise est passionnante, il est en revanche regrettable de voir comment ce vêtement est transformé sous une forme qui va à l'encontre du symbolisme qu'il porte.

Dans la culture populaire, rien n'est plus « chinois » qu'un Qipao, donc si une jeune fille chinoise tourne dans un film historique, il y a de fortes chances qu'elle en porte un. Le Qipao, ou du moins une robe coupée de la même façon, est également porté à l'occasion par des personnes non-chinoises, car sa coupe serrée et sa fente sur le côté renforcent le caractère sexy.

Le « sex-appeal » du Qipao a cependant de nombreuses implications fâcheuses dues aux stéréotypes racistes permanents envers les Chinois, tels que l'hypersexualisation des femmes chinoises. Le problème sous-jacent est que nombre d'occidentaux ne comprennent rien à la culture chinoise, et font qu'assimiler les cultures asiatiques les unes aux autres.

Par exemple associer des personnages de manga (un art typiquement japonais) et le Qipao est réellement choquant. Les Chinois ont connu deux invasions japonaises et les horreurs du massacre de Nanjing, les centaines de milliers de Chinois tués, les dizaines de milliers de femmes et enfants violés par les soldats de l'Armée impériale japonaise, sont encore dans les mémoires.

x
Que voulez-vous savoir sur la Chine ?