Shang Yang, le grand réformateur de l'état de Qin

Shang Yang, le grand réformateur de l'état de Qin

Le légisme a joué un rôle majeur dans l'histoire de la tradition gouvernementale chinoise. L'un des principaux représentants et formulateurs de cette école de pensée dans l'Antiquité était Shang Yang (商鞅, Shāng Yǎng), un fonctionnaire de l'État de Qin. Il a supervisé un programme de réformes dans des domaines tels que le droit pénal et la vie économique du pays, qui visaient à renforcer le pouvoir de l'État. Ces principes légistes ont permis aux Qins de gagner en supériorité sur les autres États, conduisant finalement à l'unification de la Chine sous le règne de la dynastie Qin.

Shang Yang (environ 390-338 avant JC) était un homme d'État et philosophe politique chinois. Son vrai était Gongsun Yang (公孫鞅 Gōngsūn Yǎng) ; il est né à Wei, un État du centre-nord de la Chine. Sa mère était concubine d'un membre de la famille royale Wei. Dans sa jeunesse, il s'est spécialisé en droit pénal, et était l'un des favoris du Premier ministre Wei, qui a recommandé au dirigeant Wei que Shang Yang succède au ministère à sa mort.

Cette demande a été rejetée, et Shang Yang, sentant qu'il n'était pas apprécié à Wei, s'est rendu dans l'État occidental de Qin, qui cherchait des hommes capables d'offrir des conseils pratiques sur les affaires de l'État.

Il a impressionné et gagné la confiance du roi de Qin, grâce à son talent et à ses brillantes idées de réforme, qui ont fait de l'État Qin le plus fort empire de la période des Royaumes combattants (403-221 avant J.C) et ont jeté des bases solides pour la future unification de la dynastie Qin (221-207 avant JC).

Le déclin de l'État Qin et les ambitions de son nouveau roi

En 389 avant JC, le général Wu Qi, à la tête de 50,000 soldats de l'État de Wei, a vaincu les 500,000 soldats de Qin. Après cet échec cuisant, l'État Qin perdit de nombreuses villes, fut contraint de battre en retraite et de changer de capitale. Depuis lors, Qin a régressé, tandis que les six autres royaumes ont mis en œuvre des réformes et ont poursuivi leur expansion.

Après que le duc Xiao de Qin (381-338 avant J.C), surnommé Quliang, soit monté sur le trône et soit devenu le roi de Qin, il a publié une annonce pour recruter des personnes talentueuses, disant que quiconque pourrait rendre l'État Qin fort se verrait attribuer le pouvoir, une position politique, de nombreuses terres et un titre honorable.

Lorsque Shang Yang entendit parler de ce recrutement, il a quitté son pays et est venu dans l'État de Qin. Il a d'abord présenté les idées du confucianisme et du taoïsme, mais n'a pas obtenu de réponses positives. Lors de la réunion suivante, Shang Yang a présenté les concepts du légisme, ce qui a fortement impressionné le roi.

Shang Yang pensait qu'une réforme complète serait le moyen le plus efficace de rendre l'État de Qin fort et riche. Il a convaincu le roi qu'être visionnaire signifie généralement être critiqué et remis en question, et que le développement de la société nécessitait une réforme judicieuse. Lorsque les conditions changent, et les politiques doivent aussi changer. Obéir aux schémas des anciens empires ne peut que mener à la perte, exactement comme ces royaumes précédents.

Les réformes de Shang Yang dans l'État Qin

A partir de 359 avant JC, le roi a soutenu Shang Yang, qui a pu commencer à mettre en œuvre une série de réformes complètes de la structure politique, sociale et économique de l'État Qin. Il a préconisé le renforcement du système judiciaire et l'imposition de peines sévères pour les crimes de toutes sortes.

Shang Yang visait à faire de Qin un État puissant par le biais de deux processus parallèles et interconnectés : encourager la production agricole et renforcer les prouesses militaires.

Pour atteindre ces objectifs, il préconisait un système clair de récompenses et de punitions, selon lequel des rangs aristocratiques seraient accordés pour les hauts rendements céréaliers et pour les mérites militaires, tandis qu'une forte taxation serait appliquée contre les marchands et autres "parasites", et que de sévères sanctions seraient imposées à ceux qui fuyaient le champ de bataille et à leurs proches.

Il a affirmé qu'une gestion rationnelle des fonds de l'État et l'affectation de plus de ressources à la récupération des terres favoriseraient la production agricole, tandis que les réalisations militaires seraient obtenues en abandonnant toute prétention à un comportement moral sur le champ de bataille : Lorsque vous entreprendrez ce que l'ennemi a honte de faire, vous en tirerez profit.

La principale préoccupation de Shang Yang était d'aider le souverain à soumettre et à vaincre son peuple. Le peuple est intrinsèquement égoïste et stupide, et il ne sait pas comment atteindre la prospérité et la paix.

C'est pourquoi un système juridique uniforme de récompenses et de punitions est nécessaire pour ramener l'ordre.

Les punitions doivent être sévères : imposer des peines sévères pour les plus petites violations de la loi peut empêcher l'apparition de délits capitaux. Ce n'est qu'en effrayant le peuple, en établissant un système de responsabilité collective et de surveillance mutuelle, que le dirigeant peut éliminer les crimes et instaurer la paix pour les citoyens. Cet objectif finalement moral doit donc être atteint par des moyens ouvertement immoraux.

Les soldats pouvaient gagner des titres de noblesse ou obtenir des récompenses grâce à leurs exploits militaires, tandis que les nobles pouvaient perdre leurs titres et leurs privilèges politiques s'ils n'étaient pas performants lors des guerres. Chacun avait la possibilité de devenir noble, quelle que soit son origine.

Cette politique a fait naître dans l'esprit de nombreuses personnes l'idée que personne ne naît noble ou humble, une idéologie importante de la culture chinoise.

Shang Yang a également encouragé les gens à se surveiller les uns les autres ; si quelqu'un enfreignait la loi et que d'autres personnes ne le signalaient pas, tous seraient punis, comme s'ils avaient commis le même crime.

La prospérité de l'État Qin et la tragique fin de Shang Yang

Grâce à la réforme de Shang Yang, l'État Qin est devenu l'un des royaumes les plus prospères, avec l'armée la plus puissante, dans laquelle chaque soldat avait une forte volonté de se battre et de gagner.

Voyant son succès, les autres royaumes ont également commencé à essayer de se réformer et d'améliorer leur compétitivité, mais personne ne pouvait triompher de ce que Shang Yang était capable de faire.

Shang Yang a réussi à créer un État fort et intrusif qui a changé profondément la société. Son succès, admis même par ses rivaux, explique son attrait, malgré ses attaques ouvertes contre les intellectuels.

À long terme, cependant, ces attaques se sont retournées contre Shang Yang et ses disciples, donnant au légisme une étiquette ouvertement négative parmi les membres de l'élite éduquée.

Quelques décennies plus tard, le roi qui avait encouragé ces grandes réformes est décédé. Le prince héritier est devenu le prochain roi de Qin. Monarque intelligent et accompli, il avait tout à fait conscient de la compétitivité que la réforme de Shang Yang avait apportée à Qin, aussi a-t-il poursuivi ses politiques à la lettre.

Cependant, ces réformes ont également mis en péril les intérêts de nombreuses personnes et ont offensé la quasi-totalité de la classe noble de l'État Qin.

A cause de haines personnelles, ou en essayant d'apaiser les nobles, ou en se sentant menacé par le talent et la réputation de Shang Yang, le roi a ordonné d'exécuter Shang Yang. Ce dernier a tenté de s'échapper après avoir découvert qu'il avait été piégé, mais il a échoué en raison de ses propres règles strictes. Selon sa propre loi, une personne sans identité valide devait être dénoncée.

Le grand réformateur qui a fait passer Qin d'un état arriéré au royaume le plus prospère et le plus puissant, qui avait été un bon ami de l'ancien roi, a été attrapé, déchiqueté par cinq charrettes, puis enterré à la hâte par certains de ses fidèles, dans le royaume qu'il avait consacré sa vie à faire prospérer et à développer

Après la mort de Shang Yang, l'État Qin a continué à s'étendre, jusqu'à ce qu'un siècle plus tard, Qin arrive à vaincre les six autres royaumes et unifiait toute la nation et établisse la forte dynastie Qin.

x
Que voulez-vous savoir sur la Chine ?