Pourquoi le calendrier traditionnel chinois est-il si important ?

Pourquoi le calendrier traditionnel chinois est-il si important ?

Le calendrier traditionnel chinois, également appelé calendrier agricole (农历, nónglì) est un calendrier basé à la fois sur la lune et le soleil. Il détermine les jours, mois et années en fonction de la longitude du Soleil et des phases de la Lune. Le calendrier chinois traditionnel est, encore aujourd'hui, toujours utilisé pour déterminer les dates de la plupart des festivals traditionnels.

Vous allez ainsi comprendre pourquoi le Nouvel An chinois est célébré à une date différente chaque année.

Qu'est-ce que le calendrier lunaire chinois ?

Le calendrier chinois est luni-solaire, c'est-à-dire qu'il est basé sur des observations astronomiques exactes de la longitude du Soleil et des phases de la Lune. Il tente de faire coïncider ses années avec l'année tropicale. Les jours commencent et se terminent à minuit, et les mois commencent le jour de la nouvelle lune.

Les années commencent à la deuxième (ou troisième) nouvelle lune après le solstice d'hiver. C'est ainsi que le Nouvel An chinois commence le jour de la première nouvelle lune qui tombe entre le 21 janvier et le 20 février.

Le prochain Nouvel An chinois a lieu le dimanche 22 Janvier 2023.
Ce sera l'année du Lapin d'eau.

Le calendrier traditionnel est largement utilisé dans la vie quotidienne des Chinois, car il est en lien avec les quatre saisons, les cinq éléments (métal, bois, eau, feu et terre) ainsi que le zodiaque chinois.

De nombreuses fêtes chinoises sont calculées selon le calendrier lunaire chinois, comme la fête du printemps (nouvel an chinois), le jour du balayage des tombes, la fête des bateaux-dragons ou encore la fête de la mi-automne.

Ce calendrier est populaire parmi les Chinois pour choisir des jours et des heures de chance pour des occasions spéciales comme un mariage, des fiançailles, des funérailles, un déménagement, un voyage, etc.

Tout comme les caractères chinois, des variantes du calendrier chinois ont été exportées dans différentes parties de la sinosphère au cours de l'histoire. La Corée, le Vietnam et le Japon ont adopté le calendrier chinois et l'ont fait évoluer. Leur principale différence avec leur homologie est l'utilisation de méridiens différents, en raison de la géographie, ce qui fait que certains événements astronomiques (et les événements du calendrier qui en découlent) tombent à des dates différentes.

Comment fonctionne le calendrier lunaire chinois ?

Depuis des millénaires, le marquage du temps en Chine est étroitement lié au cycle de la production agricole. La grande majorité de la population de cette société agraire a toujours résidé dans les zones rurales et subvenait directement ou indirectement à ses besoins par le travail de la terre.

Les activités de chacun étaient organisées autour d'événements nécessaires au maintien de la vie : labourer les champs, semer les graines, soigner les cultures et récolter la moisson.

Il était donc nécessaire de pouvoir repérer les moments optimaux pour effectuer certaines tâches. Si un paysan attendait trop longtemps pour planter une culture, il risquait de manquer les meilleures pluies du printemps ; s'il hésitait à récolter ses légumes les plus délicats, il risquait de les perdre au premier gel.

C'est de cette nécessité qu'est né le calendrier lunaire chinois ; et c'est ce calendrier qui fixe les dates du nouvel an lunaire et des autres festivals traditionnels.

À l'époque, aucun instrument astronomique sophistiqué n'était nécessaire pour observer le cycle régulier de la Lune, et c'est donc le satellite de la terre lui-même qui est considéré comme le plus ancien instrument d'observation céleste.

Les paysans pouvaient mesurer le temps en enregistrant simplement les révolutions et les phases de la Lune. Bien qu'utile pour compter les périodes de temps, cet instrument n'était pas d'une grande aide pour prédire avec précision les changements saisonniers. Les anciens savaient qu'il y avait environ 29 jours et demi entre les nouvelles lunes et que par conséquent 12 révolutions de la Lune nécessitaient 354 jours.

Bien que ce chiffre soit relativement proche des 365 jours et un quart nécessaires à la Terre pour faire un tour autour du soleil, et donc aux saisons pour accomplir un cycle complet, la différence était suffisamment grande pour rendre le calendrier lunaire peu pratique pour prévoir les changements de saison. La même date sur un calendrier de 12 mois lunaires tomberait à un moment différent de la saison chaque année.

Pour tenir compte de la demi-journée supplémentaire de chaque révolution lunaire, les créateurs du calendrier ont attribué 29 jours à la moitié des mois et 30 aux autres. Pour concilier les différences de mesure lunaire avec l'année solaire de quatre saisons complètes, un mois intercalaire, ou supplémentaire, était ajouté tous les deux ou trois ans.

Le résultat est un calendrier luni-solaire qui, dans chaque période de 19 ans, compte 12 années de 12 mois et sept de 13 mois. Les inscriptions en os d'oracle de la dynastie Shang (1600 - 1046 avant JC) prouvent que le mois intercalaire avait déjà été adopté à cette époque.

Sous la dynastie Qin (221 à 206 avant notre ère), le calendrier a été divisé en 24 périodes de 15 jours chacune. Ces périodes sont appelées termes solaires et mi-solaires, et chacune est nommée en fonction des changements saisonniers correspondants (par exemple, "Réveil des insectes", "Pluie de céréales", "Grande chaleur", "Descente du givre", etc.)

Les 24 termes solaires sont importants en Chine, car ils représentent les changements saisonniers et sont étroitement liés aux activités agricoles.

La date de début de chaque terme solaire et mi-solaire est déterminée par la position du soleil dans l'un des 12 signes du zodiaque, qui en chinois sont représentés par des animaux.

En 104 avant JC, l'empereur Wu de la dynastie Han (206 avant JC - 220 après JC) a approuvé une réforme du calendrier qui fixait le début de l'année au jour de la première nouvelle lune après l'entrée du soleil dans le 11e signe du zodiaque solaire, ou à la deuxième nouvelle lune après le solstice d'hiver.

C'est également le premier jour du terme solaire connu sous le nom de « début du printemps ». Pendant des siècles, la fête observant le premier jour de l'année était populairement appelée Jour de l'An (lunaire), ou littéralement, « Premier matin de l'année » (元旦, yuándàn).

C'est donc pour cela que la nouvelle année chinoise est appelée la fête du printemps (春节, chūnjié).

Le calendrier chinois est-il encore utilisé ?

Lors de la fondation de la République de Chine en 1912, le calendrier traditionnel a été aboli, mais la population y était très attachée et a continué à l'utiliser pour les fêtes traditionnelles. Il y a donc eu une période pendant laquelle deux calendriers étaient utilisés : le calendrier grégorien devait l'être pour la plupart des usages, et le calendrier traditionnel pour les festivals.

Lors de sa fondation en 1949, la République populaire de Chine a continué d'utiliser le calendrier grégorien et continue de fixer les fêtes traditionnelles selon le calendrier chinois. D'autres célébrations, telles que la fête nationale ou la fête du travail sont quant à elles fixées par le calendrier grégorien.

x
Que voulez-vous savoir sur la Chine ?