10 faits fascinants sur les empereurs de la dynastie Qing

10 choses fascinantes sur les empereurs de la dynastie Qing

La dynastie Qing a régné sur la Chine pendant près de trois siècles, de 1644 à 1912, avec une succession d'empereurs qui ont marqué l'histoire et la culture du pays. Des premiers souverains qui ont consolidé le pouvoir et élargi l'empire aux derniers empereurs qui ont dû faire face à des conflits internes et à des agressions étrangères, chacun d'entre eux a eu une histoire unique à raconter. Dans cet article, nous allons explorer 10 faits fascinants sur les empereurs de la dynastie Qing qui mettent en lumière leurs personnalités, leurs réalisations et leurs défis.

Des décrets secrets aux collections d'art, de l'interdiction de l'opium aux luttes de pouvoir, nous allons découvrir certains des aspects les moins connus de ces personnages historiques fascinants. Que vous soyez féru d'histoire ou simplement curieux du passé de la Chine, rejoignez-nous dans ce voyage à travers la vie et l'héritage des empereurs de la dynastie Qing.

Le décret secret de l'empereur Yongzheng

L'empereur Yongzheng (1722 - 1735) était un écrivain prolifique qui a laissé derrière lui une vaste collection de poèmes, d'essais et de décrets. L'un de ses documents les plus fascinants est un décret secret qu'il a écrit avec son propre sang.

Selon la légende, l'empereur Yongzheng craignait que son successeur, l'empereur Qianlong, ne respecte pas ses souhaits et que l'empire sombre dans le chaos. Pour éviter cela, il rédigea un décret stipulant que le trône devait revenir à son fils préféré, le quatrième prince, au lieu du prince héritier, qui avait les faveurs de l'empereur Qianlong.

Le document a été caché dans une boîte de jade et enterré dans le palais. Il n'a été découvert qu'en 1923, soit près de 200 ans après sa rédaction.

L'amour de l'art de l'empereur Qianlong

L'empereur Qianlong (1735 - 1796) a été l'un des empereurs de la dynastie Qing qui a régné le plus longtemps et qui a connu le plus de succès. Il a présidé à un âge d'or de prospérité, de réalisations culturelles et d'expansion territoriale. L'une de ses passions était de collectionner des œuvres d'art et des antiquités, et il a rassemblé l'une des plus grandes collections au monde.

La collection de l'empereur Qianlong comprenait des milliers de peintures, de calligraphies, de céramiques, de jades et d'autres objets provenant de Chine et de l'étranger. Il appréciait particulièrement l'art européen et commanda à des missionnaires jésuites des portraits de style occidental de sa famille et de sa cour.

Aujourd'hui, une grande partie des trésors de l'empereur Qianlong se trouve au musée du palais à Pékin (dans la cité interdite).

Cité Interdite de Pékin : le plus grand ancien Palais du Monde
Ses célèbres murs rouges, ayant abrité les empereurs Ming et Qing pendant près de 500 ans, sont l'emblème le plus important de la capitale.

L'interdiction de l'opium par l'empereur Daoguang

opium, fumerie
Une fois dépendants, les gens faisaient souvent presque n'importe quoi pour continuer à avoir accès à la drogue. Le gouvernement chinois a reconnu que l'opium devenait un grave problème social et, en 1800, il a interdit à la fois la production et l'importation d'opium.

L'empereur Daoguang (1820 - 1850) a été confronté à un problème social et économique majeur au cours de son règne : l'usage répandu de l'opium. L'opium avait été introduit en Chine par des commerçants britanniques à la fin du 18e siècle et était rapidement devenu une drogue populaire et addictive.

L'empereur Daoguang, alarmé par les coûts sociaux et économiques de l'opiomanie, a publié une série de décrets interdisant l'importation, la vente et l'utilisation de l'opium. Ces décrets ont été largement ignorés par les Britanniques et d'autres puissances étrangères, ce qui a conduit aux guerres de l'opium et à la perte de la souveraineté chinoise.

Les guerres de l'opium : un tournant dans l'histoire de la Chine
Au 19e siècle, la Grande-Bretagne déclenchait deux guerres contre la Chine afin de forcer son ouverture en développant la dépendance des Chinois à l'opium.

Le règne de l'empereur Xianfeng pendant la rébellion des Taiping

L'empereur Xianfeng (1850 - 1861) a dû faire face à l'un des plus grands défis de tous les empereurs Qing : la rébellion des Taiping. Cette rébellion, menée par un chrétien converti nommé Hong Xiuquan, visait à renverser la dynastie Qing et à établir une nouvelle dynastie fondée sur des principes chrétiens.

L'empereur Xianfeng a eu du mal à contenir la rébellion et a finalement été contraint de fuir la capitale, la laissant aux mains de ses régents.

La rébellion de Taiping a finalement été écrasée par les forces Qing, mais 20 à 70 millions de personnes sont mortes au cours de cette guerre, ce qui en fait la guerre la plus sanglante de l'histoire après la Seconde Guerre mondiale et le plus grand conflit du 19e siècle.

Le conflit a affaiblie la dynastie Qing et a exposé ses vulnérabilités aux menaces internes et externes.

La lutte de pouvoir entre Cixi et l'empereur Guangxu

L'impératrice douairière Cixi a accédé au pouvoir pour la première fois en tant que régente de son fils, l'empereur Tongzhi, après sa mort en 1875. Elle a continué à exercer le pouvoir pendant les règnes de ses neveux, l'empereur Guangxu et l'empereur Xuantong. Cependant, ses relations avec l'empereur Guangxu étaient conflictuelles et elle a fini par l'assigner à résidence après qu'il ait tenté de lancer une série de réformes qu'elle jugeait trop radicales. Cixi a gouverné la Chine en son nom jusqu'à sa mort en 1908.

Cixi, l'impératrice douairière de la dynastie Qing
De belle concubine impériale à la plus puissante souveraine de l'Empire Qing, Cixia été une habile politicienne à la tête du pouvoir pendant près de 50 ans.

Les efforts de modernisation de Cixi

Malgré sa réputation conservatrice, l'impératrice douairière Cixi a lancé de nombreuses réformes et efforts de modernisation durant son règne. Elle a soutenu la construction de chemins de fer, de télégraphes et d'écoles modernes. Elle a également encouragé l'étude des langues et des cultures étrangères et a envoyé des étudiants chinois à l'étranger pour étudier en Europe et en Amérique.

Cixi était particulièrement intéressée par l'éducation des femmes et a soutenu la création d'écoles féminines et l'introduction de vêtements de style occidental pour les femmes. Bien que ses réformes aient été limitées et parfois superficielles, elles ont jeté les bases des efforts de modernisation ultérieurs de la Chine.

L'enfance de Puyi, le « fils du ciel »

Puyi est né en 1906 et est devenu l'empereur Xuantong à l'âge de deux ans. Il fut le dernier empereur de la dynastie Qing et le dernier dirigeant impérial de la Chine. Enfant, Puyi était traité comme un dieu vivant et était connu sous le nom de « fils du ciel ». Il vivait dans la Cité interdite, entouré d'eunuques, de serviteurs et de précepteurs.

Cependant, sa vie changea radicalement après la chute de la dynastie Qing en 1912. Il a été contraint d'abdiquer et a été assigné à résidence par le nouveau gouvernement républicain.

Puyi, l'incroyable histoire du dernier empereur de Chine
Né d'une vie de privilèges, il a vécu la chute de son empire, des guerres, la fondation de la République Populaire de Chine et il est mort en tant qu'humble jardinier.

L'abdication de Puyi et sa vie après la dynastie Qing

La vie de Puyi après la chute de la dynastie Qing a été marquée par des troubles politiques et des tragédies personnelles. Il a été brièvement rétabli dans ses fonctions d'empereur par un seigneur de la guerre dans les années 1920, mais a été contraint de fuir après la défaite de ce dernier.

Il est ensuite devenu le souverain fantoche des Japonais pendant leur occupation de la Mandchourie dans les années 1930. Après la Seconde Guerre mondiale, il a été capturé par l'Union soviétique et retenu prisonnier pendant cinq ans. Il est finalement libéré et retourne en Chine, où il travaille comme jardinier et bibliothécaire pour le gouvernement communiste.

Il a vécu le reste de sa vie dans une relative obscurité et est mort en 1967. La vie et les expériences de Puyi ont été dépeintes plus tard dans le film Le dernier empereur réalisé par Bernardo Bertolucci.

Les Qing imposèrent leur coiffure et leurs vêtements aux Han

L'un des traits les plus distinctifs des empereurs de la dynastie Qing était leur coiffure. Le peuple mandchou portait traditionnellement une coiffure en « queue de cheval », dans laquelle la partie avant de la tête est rasée et le reste des cheveux est porté sous la forme d'une longue natte tressée. En juillet 1645 l'empereur demandait à tous les Chinois Han d'adopter la coiffure de la queue dans les dix jours, sous peine de mort.

Les Mandchous considéraient cette politique comme un test de loyauté. Cependant, les Chinois Han ne coupaient pas leurs cheveux pour des raisons culturelles et considéraient cet ordre comme humiliant.

De nombreuses personnes se sont donc opposées à cet ordre. Les Qing frappèrent avec force, entraînant plusieurs massacres tristement célèbres au cours desquels des milliers de personnes furent tuées.

Pourquoi les Chinois portaient-ils une longue tresse ?
Les coiffures ont souvent une profonde signification historique. Les longs cheveux tressés en natte raconte l'histoire de la vie des Chinois sous la dynastie Qing.

Les mandchous portaient également de longues robes, typiques de leur culture. Appelées Changpao (長袍) pour les hommes et Qipao(旗袍) pour les femmes, ces robes masquaient les formes du corps et contrastaient avec l'élégance du Hanfu, le costume traditionnel des Hans.

Avec la révolution qui a renversé la Chine impériale, les femmes chinoises ont commencé à se libérer des chaînes du patriarcat et de la tradition. La robe qipao en est devenue le symbole : ce n'était plus simplement une tenue traditionnelle chinoise, mais le symbole de l'émancipation de la femme chinoise.

Les passages secrets de la Cité interdite

La Cité interdite, le palais impérial situé au cœur de Pékin, a été la résidence des empereurs Qing pendant plus de 200 ans. C'est l'un des exemples les plus célèbres et les mieux préservés de l'architecture impériale dans le monde. Cependant, le palais contient également de nombreux passages secrets et pièces cachées qui étaient utilisés par les empereurs et leurs courtisans.

Ces passages étaient utilisés à diverses fins, notamment pour espionner les courtisans, échapper à un danger et accéder à des quartiers privés. Certains de ces passages secrets ont été ouverts au public ces dernières années, ce qui permet aux visiteurs d'avoir une vue plus intime de la Cité interdite.

Dynastie Qing : le dernier chapitre impérial de la Chine
Cette dynastie a émergé en Mandchourie, dans le nord de la Chine, et a pris le contrôle de Pékin en 1644 avec la chute de la dynastie Ming.

Les empereurs de la dynastie Qing formaient un groupe diversifié d'individus qui ont dû faire face à un large éventail de défis au cours de leur règne. Qu'il s'agisse de consolider le pouvoir ou de faire face à une agression étrangère, de mettre en œuvre des réformes sociales ou de préserver la culture traditionnelle, chaque empereur a laissé sa marque sur l'histoire et l'héritage de la Chine.

Les dix faits fascinants que nous avons explorés dans cet article nous ont permis de mieux comprendre la personnalité, les réalisations et les luttes de ces personnages remarquables. Des édits secrets de l'empereur Yongzheng aux efforts de modernisation de l'impératrice douairière Cixi, de l'interdiction de l'opium par l'empereur Daoguang à l'abdication de Puyi, chaque fait a révélé un aspect unique des empereurs de la dynastie Qing. En réfléchissant à leur héritage, nous pouvons apprécier leur contribution au passé de la Chine et leur impact sur son présent.

Vous pourriez aussi être intéressés par ces articles

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus.