Le fleuve jaune, berceau de la civilisation chinoise

Le fleuve jaune, berceau de la civilisation chinoise

Le fleuve Jaune (黃河, huánghé) est le second plus grand fleuve de Chine, et un élément important de sa géographie. Il a joué un rôle important dans l'histoire du pays, puisque c'est sur son cours moyen et inférieur que les anciens Chinois ont commencé à vivre, faisant de cette région l'une des plus prospères de la Chine primitive. En tant que berceau de la civilisation chinoise, le fleuve jaune est aussi appelé « la rivière mère ».

Le fleuve Jaune est une des icônes culturelles les plus importantes de la Chine. C'est là où les anciennes civilisations ont vu le jour, qu'elles se sont épanouies, que la culture chinoise s'est formée.

Pendant des milliers d'années, à travers le temps et l'espace, il a nourri d'innombrables personnes, a été le témoin de l'ascension et de la chute des anciens empires de la Chine et a forcé les humains à relever d'énormes défis.

Le fleuve jaune, le deuxième plus long fleuve de Chine

D'une longueur de 5 464 kilomètres, le fleuve jaune prend sa source dans le plateau tibétain dont il tire près de la moitié de son eau des glaciers et vastes sources souterraines. Il traverse neuf provinces, principalement dans la partie Nord de la Chine : le Gansu, la Région autonome Hui du Ningxia, la Mongolie-Intérieure, le Shaanxi, le Shanxi, le Henan et le Shandong avant de se jeter dans la mer de Bohai.

C'est le deuxième plus long fleuve de Chine après le Yangtsé, situé plus au Sud.

Carte du parcours du fleuve jaune à travers la Chine

Lorsqu'il atteint la plaine du Nord, le niveau s'abaisse et il poursuit son cours de façon beaucoup plus lente, irriguant de vastes régions agricoles.

Le fleuve Jaune est un élément vital pour rendre le nord de la Chine habitable, aussi bien pour fournir de l'eau potable que pour l'irrigation des cultures.

Les sociétés agricoles apparues sur ses rives il y a plus de 7 000 ans, et aujourd'hui encore, une grande partie de la population du Nord de la Chine est dépendante de ce fleuve.

Depuis des milliers d'années, les Chinois se sont lancés dans de grands projets de travaux publics pour contrôler les eaux du fleuve jaune, y compris par des barrages hydroélectriques à l'époque moderne. Malgré les risques d'inondation, le bassin de la vallée du fleuve jaune abrite une population considérable, et nombre des plus anciennes villes de Chine sont situées le long du fleuve.

Fleuve jaune dans les campagnes chinoises

Pourquoi le fleuve jaune est jaune ?

On l'appelle le fleuve jaune parce qu'il accumule beaucoup de sable et de boue dans son cours supérieur, qui donne au fleuve sa couleur jaune-brun, dont une grande partie se dépose sur la plaine du Nord.

Quand le fleuve déborde, il laisse un résidu jaune derrière lui. Certains le considèrent comme le grand fleuve le plus boueux du monde.

Pourtant, il ne s'est pas toujours appelé « le fleuve jaune ». Avant la dynastie Tang, les gens l'appelaient juste « la rivière ». S'il a ensuite certainement été nommé ainsi à cause de sa couleur, il y a également d'autres raisons possibles.

Son nom peut faire référence à l'empereur jaune (黄帝, huángdì), l'un des ancêtres les plus respectés des Chinois, dont le royaume est né et a prospéré dans la région.

Dans la symbolique des couleurs chinoises, le jaune est l'une des couleurs les plus respectées et associée à l'empereur. Depuis les temps anciens, la couleur jaune fait partie intégrante de la culture chinoise.

Le fleuve jaune est chargé de limon, ce qui lui donne sa couleur caractéristique

Le fleuve jaune et ses inondations dévastatrices

Sur son cours moyen et inférieur, le fleuve Jaune forme un réseau de petits canaux qui s'entrecroisent et se séparent. Dans chaque canal, le limon s'accumule lentement, ce qui provoque une élévation continue du niveau de l'eau. Son cours est principalement canalisé par des digues artificielles constamment réparées.

Pour retenir la rivière et éviter les inondations, les Chinois ont construit 800 kilomètres de digues, et certaines sont énormes. Dans de nombreux endroits, la rivière plusieurs mètres au-dessus du niveau du sol et donc des terres agricoles.

Lorsque les digues se rompent, ce qui arrive assez régulièrement, les plaines environnantes sont dévastées.

Au cours de la longue histoire de la Chine, le fleuve Jaune a ainsi été considéré comme une bénédiction, mais aussi comme une malédiction. Il a été ainsi surnommé à la fois « la fierté de la Chine » (中国的骄傲中国的骄傲, zhōngguó de jiāoào) et « la douleur de la Chine » (中国的痛, zhōngguó de tòng).

Les archives indiquent que, de 602 avant JC à aujourd'hui, le cours du fleuve a connu au moins 5 changements de direction majeurs à grande échelle et que ses digues ont été rompues plus de 1 500 fois.

Un changement de cours majeur, survenu en 1194, a bouleversé le système de drainage du fleuve Huai pendant les 700 années suivantes. La boue du fleuve Jaune a littéralement bloqué l'embouchure du fleuve Huai, laissant des milliers de personnes sans abri.

Traditionnellement, les souverains étaient jugés en fonction de leur souci ou de leur indifférence à l'égard de la préservation des digues.

Le fleuve Jaune a adopté son cours actuel en 1897 après que le dernier changement de cours ait eu lieu en 1855. Dans l'ère moderne, les nouveaux dirigeants se sont profondément engagés à résoudre le problème et ont pris des mesures importantes de contrôle et de conservation des inondations.

Énorme digue sur le fleuve jaune en Chine

Pourquoi le fleuve jaune est important dans la culture chinoise ?

Il y a plus de 7000 ans, les premières tribus primitives s'installent sur les alentours du fleuve jaune ont commencé à développer l'agriculture et l'artisanat, dont les archéologues ont retrouvé des traces. Même à cette époque ancienne, le fleuve connaissant d'énormes inondations qui duraient des années et causaient des dégâts catastrophiques.

Aux alentours de 2100 avant JC, Yu le Grand (大禹, dàyǔ) a réussi à vaincre une énorme inondation qui ravageait et la Chine. Pendant des années, il a fait draguer de nouveaux canaux à partir du fleuve. C'était le premier grand succès de la maîtrise d'une grande crue dans l'histoire ancienne de la Chine.

Yu le Grand est considéré comme l'inventeur des techniques d'irrigation et premier empereur de la première dynastie pré-impériale : la dynastie Xia.

Son succès a, par ailleurs, marqué le début de la lutte unie et à grande échelle du peuple chinois contre les inondations. La puissance des forces et des ressources conjointe a facilité par la suite l'avènement de la dynastie centralisée et unifiée des Qin (221 - 207 avant JC).

Depuis lors, la centralisation et le collectivisme sont devenus des éléments importants de la culture chinoise.

De la dynastie Xia jusqu'à la dynastie Tang, la région du fleuve Jaune a été le centre politique, économique et culturel de la Chine. La région a toujours occupé une position de premier plan ; de nombreux développements culturels peuvent y être attribués, comme les poteries, les soies, le bronze et l'écriture.

Depuis l'ère du néolithique, le fleuve Jaune a façonné de nombreuses terres riches, propices aux cultures, et a nourri et irrigué de vastes terres agricoles dans cette zone pendant des milliers d'années. La civilisation chinoise a été essentiellement agricole jusqu'à la fin des années 1950.

x
Que voulez-vous savoir sur la Chine ?