Qui était Mozi, ce philosophe chinois fondateur du moïsme ?

Qui était Mozi, le fondateur du moïsme ?

Mozi (墨子 Mòzǐ, littéralement « Maître Mo ») était un philosophe chinois de la période des Royaumes Combattants (481-221 avant JC) et fondateur du moïsme, un système philosophique qui insiste sur « l'amour universel » comme sens de la vie et solution à tout conflit.

On ne sait que peu de choses de Mozi, pas même de quelle partie de la Chine il venait. Les textes des Qin (221-206 avant JC) et de la dynastie Han (206 avant JC - 220 après JC) énumèrent souvent Confucius et Mozi comme les deux grands enseignants moraux de l'ère des Royaumes Combattants. Il est fort probable qu'il ait vécu entre le milieu et la fin des décennies du 5e siècle avant JC, à peu près contemporain de Socrate en Occident.

Pour replacer l'homme dans le contexte de l'époque, la Chine n'était pas ce qu'elle est aujourd'hui. Il ne s'agissait pas d'un pays géant et unifié, dirigé par un seul homme ou un parti unique. Au lieu de cela, c'était une accumulation d'États en guerre et une période chaotique de l'histoire de la Chine. Mozi était un philosophe qui essayait de donner un sens à tout cela à sa manière. Il voulait prendre le chaos et le transformer en ordre.

Mozi était un charpentier devenu un expert dans la construction d'échelles de siège et la conception de fortifications. Il était d'une part très demandé par les dirigeants des sept États pour les aider à vaincre leurs adversaires, et d'un autre côté il a reconnu que la guerre était insensée et contraire à la bonté de la vie. Il essayait donc de ne pas donner un avantage d'attaque ou de défense à l'un ou l'autre des États, afin de maintenir l'équilibre entre eux.

Mozi avait compris que les États ne se battaient pas pour le bien du peuple, mais uniquement par intérêt personnel. Il pensait que ce genre de comportement était tout simplement égoïste et fondamentalement immoral.

Pourtant, bien que ces efforts aient été largement infructueux et qu'on se moquait souvent de lui, cela ne l'a en aucune façon dissuadé de suivre son cours. Il a ainsi créé une école dans laquelle il formait des étudiants à la fois en en menuiserie et en philosophie chinoise; Beaucoup de ces étudiants sont devenus d'ardents disciples et l'ont aidé à diffuser son message d'amour universel.

Il semble que, dès le départ, Mozi était en fait un fan du confucianisme. Il a cependant fini par se lasser de certaines des idées confucéennes, notamment de tous les rituels qu'ils impliquent et du concept de Rén, qui suppose que l'amour que l'on porte à sa famille doit être d'un type particulier et différent de la bienveillance générale que l'on témoigne aux autres.

Au lieu de cela, Mozi croyait en ce qui est devenu connu sous le nom de 兼愛 (jiān'ài) dans le Mohisme. C'est l'idée de l'amour indifférencié. C'est-à-dire que vous devez aimer et respecter tout le monde de la même manière, indépendamment de qui ils sont.

Cette croyance a constitué la base de l'éthique Mozi dans laquelle le comportement individuel d'une personne dicte son caractère et, par extension, la qualité de l'État. Si l'on est gentil et que l'on vit une existence harmonieuse, on attirera la gentillesse et l'harmonie à soi-même et, inversement, si l'on est méchant, on attirera une réponse similaire des autres.

Mozi pensait également que tous les rituels et cérémonies du confucianisme étaient une perte de temps et d'argent public. Et donc, l'une des croyances centrales du moïsme était l'idée que le gaspillage devait être éliminé, tout comme le luxe et les cérémonies. Au lieu de cela, les gens devraient vivre des vies simples, des vies utiles et frugales plutôt que grandiloquentes.

Son dévouement à la cause de la paix a même été reconnu et admiré, même par son critique le plus sévère, le philosophe confucéen Mencius (372-289 avant JC). Si le moïsme a a gagné un soutien de terrain, il a également été critiqué comme étant trop idéaliste et peu pratique.

Lorsque l'État de Qin a finalement vaincu les autres et fondé la dynastie Qin (221-206 avant JC), les œuvres de Mozi (ainsi que celles de Confucius et de Lao Tseu) ont été interdites et la philosophie du légisme adoptée.

Sous la dynastie Han (202 avant JC - 220 après JC), le confucianisme a été adopté comme philosophie nationale, et le moïsme a été oublié jusqu'à son renouveau au 20e siècle de notre ère.

x
Que voulez-vous savoir sur la Chine ?