Quels sont les éléments distinctifs d'une robe Qipao ?

Quels sont les éléments distinctifs d'une robe Qipao ?

Qu'est-ce qui fait qu'un Qipao ressemble à un Qipao et pas à une simple robe ? Il est composé de parties distinctes et caractéristiques : du tissu à la coupe, en passant par la hauteur du col, la largeur des bordures, le style de fermeture, etc. Peut-être que cela vous aidera à comprendre un peu mieux les subtilités du Qipao et à en tomber amoureux !

S'inspirant d'éléments de design traditionnels, la robe Qipao a été popularisée dans le Shanghai des années 1920, sa coupe ajustée reflétant le glamour de cette ère pré-communiste en pleine effervescence et le désir des femmes chinoises de se libérer des rôles traditionnellement soumis.

Quel tissu est utilisé pour un Qipao ?

Un Qipao peut être réalisé à partir de nombreux types de textiles, et presque n'importe quel tissu peut être utilisé.

Pour les vêtements de tous les jours, le coton ou le lin sont très populaires en été l'été, tandis que la laine ou le cachemire sont plutôt réservés pour la période hivernale. La soie, le velours et la dentelle sont plutôt utilisés pour les occasions plus habillées et formelles, souvent ornés de broderies, de perles ou de paillettes.

Différents tissus pour un Qipao

Bien que le tissu puisse être uni, il présente souvent des motifs imprimés ou tissés sur toute sa surface. Les motifs floraux sont très populaires, mais il est également courant de voir des Qipaos avec des motifs géométriques ou à rayures.

Traditionnellement, les Qipaos sont entièrement doublés, mais dans les versions modernes, notamment celles en coton ou en lin pour l'été, n'ont plus de doublure pour un look plus décontracté et plus léger.

Une coupe de style Shanghai ou de style Pékin

Il existe deux grandes coupes de Qipao ; la plus courante et la plus classique est celle du style Shanghai, dont la silhouette ressemble à celle d'une robe fourreau et qui peut être extrêmement moulante. La coupe du style Pékin, est plus ample.

Il existe bien sûr des variantes de chacune de ces coupes et des combinaisons des deux. Par exemple, pour une personne ayant un peu de ventre, une coupe de style Shanghai, mais avec une section médiane plus droite qui ne souligne pas trop la taille, est tout à fait flatteuse.

Les 6 différentes parties d'un Qipao

Un Qipao est composé de 6 éléments principaux et caractéristiques de cette robe chinoises. Ils peuvent cependant chacun se décliner en une multitude de versions pour amener différents styles.

Le col Mao, ou col mandarin

Le col Mao est l'une des parties les plus essentielles d'un Qipao. Il est généralement réalisé avec une seule pièce de tissu qui s'enroule autour du cou, les deux extrémités se rejoignant au centre du cou. Les angles formés par le col à la base du menton sont arrondis et légèrement ouverts.

Le col existe dans toute une gamme de hauteurs. Très hauts au début des années 1910 (ils atteignaient le bas des oreilles), ils ne faisaient plus de quelques centimètres de haut dans les années 1940.

Détails sur le col Mao d'un Qipao

Sur les Qipaos d'aujourd'hui, le col fait généralement de 4 à 5 centimètres de haut, même si des cols légèrement plus hauts (6 à 7 centimètres) restent toujours très appréciés, car ils représentent le style des années 1930.

Le Pankou, ou bouton traditionnel d'une robe Qipao

Les Pankous (盘扣) sont des boutons traditionnels chinois noués, et étaient utilisés pour fermer le rabat du Qipao, de la base du col mandarin et le long du côté droit du corps.

Les pankous les plus simples et les plus courants sont les Pankous droits ; c'est ce qui se trouve sur la majorité des Qipaos de nos jours. Ils sont constitués d'un nœud sur un côté, et d'un ruban avec une boucle de l'autre côté pour faire passer le nœud. Il existe des variantes de la version nouée, où des perles de toutes sortes de matériaux peuvent remplacer le nœud.

Pankou droit sur un Qipao

Tout ce qui est plus orné qu'un Pankou droit est appelé un Pankou floral (襻花盘扣/襻花盤扣) , il en existe de nombreuses variantes, allant du plus simple au plus complexe.

Pankou floral sur un Qipao

Après les années 1940, lorsque les fermetures éclair sont devenus populaires, de nombreux Qipaos ont été fabriqués sans Pankous et n'utilisaient que des boutons-pression. Cela a permis de créer des robes très moulantes, mais elles ont perdu cette élégance que l'on ne retrouve que sur une robe maintenue par de simples boutons.

Les différents types d'ouverture d'un Qipao

La partie avant d'un Qipao est généralement constituée de deux ou trois pièces de tissu, reliées en diagonale au niveau de la poitrine par une série de Pankous (boutons traditionnels à nœuds). La robe est enfilée en ouvrant un rabat situé sur l'avant, qui peut prendre de nombreuses formes.

Cette ouverture diagonale sur l'avant, associée avec les Pankous, est l'une des caractéristiques les plus distinctives d'un Qipao.

En fait, les deux sont assez étroitement liés. La forme du rabat détermine souvent le type de Pankou utilisé, et le type de pankou choisi influence souvent la forme du rabat.

Les rabats simples sont les plus courant, la pièce de tissus s'étend de la base du col jusqu'au-dessous de l'aisselle d'un côté du Qipao, et se différencient par la forme du bord incliné.

  • L'ouverture arrondie est celle que l'on voit le plus souvent, le rabat prend la forme d'un grand arc de cercle ;
  • L'ouverture droite est très simple, avec le rabat est rectiligne et se positionne en diagonale ;
  • L'ouverture en angle est moins classique, mais la cassure sur le rabat crée un contraste élégant avec la rondeur du col Mao.
  • Le double arrondi est très décoratif, le rabat ressemble un peu à une vague, avec deux arcs adjacents. Un pankou est généralement placé au centre, entre les deux arcs.
Différents styles de fermetures simples sur un Qipao

Le rabat peut également s'étendre du col jusqu'à la taille du Qipao, avec là encore des variations dans la forme du bord. Du fait de sa longueur, des Pankous s'étendent le long de la fermeture pour casser l'effet rectiligne.

  • Dans sa version la plus classique, le rabat dessine une courbure oblique vers l'extérieur au niveau des épaules, puis vers l'intérieur au niveau de la taille ;
  • Il existe également une version plus longue du rabat angulaire, avec un angle formé près des épaules avant de continuer en ligne droite jusqu'à la taille ;
  • Enfin, le rabat peut s'étendre sur toute la longueur du Qipao, et ne rejoint pas le côté.
Différents styles de fermetures simples et longues sur un Qipao

Il existe enfin des rabats qui s'ouvrent des deux côtés, de façon symétrique, partant tous les deux de la base du col et s'étendant de chaque côté du corps. Dans la plupart des cas, le Qipao ne peut en fait être ouverte que d'un seul côté ; l'autre côté est cousu et n'est là qu'à des fins purement décoratives.

Différents styles de fermetures doubles sur un Qipao

Les bordures décoratives

Traditionnellement, tous les bords visibles d'un Qipao font l'objet d'une finition particulière. Cela inclut notamment les extrémités des manches, la ligne d'ourlet ainsi que les deux côtés intérieurs des fentes, le bord supérieur du col et l'ouverture diagonale au niveau de la poitrine.

Le Qipao Mandchou d'origine possédait déjà à l'époque des bordures travaillés avec plusieurs types de matériaux. Cela s'est simplifié avec le temps, et aujourd'hui, le plus courant est d'avoir une bordure étroite d'une seule couleur. Sur certains Qipaos, on peut aussi voir une bande plus large de tissu décoratif à côté de la bordure, ou plusieurs bandes de tissus de différentes largeurs.

Détails sur les bordures d'un Qipao

La longueur des manches

Aujourd'hui, la plupart des Qipaos sont conçus pour les mois d'été, ils ont donc soit des manches courtes et ajustées, soit pas de manche du tout. Mais durant son histoire, cette robe s'est déclinée en une multitude de formes et de longueurs.

Les robes Mandchoues avaient à l'origine des manches très serrées autour des poignets. Au cours de la dynastie Qing, le Qipao a été influencé par le Hanfu, le vêtement traditionnel porté par les Hans, et les manches sont devenues plus larges.

Détails sur les manches d'un Qipao

Dans les années 1920, les Qipaos ont acquis leur style caractéristique, et les manches dans une grande variété de longueurs sont devenues populaires. Dans les années 30 et 40, les manches sont devenues plus minimales et droites, et en été, elles sont devenues très courtes.

À partir de la dynastie Qing et jusque dans les années 1930 et 1940, les manches et le corps du Qipao étaient découpés dans un seul morceau de tissus, sans couture à l'épaule.

C'est très différent du style que l'on voit aujourd'hui sur presque tous les vêtements, où les manches sont cousues au niveau de l'épaule.

La longueur et les fentes latérales d'un Qipao

Les Qipaos ont toujours été populaires dans une gamme de longueurs. Ceux des années 1920 descendaient jusqu'au genou ou à mi-mollet, et à cette époque, ils n'étaient pas encore très ajustés, et les fentes latérales n'étaient pas encore très répandues.

Vers la fin des années 1920, les robes sont devenues plus étroites, et les fentes latérales courtes, qui commencent au niveau ou en dessous des genoux, sont devenues populaires pour des raisons pratiques. Au milieu des années 1930, l'âge d'or du Qipao, les robes sont devenues plus longues et les fentes latérales remontaient jusqu'aux cuisses, créant une silhouette très sensuelle.

À partir des années 1940, la longueur des qipaos a de nouveau diminué, pour revenir entre le genou et la mi-mollet. Comme les Qipaos de cette époque étaient très ajustés, les fentes remontaient généralement au-dessus du genou pour faciliter les mouvements.

Qipao long ou court

Aujourd'hui, beaucoup de femmes aiment porter leurs Qipaos au-dessus du genou, car elles considèrent que c'est un look plus contemporain. Pour d'autres, une version un peu plus longue s'harmonise mieux avec la partie supérieure très « chargée » d'un Qipao, avec son col Mao et ses Pankous.

Un Qipao, tout en longueur, donne également une silhouette plus élégante et allongée. Les fentes latérales qui remontent alors un peu plus haut, révélant les cuisses de manière fugace, sont bien plus captivantes que de dévoiler tout le genou.

Mais après tout, c'est une histoire de goût et de choix personnel !

x
Que voulez-vous savoir sur la Chine ?