Prendre un taxi ou un Didi (équivalent de Uber) en Chine

Devenez un pro du Taxi et de Didi en Chine !

Vous vous rendiez en Chine pour un voyage ou pour un long séjour, vous aurez forcément besoin d'un taxi à un moment ou à un autre. C'est un moyen rapide et pratique de se rendre à destination, que soit un hôtel, une gare, un aéroport ou un site touristique, d'un aéroport ou d'une gare. Alternative indispensable aux transports en commun en Chine, il est indispensable que vous sachez comment utiliser un taxi !

Le problème est que pendant leur voyage en Chine, la plupart personnes ont souvent peur de prendre un taxi (et s'ils se faisaient arnaquer !?!?). Ou bien ils ne comprennent pas les différentes options qui s'offrent à eux.

Pourtant on en trouve dans presque toutes les villes, ils sont bon marché, pratiques et sont même indispensables dans certaines situations.

Donc ce que j'aimerais faire, c'est vous expliquer les différentes façons de prendre un taxi. Egalement, ce sera l'occasion de répondre aux questions les plus courantes que vous pourriez vous poser telles que : comment trouver un taxi ? Est-ce que le chauffeur parle anglais ? Combien ça coûte ? Est-ce qu'il faut laisser un pourboire ?

Aller, en route !

Dans quels cas aurez-vous besoin d'un taxi en Chine ?

Il y a une chose que beaucoup de chinois ont en commun : ils n'ont pas de voiture personnelle. Posséder une voiture en Chine et obtenir un permis de conduire est compliqué et coûteux. De plus, les moyens de transports tels que les trains, les bus et même les vélos en libre-service sont formidables !

Dans la plupart des cas, vous n'aurez pas besoin d'une voiture lorsque vous voyagez Chine. Cependant, il peut arriver qu'il soit plus rapide ou plus pratique de monter à l'arrière d'une voiture que d'attendre le bus, par exemple pour se rendre dans certains sites touristiques.

Dans les petites villes ou à la campagne, là où le système de transport public n'est pas très développé, le taxi est souvent le seul moyen d'arriver dans un endroit un peu reculé.

En ville, certaines lignes de métro peuvent s'arrêter à 22h30, et lorsque vous sortez le soir la seule façon de rentrer c'est le taxi.

En fait, il y a mille et une raisons d'avoir besoin de prendre une voiture !

Utiliser un taxi traditionnel chinois

Vous allez trouver des taxis à peu près partout en Chine, aussi bien dans les villes qu'à la campagne. Et comme dans tous les pays, les gares, aéroports et lieux touristiques majeurs sont des endroits essentiels pour que les chauffeurs trouvent des clients.

Vous pouvez également demander à la réception de votre hôtel d'en commander un. Jusque là, rien de spécial.

Mais les choses se compliquent lorsque vous êtes dans la rue et que vous voulez prendre un taxi. En tant que touriste, vous risquez d'être ignoré.

Pourquoi ? Parce que la plupart des chauffeurs ne parlent que chinois et se disent qu'ils vont avoir du mal à communiquer avec vous, ne pas comprendre où vous voulez aller. Donc s'ils savent qu'ils peuvent facilement faire une course avec un natif, leur choix est vite fait.

Cela ne veut pas dire qu'aucun taxi ne s'arrêtera jamais, mais que parfois vous pourrez en voir passer un libre, vous lui faites signe, et il ne s'arrête pas.

Attendez simplement le suivant et tentez à nouveau votre chance.

taxi
Les taxis sont facilement reconnaissable à leur couleur voyante ainsi que meur enseigne lumineuse sur le toit.

Mais avant de monter dans un taxi, il y a deux ou trois choses que vous devriez savoir :

  • Vous n'irez pas très loin si vous n'avez pas votre destination écrite en chinois. Un simple morceau de papier suffit et dans la plupart des hôtels vous trouverez un aimable employé qui écrira l'adresse avec ses plus beaux caractères chinois. Profitez-en pour passer à la réception et prendre une carte de visite de l'hôtel (avec le nom et l'adresse), elle vous sera utile pour montrer au chauffeur au retour ;
  • Vous ne pourrez pas payer avec votre carte bancaire. Le paiement via mobile est maintenant accepté par la plupart des chauffeurs même si l'argent liquide reste toujours apprécié ! Si vous faites le choix des espèces, prévoyez des petites coupures car il est possible que le chauffeur n'ait pas la monnaie sur un billet de 100¥ ;
  • Vérifiez que le chauffeur met bien le compteur. La loi l'y oblige mais il peut encore y en avoir certains qui essaieront de négocier un prix avec vous. Insistez poliment pour une course facturée au compteur en le montrant du doigt et s'il refuse, sortez (sinon c'est la porte ouverte aux problèmes).

Combien coûte un taxi en Chine ?

Les taxis en Chine ne sont pas chers, même si chaque ville fixe l'ensemble des tarifs de base. Faites attention aux trajets de longues distances et la nuit qui sont majorés.

A Pékin et Shanhai, les 3 premiers kilomètres sont à 13¥, chaque kilomètre supplémentaire sera facturé 2,30¥ et le temps d'attente 2¥ par tranche de 5 minutes.

À partir de 15 kilomètres, et entre 23h et 5h, le prix au kilomètre augmente respectivement de 50% et de 20%.

Tous les chauffeurs de taxi chinois ne vont pas essayer de vous surfacturer ou de vous arnaquer. La plupart sont des gens honnêtes qui essayent de bien faire leur travail. Mais dans cette profession, et partout dans le monde, il y a également pas mal de « margoulins » qui essayent de profiter des touristes un peu perdus. Et sur ce point la Chine n'est pas pire que la France.

Didi, le Uber chinois, est votre ami !

De nombreux chinois préférent désormais utiliser une application de véhicule avec chauffeur (VTC) plutôt que de héler un taxi dans la rue. C'est plus fiable plus sûr et plus pratique d'utiliser son téléphones plutôt que de faire appel à un chauffeur de taxi au hasard.

Et l'application qu'ils utilisent tous est « Didi Chuxing » (滴滴出行). Plus communément appelé Didi, le service peut se vanter de ses 450 millions d'utilisateurs enregistrés en Chine et plus de 20 millions de trajets par jour !

Il fut un temps où l'on pouvait utiliser Uber en Chine, mais ce n'est plus le cas. Les deux entreprises se sont livrées une petite guerre commerciale et c'est finalement Didi qui a gagné, notamment en faisant la promotion du service directement dans les aéroports lorsque les passagers débarquaient. Une petite armée de collaborateurs expliquaient alors individuellement comment installer l'application, et en quelques mois de travail acharné Uber a jeté l'éponge et a revendu son activité à Didi Chuxing en 2016.

Désormais, Didi est le seul service de VTC en Chine (ou du moins les concurrents sont tellement minimes que l'on ne s'y attardera pas).

La bonne nouvelle est que l'utilisation de l'application est extrêmement rapide et efficace. La meilleure nouvelle encore, c'est que l'application est disponible en anglais et que les voyageurs peuvent utiliser leurs cartes de crédit étrangères pour émettre le paiement des services (ce qui élimine la nécessité d'avoir le bon argent liquide sur soi).

Vous devrez télécharger l'application DiDi sur votre téléphone avant d'arriver en Chine, et c'est là que les choses se complique, notamment sur iOS. En effet, l'app est disponible uniquement dans le store chinois. Pour la trouver, il faudra changer (temporairement) le pays de votre compte. Rendez-vous ensuite sur https://www.didiglobal.com où vous aurez un lien direct vers l'AppStore pour télécharger « Didi Greater China ».

Lorsque vous ouvrez Didi pour la première fois, l'application vous demande de créer un compte. Assurez-vous d'avoir un numéro de téléphone portable chinois actif avec un forfait de données. Vous pouvez utiliser les services de paiement WeChat et Alipay.

Une fois téléchargée, l'application fonctionne de manière presque identique à Uber. Vous indiquez votre destination et un chauffeur vient vous chercher.

Les taxis non officiels, ou taxis noirs

Leur surnom n'a rien à voir avec leur couleur, ce sont simplement des personnes qui vont vous proposer de vous emmener où vous souhaitez. Cela n'a rien d'officiel, c'est même illégal, mais ça peut rendre service.

Parfois en soirée vous êtes dans la rue à désespérer depuis plusieurs minutes de ne pas voir passer un seul taxi, et pas un Didi disponible. Vous vous demandez si vous allez pouvoir rentrer à votre hôtel. Et là, une voiture ralenti, met un petit coup de klaxon, baissera sa vitre et vous demandera où vous allez.

Certains sites (principalement des agences de voyage) considèrent cela comme une arnaque. En pratique il s'agit la plupart du temps d'une personne sans emploi qui essaye de se faire un peu d'argent. Ou bien de quelqu'un qui rentre du travail et espère trouver quelqu'un allant dans la même direction que lui et qui pourra donner un petit quelque chose pour rentabiliser le carburant.

Pour ceux d'entre vous qui avez l'habitude de voyager, c'est une pratique très courante dans le monde. C'est un peu comme faire du Stop (et dans beaucoup de pays la coutume est de « laisser une pièce » au chauffeur).

Est-ce qu'il faut monter ? Je dirais que si c'est votre premier voyage en Chine, déclinez poliment et attendez un vrai taxi.

Si vous êtes habitués au pays, si vous y travaillez ou étudier, alors pourquoi pas, mais au préalable vérifiez quelques points :

  • Dites-lui précisément où vous voulez aller et là où il pourra vous déposer ;
  • Négociez le prix avant de monter car vous pourrez difficilement le faire une fois en route.

N'ayez pas peur de prendre un de ces taxis noirs, surtout que le risque de se faire détrousser est quasiment nul. Avec toutes les caméras de surveillance dans les rues, si votre disparition est signalée le coupable sera vite retrouvé (et c'est quasiment toujours le cas). Personne ne prendra le risque de passer des années en prison pour potentiellement quelques centaines d'euros qu'il pourrait vous voler.

Evidemment, pour prendre un non officiel, il faut déjà avoir un minimum de connaissances de la langue chinoise, ce qui est rarement le cas des touristes.

x
Que voulez-vous savoir sur la Chine ?