Zheng He et ses 7 voyages à la découverte du monde

Zheng He et ses 7 voyages à la découverte du monde

Zheng He était un amiral et explorateur chinois qui a mené plusieurs voyages autour de l'océan Indien durant la dynastie Ming. Les chercheurs se sont souvent demandé en quoi l'histoire aurait pu être différente si les premiers explorateurs portugais qui ont contourné la pointe de l'Afrique et se sont installés dans l'océan Indien avaient rencontré l'immense flotte chinoise de l'amiral. Aujourd'hui, Zheng He est considéré comme une sorte de héros populaire, avec des temples en son honneur dans toute l'Asie du Sud-Est.

L'enfant orphelin devenu proche de l'empereur Ming

Zheng He est né en 1371 dans la ville aujourd'hui appelée Jinning, dans la province du Yunnan. Son prénom était « Ma He », indiquant les origines musulmanes Hui de sa famille. Zheng He est l'arrière-arrière-arrière-grand-père de Sayyid Ajjal Shams al-Din Omar, gouverneur persan de la province sous l'empereur mongol Kubilai Khan, fondateur de la dynastie des Yuan qui a gouverné la Chine de 1279 à 1368.

En 1381, l'armée Ming tua le père de He et captura le garçon. À 10 ans à peine, il est transformé en eunuque et envoyé à Beiping (aujourd'hui Pékin) pour servir dans la famille de Zhu Di, 21 ans, le prince de Yan qui deviendra plus tard l'empereur Yongle.

Yongle, un dirigeant influent dans l'histoire de la Chine
Il s'est lancé dans une série de projets ambitieux, a construit la Cité interdite et a mené des attaques contre les Mongols qui menaçaient l'empire Ming.

Ma He excellait dans les combats et les tactiques militaires, étudiait les œuvres de Confucius et de Mencius, et devint bientôt l'un des plus proches confidents du prince. Lorsque Zhu Di usurpe le trône de son neveu et fait couronner empereur Yongle. En raison du rôle clé de Ma He dans le coup d'État, le nouvel empereur lui a attribué un manoir à Nankin ainsi que le nom honorifique de « Zheng He ».

Le nouvel empereur Yongle est confronté à de sérieux problèmes de légitimité en raison de sa prise de pouvoir et du possible meurtre de son neveu. Selon la tradition confucéenne, le premier fils et ses descendants devraient toujours hériter, mais l'empereur Yongle était le quatrième fils. Par conséquent, les érudits confucéens de la cour ont refusé de le soutenir et il en est venu à compter presque entièrement sur son corps d'eunuques, Zheng He surtout.

La flotte au trésor met les voiles

Le rôle de plus important de Zheng a été d'être le commandant en chef d'énormes armadas de navires ; il sera le principal envoyé de l'empereur auprès des peuples du bassin de l'océan Indien.

En 1403, l'empereur Yongle ordonne la construction d'une immense flotte de navires capables de faire le tour de l'océan Indien. Il confie la construction à son serviteur de confiance : Zheng He. Le 11 juillet 1405 la flotte se met en route pour l'Inde sous le commandement de l'eunuque.

À l'âge de 35 ans, Zheng He avait atteint le plus haut rang jamais atteint par un eunuque dans l'histoire chinoise.

Mandaté pour collecter des hommages et établir des liens avec les souverains de l'Océan Indien dans le cadre du système tributaire, Zheng He et son armada se sont mis en route pour Calicut, sur la côte ouest de l'Inde. Ce sera le premier des sept voyages de la flotte au trésor qui se dérouleront entre 1405 et 1432.

Le système tributaire chinois et son engagement pacifique
Ce système politique et diplomatique a existé en Asie de l'Est jusqu'à la fin du 19e siècle, avec l'Empire Chinois comme noyau principal.

A leur retour en Chine Ming, Zheng He et toute sa force d'officiers et de marins ont reçu des récompenses monétaires de l'empereur Yongle. L'empereur était très satisfait de l'hommage apporté par les émissaires étrangers, et du prestige accru de la Chine dans le bassin oriental de l'océan Indien.

Au cours de sa carrière d'amiral Zheng He a négocié des pactes commerciaux, combattu des pirates et ramené un tribut à l'empereur Yongle sous forme de bijoux, de médicaments et d'animaux exotiques. Lui et son équipage ont voyagé et commercé non seulement avec les États qui sont aujourd'hui l'Indonésie, la Malaisie, le Siam et l'Inde, mais aussi avec les ports arabes de l'actuel Yémen et de l'Arabie saoudite.

Changeant radicalement le visage du commerce et de la puissance de l'océan Indien, ces flottes ont entraîné une expansion rapide du contrôle de la Chine Ming dans la région, mais aussi de leur lutte pour le maintenir dans les années à venir en raison du fardeau financier de ces entreprises.

Carte des grands voyages de Zheng He jusqu'en Asie et Afrique
Les voyages de Zheng He s'inscrivent dans le sillage de plusieurs siècles de navigation chinoise. Les navires chinois avaient quitté les ports proches de l'actuelle Shanghai, traversant la mer de Chine orientale, à destination du Japon.

Les « petits navires » de Zheng He

Les flottes que Zheng He commandait lors de ses 7 grandes expéditions entre 1405 et 1433 étaient impressionnantes. Lors du premier voyage, la flotte comptait 255 navires, dont 62 étaient de vastes navires, ou « Baochuan ». Il y avait aussi des navires de taille moyenne comme le « Machuan », utilisé pour le transport des chevaux, et une multitude d'autres navires transportant des soldats, des marins et du personnel divers.

Les navires chinois ont toujours été réputés pour leur taille. Plus d'un siècle avant Zheng He, l'explorateur Marco Polo avait décrit leurs dimensions impressionnantes : entre quatre et six mâts, un équipage pouvant atteindre 300 marins, 60 cabines et un pont pour les marchands.

Pourquoi Zheng He a-t-il eu besoin de tant de navires énormes ? Une des raisons était certainement la crainte.

La vue de ces énormes navires apparaissant un à un à l'horizon devait être vraiment incroyable pour les habitants des bords de l'océan Indien et aurait considérablement renforcé le prestige de la Chine Ming.

L'autre raison est que Zheng He a voyagé avec environ 27,000 à 28,000 hommes : marins, fonctionnaires, médecins, astrologues, cartographes t autres membres d'équipage. Avec leurs chevaux, leur riz, leur eau potable et leurs marchandises, ce nombre de personnes nécessitait un espace énorme à bord du navire. En outre, ils devaient faire de la place pour les émissaires, les marchandises d'hommage et les animaux sauvages qui retournaient en Chine.

Zheng He, bateau, Christophe Colomb, Santa Maria
Maquettes représentant l'impressionnant navire amiral de Zheng He comparé à la Santa Maria de Christophe Colomb

L'héritage de Zheng He et des 7 voyages

En 1424, l'empereur Yongle est décédé. Zheng avait fait six voyages en son nom et ramené d'innombrables émissaires de pays étrangers pour s'incliner devant l'empereur, malgré le coût de ces excursions pesant lourdement sur le trésor chinois. Mais surtout, les Mongols et les autres peuples nomades constituaient une menace militaire constante le long des frontières nord et ouest de la Chine.

Hongxi, le fils aîné de l'empereur Yongle ordonna la fin de la construction et de la réparation de la flotte. Confucianiste, il estimait que les voyages drainent trop d'argent du pays ; il préférait dépenser cet argent pour repousser les Mongols et nourrir les habitants des provinces ravagées par la famine.

Lorsque l'empereur Hongxi mourut moins d'un an après son règne en 1426, son fils de 26 ans devint l'empereur Xuande et décida quand même d'envoyer une dernière fois Zheng He et la flotte au trésor.

Zheng He
Les voyages de Zheng He étaient plutôt conçus comme une démonstration du prestige culturel chinois, ainsi que comme un moyen de relancer le commerce.

En 1432, à l'âge de 61 ans, Zheng He s'est lancé avec sa plus grande flotte dans un dernier voyage autour de l'océan Indien, naviguant jusque sur la côte est du Kenya et s'arrêtant dans les ports de commerce en cours de route. Au cours du voyage de retour, alors que la flotte naviguait vers l'est depuis Calicut, Zheng He est mort. Il a été enterré en mer.

Les érudits confucéens ont sérieusement tenté d'effacer de l'histoire la mémoire du grand amiral eunuque et de ses voyages dans les décennies qui ont suivi sa mort. Ils craignaient un retour aux dépenses inutiles de telles expéditions.

L'histoire de Zheng He a cependant survécu dans les récits des membres de l'équipage qui ont effectué plusieurs des voyages ultérieurs. Aujourd'hui Zheng He est considéré comme un emblème de la diplomatie chinoise et du « soft power »;

x
Que voulez-vous savoir sur la Chine ?