Yongle, un dirigeant influent dans l'histoire de la Chine

L'empereur Yongle, un dirigeant influent dans l'histoire de la Chine

Zhu Di, également connu sous le nom d'empereur Yongle, était le troisième souverain de la dynastie Ming en Chine. Il s'est lancé dans une série de projets ambitieux, dont l'allongement et l'élargissement du Grand Canal, qui transportait des céréales et d'autres marchandises du sud de la Chine vers Pékin. Il a également construit la Cité interdite et a mené un certain nombre d'attaques contre les Mongols, qui menaçaient le flanc nord-ouest de l'empire.

Enfance et chemin vers le trône

Zhu Di est né le 2 mai 1360, d'une mère inconnue et du futur fondateur de la dynastie Ming, Zhu Yuanzhang, qui deviendra l'empereur Hongwu. Dès son plus jeune âge Zhu Di s'est montré plus capable et plus courageux que son frère aîné Zhu Biao. Cependant, selon les principes confucéens, le fils aîné devait succéder au trône.

Adolescent, Zhu Di a reçu la principauté de Yan autour du Pékin moderne. Avec ses prouesses militaires et sa nature agressive, Zhu Di était bien placé pour tenir le nord de la Chine contre les raids des Mongols.

Consolidant progressivement son pouvoir, Zhu Di devient l'un des plus puissants princes de la dynastie. Son frère aîné et le premier héritier de son père, Zhu Biao, est décédé en 1392. L'empereur Hongwu désigna alors le fils de Zhu Biao, Zhu Yunwen, son deuxième successeur. Après le décès de Hongwu en 1398, Zhu Yunwen a revendiqué le trône sous le nom de Jianwen. Cependant, son règne ne dura pas longtemps.

Jianwen n'était qu'un enfant lorsqu'il monta sur le trône, et ses ministres voyaient sa position gravement menacée par la puissance militaire de ses oncles (l'empereur Hongwu avait 26 fils). Ils lui conseillèrent de désarmer ses oncles et de les écarter du pouvoir.

Plusieurs des frères moins puissants de Zhu Di ont été soit rétrogradés, soit exécutés. Cela lui a donné l'occasion de lancer une rébellion contre son neveu.

Zhu Di avait une armée considérable, et lorsque Jianwen le somma de déposer les armes, il se révolta. Le conflit dura trois ans et se solda par la prise de Nankin par les troupes de Zhu Di.

Le 17 juillet 1402, Zhu Di monte sur le trône des Ming à l'âge de 42 ans, en tant qu'empereur Yongle. Ses premières années de règne ont été consacrées à étouffer les spéculations quant à son usurpation du trône et à reconstruire le pays après la dévastation causée par la rébellion.

Déplacement de la capitale à Pékin et construction de la Cité interdite

Au début du 15e siècle, les Mongols ont connu une résurgence aux frontières de la Chine. L'empereur Yongle a donc déplacé la capitale de Nanjing à Pékin en 1421 pour être mieux placé pour faire face à toute menace étrangère. La ville a déjà été capitale sous d'anciens régimes, et c'est également dans cette province que l'empereur avait personnellement commandé lorsqu'il était le prince de Yan.

À grands frais, Pékin a été agrandie et entourée d'un mur de dix mètres de haut et d'une quinzaine de kilomètres de long. Accessible par neuf portes, la ville était disposée selon un plan de quadrillage régulier. Les besoins en nourriture de Pékin étaient tels que le Grand Canal fut approfondi et élargi afin que les navires céréaliers puissent facilement atteindre la capitale.

Cité interdite, Pékin, dynastie Ming
La Cité interdite a été le centre politique et rituel de la Chine pendant plus de 500 ans. Après son achèvement en 1420, la Cité interdite a abrité 24 empereurs, leurs familles et leurs serviteurs pendant les dynasties Ming et Qing.

L'une des contributions durables de Yongle à l'histoire chinoise fut la construction de la Cité interdite au coeur de Pékin, construite comme résidence impériale. Sa construction a commencé en 1407 et des milliers d'ouvriers ont passé les 14 années suivantes à créer l'une des plus grandes villes du monde. Les bâtiments, posés sur des dalles de pierre blanche, étaient faits de bois peint en rouge et de tuiles de céramique émaillée en jaune, et étaient entourés d'un haut mur.

Outre les bâtiments fonctionnels, il y avait d'immenses places ouvertes, des pavillons, des jardins d'ornement, des canaux, des ponts et des pagodes.

L'ensemble était conçu pour ne laisser aucun doute au visiteur sur le pouvoir du souverain qui pouvait construire un tel complexe.

Utilisée également par les empereurs de la dynastie Qing, pas moins de 24 empereurs ont résidé dans la Cité interdite qui a été continuellement agrandie et restaurée jusqu'à atteindre son impressionnante superficie actuelle de quelque 72 hectares.

Cité Interdite de Pékin : le plus grand ancien Palais du Monde
Ses célèbres murs rouges, ayant abrité les empereurs Ming et Qing pendant près de 500 ans, sont l'emblème le plus important de la capitale.

Les 7 voyages de Zheng He et une fin temporaire de l'isolationnisme

L'empereur Yongle n'a pas attendu longtemps avant de se lancer dans une politique étrangère beaucoup plus agressive que ses prédécesseurs et de mettre fin à l'isolationnisme commencé par son père. En 1406 il a envoyé une armée pour envahir un Vietnam alors indépendant, même si le pays allait retrouver son indépendance 20 ans plus tard.

Il y aura également plusieurs campagnes contre les Mongols pour s'assurer que les frontières nord de la Chine soient respectées.

Une stratégie plus pacifique et plus réussie de l'empereur Yongle pour favoriser de nouvelles relations internationales a été son utilisation des missions diplomatiques.

Des ambassadeurs ont été envoyés en Asie centrale, ainsi qu'en Mandchourie, au Tibet et en Corée, avec un certain succès.

La plus célèbre de ces missions fut cependant les aventures de Zheng He, considéré comme le plus grand explorateur de la Chine. Cet eunuque musulman devenu amiral de la flotte impériale a été envoyé par l'empereur Yongle dans sept voyages diplomatiques entre 1405 et 1433. Chaque voyage impliquant plusieurs centaines de navires.

Zheng a navigué le long de routes établies vers la côte de l'Inde, le golfe Persique et la côte est de l'Afrique ; beaucoup de ses destinations finales étaient de nouveaux points de contact pour les Chinois.

Zheng He et ses 7 voyages à la découverte du monde
Zheng He, eunuque chinois musulman, commanda 7 voyages vers le Moyen-Orient et l'Afrique, qui firent de la Chine la plus grande puissance navale d'Asie.

Lors de ses voyages, Zheng He distribuait des cadeaux somptueux comme de la soie et de la porcelaine fine Ming ainsi que des lettres d'amitié de l'empereur. L'intention était d'encourager d'une part l'Asie de l'Est à revenir dans la sphère du système tributaire chinois et à étendre ce système à de nouveaux États aussi éloignés que l'Afrique de l'Est.

Yongle voulait que les autres pays prennent conscience de la puissance culturelle de la Chine et la perçoivent comme le pays fort qu'il avait été durant les dynasties chinoises précédentes, comme les Han et les Song. Dans le cadre du système traditionnel de tribut, les pays situés aux frontières de la Chine ont accepté de reconnaître la supériorité culturelle de l'Empire du Milieu. La Chine et ces pays s'échangeaient des cadeaux (le tribut) et c'était également l'occasion de nombreux échanges et de traités commerciaux. Dans ce système, tout le monde était gagnant, la paix et le commerce étant assurés.

Les voyages de Zheng étaient cependant extrêmement coûteux et les successeurs de Yongle allaient abandonner l'idée pour se concentrer sur la protection de ses frontières intérieures contre des forces extérieures potentiellement dangereuses.

Encyclopédie, empereur Yongle, dinastie Ming
L'aspect physique de l'encyclopédie était différent de celui de toutes les autres encyclopédies chinoises de l'époque[. Elle était plus grande, et utilisait un papier spécial. L'utilisation d'une encre rouge pour les titres et les auteurs, une encre exclusivement réservée à l'empereur, a permis de confirmer que les volumes étaient de production royale.

L'encyclopédie de Yongle

Les dynasties chinoises précédentes avaient créé des encyclopédies, mais sous le règne de Yongle, l'une des plus grandes jamais produites a été réalisée. L'énorme « encyclopédie de l'ère Yongle » couvrait toutes les œuvres littéraires chinoises importantes qui avaient survécu jusqu'alors.

Compilé par 147 spécialistes, puis révisé par 3,000 autres, l'ouvrage comptait plus de 22,000 chapitres ; l'index à lui seul en comptait 60. Trop volumineux pour être imprimé, l'original a malheureusement été en grande partie perdu dans les conflits de la fin de la dynastie Ming. Environ 800 chapitres de l'encyclopédie existent encore dans diverses bibliothèques en dehors de la Chine.

Décès et successeurs

Bien que les Ming aient bénéficié des divisions au sein de l'État mongol il y a eu encore des attaques régulières sur le territoire chinois pendant tout le règne de Yongle. La capitale a été déplacée vers le nord et la Grande Muraille de Chine a également été réparée pour se défendre contre les pilleurs mongols.

Grande muraille de Chine
La grande muraille de Chine a toujours été considérée comme un moyen efficace de se protéger des invasions. Si Yongle a pricipale réparé les portions existantes, ses successeurs en ont construit de nouvelles.

Le danger n'a cependant jamais disparu, et l'empereur Yongle est mort en 1424 lors d'une expédition pour combattre une telle incursion mongole. C'était la cinquième campagne de ce type de l'empereur et il a finalement payé le prix pour avoir mené son armée en personne sur le champ de bataille, comme il l'avait fait depuis ses jours de prince.

Yongle mourut à l'âge de 64 ans ; ses successeurs poursuivront son oeuvre et feront en sorte que la Chine Ming devienne l'un des états les plus riches et les plus puissants du monde, doublant sa population pour atteindre environ 200 millions de personnes.

x
Que voulez-vous savoir sur la Chine ?