Les différents styles de calligraphie chinoise

Les différents styles de calligraphie chinoise

Il existe 5 principaux types d'écriture calligraphiques utilisés aujourd'hui en Chine : sigilaire, l'écriture des clercs, le style cursif et semi-cursif et enfin le régulier. Chaque type de script a ses propres traits visuels de définition et se prête à différents types de contenu textuel et de fonction.

Pouvoir reconnaître ces cinq types d'écritures constitue la première étape pour comprendre la calligraphie chinoise et son vocabulaire visuel nuancé. Comme le calligraphe choisit le type d'écriture qui convient le mieux à l'occasion d'écrire et à son humeur, être capable de discerner les différences entre ces types revient à posséder la clé pour déchiffrer l'esprit du calligraphe au moment de la création.

Une autre raison est que les calligraphies avaient été historiquement classées par type d'écriture plutôt que par contenu du texte, ce qui met en évidence la primauté de la forme visuelle dans les conversations critiques associées à cet art.

Il est également possible d'avoir plus d'un type d'écriture dans la même œuvre d'art, généralement sous la forme de rouleaux suspendus, car le calligraphe qui a ajouté ses commentaires à l'œuvre originale s'est senti obligé d'utiliser un type particulier d'écriture.

L'écriture sigillaire (篆书 zhuànshū)

Le style sigillaire est la plus ancienne forme d'écriture en calligraphie chinoise ; elle a trouvé son apogée pendant la dynastie Qin (221-207 avant notre ère). Cette écriture est synonyme d'autorité et de rigueur, des qualités qui conviennent à la première dynastie impériale qui a unifié la Chine et normalisé le système d'écriture.

Disposé en colonnes ordonnées, chaque caractère s'inscrit dans un carré imaginaire. Les traits sont d'une épaisseur relativement égale, et la vitesse d'exécution est régulière et lente. Leur forme permettait d'être gravés sur le bronze ou la pierre.

La solennité de l'écriture sigillaire en a fait (et en fait toujours) un choix populaire pour la confection des sceaux ou des titres commémoratifs gravés sur la tête des stèles de pierre destinées à être exposées au public.

On peut distinguer deux types de caractères sigillaires : le grand sceau (大篆 dàzhuàn) et le petit sceau (小篆 xiǎozhuàn). Le premier est le plus ancien, irrégulier et moins soigné, et découle directement caractères archaïques, tels que l'écriture ossécaille datant de la dynastie Shang, et de l'écriture sur bronze de la dynastie Zhou.

Le petit sceau, est une standardisation datant des Qin. Il sera progressivement remplacé par des styles plus simples et plus réguliers, avant de devenir un style purement calligraphique solennel sous la dynastie Tang.

Début du Dao De Jing en écriture calligraphique sigillaire

Écriture des clercs (隶书 lìshū )

L'écriture cléricale est certainement née de la nécessité de tenir des registres de façon plus efficace. Elle prend moins de temps à écrire que l'écriture sigillaire et a ainsi atteint son apogée sous la dynastie des Han, dont le territoire était beaucoup plus vaste que celui des Qin.

En général, la silhouette du caractère est plus trapue que celle de son prédécesseur, ce qui permet de donner plus de rythme à la composition.

Les traits commencent à présenter des modulations et des inflexions (notez l'élégant mouvement évasé du pinceau dans les traits horizontaux), qui reflètent les différentes pressions exercées sur le pinceau.

Un peu carré et angulaire en mettant l'accent sur les traits horizontaux, l'écriture des clercs est vraiment un beau type d'écriture calligraphique. Les caractères sont de taille uniforme, et uniformément espacés dans une composition.

En raison de sa facilité de lecture pour les lecteurs modernes, ce type d'écriture est encore largement utilisé à des fins artistiques, telles que des publicités, des panneaux d'affichage ou encore des publicités.

Écriture cursive (草书 Cǎoshū)

C'est la plus expressive des cinq types d'écriture ; elle offre au calligraphe une liberté remarquable grâce à l'assouplissement des contraintes des écritures sigillaires et cléricales. Essentiellement une sténographie informelle des formes plus complexes de caractères, avec des simplifications drastiques nécessitant des connaissances spécialisées.

Des caractères entiers peuvent être écrits sans que le pinceau ne se soulève du papier, et les caractères se fondent souvent les uns dans les autres. Les traits sont modifiés ou complètement éliminés pour faciliter une écriture fluide et créer une belle apparence abstraite.

Les caractères sont très arrondis et doux en apparence, avec un manque notable de lignes angulaires. En raison de la simplification drastique, l'écriture n'est pas considérée comme particulièrement lisible.

En revanche, depuis sa naissance au 4e siècle, l'écriture cursive a été le choix de nombreux maîtres calligraphes pour démontrer leur personnalité. La calligraphie en écriture cursive révèle aisément la vitesse à laquelle chaque caractère a été brossé, parfois si rapidement que deux ou plusieurs caractères sont reliés entre eux par des ligatures (fusion du dernier trait du premier caractère avec le premier trait du second).

Historiquement, certains des calligraphes cursifs les plus célèbres étaient des moines Chan, car l'expressivité de l'écriture cursive se prête bien à l'esprit sans restriction associé au bouddhisme Chan. Les monastères bouddhistes étaient d'importants centres d'apprentissage de la calligraphie dans la Chine pré-moderne.

Écriture semi-cursive (行书 xíngshū)

L'écriture semi-cursive combine la lisibilité de l'écriture régulière et l'expressivité de l'écriture cursive. C'est sous la dynastie Song (960-1279), que les fonctionnaires érudits qui obtenaient des postes gouvernementaux après avoir réussi l'examen impérial, ont développé ce style de calligraphie.

Cette écriture est devenue la préférée des plus grands calligraphes Song, car elle se prête à la tendance de l'époque vers des styles plus personnels. La calligraphie dans ce type d'écriture permet une grande variété de vitesse dans l'exécution des traits, et donne au calligraphe l'occasion de démontrer sa familiarité avec les grands calligraphes du passé. Le calligraphe chinois tire alors sa légitimité artistique en démontrant sa maîtrise d'un répertoire de styles calligraphiques qui constituent le canon de la calligraphie chinoise.

L'écriture semi-cursive se rapproche de l'écriture normale dans laquelle les traits et, plus rarement, les caractères peuvent se rencontrer. Le pinceau quitte le papier moins souvent que dans l'écriture normale, mais les caractères apparaissent moins anguleux et plus ronds.

En général, une personne instruite en Chine peut lire les caractères écrits en calligraphie semi-cursive avec une relative facilité, mais peut avoir des difficultés occasionnelles avec certaines formes spécifiques.

Le style d'écriture régulier (楷书 kǎishū)

C'est le type d'écriture est la dernière évolution dans les différents styles calligraphiques. C'est celui que la plupart de ceux qui apprennent le chinois rencontrent aujourd'hui au cours de leurs études.

Le style régulier a atteint son apogée durant la dynastie Tang ; il est associé à la droiture morale du calligraphe, en raison de l'accent mis sur l'équilibre autour d'un axe central dans sa forme.

C'est l'écriture omniprésente pour presque tous les types de médias imprimés en langue chinoise, car c'est la plus lisible des cinq types d'écriture.

Pour ceux qui apprennent la calligraphie, l'écriture régulière est généralement étudiée en premier pour donner aux élèves une idée d'un placement et d'un équilibre corrects, ainsi que pour fournir une base appropriée aux autres styles plus fluides.

Chaque caractère peut être assemblé à l'aide d'un répertoire standardisé de coups de pinceau composés principalement de traits orthogonaux (à angle droit), ce qui facilite la reproduction de textes dans ce type d'écriture à l'aide de la technologie de l'impression sur bois, puis lorsque l'impression à caractères mobiles a été inventée.

Le style régulier a apporté une contribution unique à la diffusion du savoir dans l'Asie orientale pré-moderne.

Ces 5 styles sont des références dans le domaine de la calligraphie chinoise, mais mais de nombreux artistes ont adopté leur propre style qui reflète leur personnalité. Les œuvres des maîtres anciens nous permettent ainsi d'étudier une gamme de variations infinies.

Qu'est-ce que l'art de la calligraphie chinoise ?
C'est un phénomène unique dans l'histoire de l'humanité, tant par son ampleur que par ses réalisations artistiques et la particularité de son esthétique
x
Que voulez-vous savoir sur la Chine ?