Qu'est-ce que la philosophie du légisme dans la Chine ancienne ?

Qu'est-ce que le Légisme ?

Le légisme (法家 Fǎjiā) dans la Chine ancienne était une école philosophique selon laquelle les êtres humains sont plus enclins à faire le mal que le bien parce qu'ils sont motivés entièrement par leur propre intérêt et qu'ils ont besoin de lois strictes pour contrôler leurs impulsions. On y enseignait que le bien-être des personne dépendait du bien-être de l'État dans lequel elles vivent. Le légalisme s'est donc concentré sur ce qui rendrait l'État plus fort ; plus qu'une doctrine philosophique, il s'agit plus d'un ensemble de lignes directrices pour les dirigeants et les ministres.

Confucius a enseigné que les gens sont fondamentalement bons, mais environ 250 ans après la mort du grand sage chinois, un groupe d'érudits connus sous le nom de légistes a apporté un point de vue différent. Ils croyaient que l'humanité était mauvaise et que, à moins d'être contrôlée, les gens ne s'occuperaient que de leurs propres intérêts. La société fonctionnerait ainsi mieux grâce à un contrôle gouvernemental fort et à une obéissance absolue à l'autorité, avec des lois qui ordonnaient des punitions strictes et des récompenses pour le comportement.

Le légisme est un courant intellectuel concernant le droit, la réforme, la gouvernance, la gestion, la régulation économique, etc. Elle a acquis une popularité considérable dans la seconde moitié de la période des royaumes combattants.

L'idéologie du légisme valorisait l'égalité, la réforme, l'efficacité de l'application de la loi, et s'oppose à la hiérarchie et à l'aristocratie. Elle comprenait un système complet et pratique, dans lequel les gens seraient récompensés de la même manière pour avoir suivi la loi ou apporté des contributions, et seraient punis pour avoir enfreint la loi, quelle que soit leur classe sociale.

Les débuts et l'adoption du légisme

Lorsque la dynastie Zhou a commencé à s'effondrer, que la Chine s'est morcelée en différents États qui cherchaient le système le plus opportun pour maintenir l'ordre social. La guerre permanente était une réalité quotidienne

Ces États se sont battus les uns contre les autres à maintes reprises, mais aucun d'entre eux n'a pu prendre l'avantage sur les autres jusqu'à ce que le roi Ying Zheng de Qin adopte la philosophie du légisme, menant une politique intérieure et des campagnes militaires selon ce principes pour obtenir la victoire.

Une approche visant à contrôler les pires pulsions des gens, avec la menace de punitions sévères pour avoir fait le mal, semblait alors être la meilleure façon de gérer le chaos.

Le légisme de Shang Yang traitait de situations quotidiennes, mais s'étendait aussi à la façon dont on doit se comporter en temps de guerre. On lui attribue la « tactique de la guerre totale » qui a permis à l'État de Qin de vaincre les autres États belligérants pour contrôler la Chine.

Shang Yang, le grand réformateur de l'état de Qin
Il a impressionné et gagné la confiance du roi de Qin, grâce à son talent et à ses brillantes idées de réforme, qui ont fait de l'État Qin le plus fort des empires

Les anciennes règles de chevalerie que les armées chinoises avaient toujours respecté ont été ignorées par les Qin, qui ont écrasé un État après l'autre. Lorsque le dernier a été conquis, Ying Zheng s'est déclaré premier empereur de Chine : Shi Huangdi.

L'empereur comprit à quel point le légisme avait bien fonctionné pour les Qin en temps de guerre et l'adoptèrent donc comme philosophie officielle de l'État en paix. Il aurait ordonné la destruction de tous les livres d'histoire ou de philosophie qui ne correspondaient pas au légisme, à sa lignée familiale, à l'État de Qin ou à lui-même, et aurait fait exécuter plus de 400 universitaires confucéens.

La dynastie Qin et la première unification de la Chine
C'est celle qui a eu la plus courte durée mais elle a été extrêmement importante. Elle a ordonné la création de l'Armée de terre cuit et a été à l'origine de la création de la Grande Muraille de Chine.

Sous le règne de Shi Huangdi, ceux qui enfreignaient la loi, même par des délits mineurs, étaient condamnés aux travaux forcés pour la construction de la Grande Muraille ou du Grand Canal ou des nouvelles routes dont la dynastie Qin avait besoin pour le déplacement des troupes et des approvisionnements. Le peuple chinois détestait le légisme mais était impuissant face aux soldats et aux gouverneurs de la dynastie Qin qui faisaient respecter la loi.

Des lois sévères

La loi (法 Fǎ) était le concept central dans le système de pensée des légistes. Des lois clairement écrites définissaient la conduite à tenir et évitaient ainsi les conflits. Ces lois devraient être d'une sévérité extravagante, de manière à décourager les malversations ou même la lenteur à obéir à l'État. Elles devraient être appliquées rapidement, afin de souligner le fait que les actes répréhensibles entraînent automatiquement des sanctions.

L'élite dirigeante qui décidait des lois était séparée du peuple ; le dirigeant était au-dessus de la loi, gouvernant par « droit divin ». Cependant, en sa faveur, les lois sont appliquées uniformément et équitablement à tous, indépendamment du pouvoir ou de la position, afin que chacun sache où il se situe.

Le dirigeant devait également mettre de côté les questions de moralité et de clémence ; il ne devait faire confiance à personne, en particulier à sa famille proche. Il devait maintenir tout le monde dans l'ignorance de ses plans.

Un autre aspect positif est que les nominations sont faites au mérite et non par favoritisme. Les lois prévoient des récompenses pour les bonnes conduites ainsi que des sanctions pour les mauvaises. Les lois ne sont pas fondées sur la compréhension du bien et du mal moral, elles ont été promulguées et doivent être respectées.

Tout le monde doit obéir au dirigeant sans se poser de questions : les intérêts de l'État doivent passer avant les intérêts des individus et de leurs familles.

Ce système était totalement opposé aux autres enseignements classiques de la chine ancienne :

  • opposé au confucianisme, car il place le bien-être de l'État bien au-dessus de celui de la famille ;
  • opposé au taoïsme, car il considère l'État comme un élément clé alors que le taoïsme le dénigre ;
  • opposé au mohisme, car il souligne l'importance des dirigeants qui agissent sans se soucier du bien ou du mal, et que la guerre, si elle n'est pas réellement glorifiée, est considérée comme un instrument valable de l'art de gouverner.

L'un des éléments les plus intéressants du légisme était son interprétation de l'histoire. Contrairement à toutes les autres écoles de pensée en Chine, elle ne se tourne pas vers le passé comme source d'exemples à imiter. Son point de vue était tout à fait réaliste : les conditions changent, et les politiques doivent aussi changer. Ce qui était bon pour les sages rois d'autrefois serait mauvais aujourd'hui.

À l'époque, la population était faible et il y avait plus qu'assez de terres pour tout le monde. Par conséquent, il y avait peu de conflits entre les individus et les communautés, et peu de besoin de contrôle gouvernemental.

Mais alors que la population augmentait, la concurrence pour les terres est intense, le gouvernement devait donc exercer un contrôle strict.

La dynastie Han et la suppression du légisme

La doctrine est restée en vigueur tout au long de la dynastie Qin jusqu'à sa chute en 206 avant JC. Le pays était alors à nouveau plongé dans le chaos, les états de Chu et de Han se sont battus pour le contrôle du pays jusqu'à ce la dynastie Han soit fondée. Elle a régné pendant presque 20 ans et a initié un grand nombre des avancées culturelles les plus importantes de l'histoire chinoise ; l'ouverture de la route de la soie n'étant que l'une d'entre elles.

À l'origine, une forme de légisme a été conservée comme philosophie officielle, mais c'était une version beaucoup plus douce que celle des Qin. L'empereur l'a finalement abandonné le légisme au profit du confucianisme et a également rendu illégal l'exercice d'une fonction publique par toute personne qui suivait la philosophies du legisme.

Le confucianisme a pu à nouveau s'exprimer ouvertement pendant la dynastie Han. La suppression du légisme a notamment permis d'explorer des points de vue opposés. Cela ne signifie pas pour autant que le légisme a disparu ou qu'il n'a plus d'effet sur la culture chinoise. Il est resté une philosophie de référence tout au long de l'histoire de la Chine jusqu'à l'époque moderne.

x
Que voulez-vous savoir sur la Chine ?