L'histoire du bouddhisme à travers les dynasties chinoises

L'histoire du bouddhisme à travers les dynasties chinoises

Le bouddhisme est pratiqué dans de nombreux pays et cultures à travers le monde. Au fur et à mesure qu'il se développait en Chine, il s'adaptait et influençait la culture chinoise et un certain nombre d'écoles se développaient. Et pourtant, il n'a pas toujours été bon d'être bouddhiste en Chine, comme certains l'ont découvert sous la persécution de divers souverains.

C'est sous la dynastie Han, il y a plus de 2000 ans, que le bouddhisme a atteint la Chine pour la première fois depuis l'Inde. Il est probable que ce soient des commerçants qui, à travers la Route de la soie, ont favorisé les échanges avec l’Asie centrale, et permis de faire venir en Chine des moines et des sutras.

A cette époque, la Chine était profondément confucéenne. Le confucianisme est axé sur l'éthique ainsi que le maintien de l'harmonie et de l'ordre social dans la société. Le bouddhisme, d'autre part, a mis la priorité sur l'entrée dans la vie monastique pour chercher une réalité au-delà de la réalité. La Chine confucéenne n'était pas terriblement amicale avec le bouddhisme.

Pourtant, le bouddhisme s'est lentement répandu. Au IIe siècle, quelques moines bouddhistes ont commencé à traduire des sutras et des commentaires bouddhistes du sanscrit en chinois.

La dynastie Han est tombée en 220, commençant une période de chaos social et politique ; la Chine s'est scindé en de nombreux royaumes et fiefs.

Une grande partie du nord de la Chine a fini par être dominée par la tribu Xianbei, formant la dynastie Wei du Nord. Les moines bouddhistes sont devenus des conseillers auprès des aux dirigeants. Mais en 446, le souverain Wei, l'empereur Taiwu, a commencé une répression brutale du bouddhisme. Tous les temples, textes et art bouddhistes devaient être détruits et les moines devaient être exécutés.

Taiwu est mort en 452 ; son successeur, l'empereur Xiaowen, a mis fin à la répression et a entamé une restauration du bouddhisme qui a notamment donné lieu à la sculpture des magnifiques grottes de Yungang. La première sculpture des grottes de Longmen remonte également au règne de Xiaowen.

Dans le sud de la Chine, une sorte de « bouddhisme de la noblesse » est devenu populaire parmi les Chinois éduqués, se concentrant sur l'apprentissage et la philosophie. L'élite de la société chinoise s'associait librement au nombre croissant de moines et de savants bouddhistes.

C'est à cette époque que de nouvelles écoles bouddhistes ont commencé à voir le jour en Chine. En 402 de notre ère, le moine et enseignant Hui Yuan (慧远) (336-416) a créé la Société du Lotus Blanc au mont Lu, dans le sud-est de la Chine. C'est le début de l'école du bouddhisme de la Terre pure, qui allait devenir la forme dominante du bouddhisme en Asie de l'Est.

Vers l'an 500, un sage indien nommé Bodhidharma est arrivé en Chine. Selon la légende, il fit une brève apparition à la cour de l'empereur puis s'est rendu au nord, dans ce qui est aujourd'hui la province du Henan. Au monastère Shaolin de Zhengzhou, Bodhidharma a fondé l'école de bouddhisme Chán, mieux connue en Occident sous son nom japonais de Zen.

La Chine du Nord et la Chine du Sud se sont enfin réunies en 589 sous la dynastie Sui. Après des siècles de séparation, les deux régions avaient peu en commun, si ce n'est le bouddhisme. L'empereur a rassemblé des reliques du Bouddha et les a fait déposer dans des stupas dans toute la Chine, afin de montrer symboliquement que la Chine était à nouveau une seule nation.

L'influence du bouddhisme en Chine a atteint son apogée pendant la dynastie Tang (618 à 907). Les arts bouddhiques s'épanouissent et les monastères deviennent riches et puissants. Les conflits entre factions ont toutefois atteint leur paroxysme en 845, lorsque l'empereur a commencé à réprimer le bouddhisme en détruisant plus de 4000 monastères et 40000 temples et sanctuaires.

Cette répression a porté un coup fatal au bouddhisme chinois et a marqué le début d'un long déclin. Le bouddhisme ne sera plus jamais aussi dominant en Chine qu'il l'avait été sous la dynastie des Tang. Pourtant, après un millier d'années, le bouddhisme a profondément imprégné la culture chinoise et a également influencé ses religions rivales, le confucianisme et le taoïsme.

Parmi les différentes écoles qui avaient vu le jour en Chine, seules la Terre pure et Chán ont survécu à la répression.

Pourtant, à mesure que la Chine change, le bouddhisme chinois évolue également, se transformant pour rencontrer les forces culturelles et s'adaptant pour trouver une place dans l'économie.

Le miracle économique des dernières décennies a ainsi largement profité aux religions. De gros travaux de restauration ou de rénovation ont été entrepris sur les temples afin de préserver cet héritage historique.

La croissance du bouddhisme en Chine devrait se poursuivre. De nombreux Chinois à la recherche de sens et d'orientation morale dans une société compétitive et en évolution rapide continueront de se tourner vers la religion. Et comme en Occident, la méditation est commercialisée comme un moyen de faire face au stress de la vie moderne dans une économie et une société en transformation rapide.

Le bouddhisme est également devenu utile en tant que source de stabilité sociale et de soft power. Compte tenu de la richesse croissante de la Chine et de son influence internationale, l'importance du pays en tant que centre du bouddhisme dans les décennies à venir semble presque assurée.

x
Que voulez-vous savoir sur la Chine ?