Système d'irrigation de Dujiangyan, la solution aux innondations

Système d'irrigation de Dujiangyan, la solution aux innondations

Dujiangyan est le plus ancien et le seul système d'irrigation sans barrage qui subsiste au monde, et une merveille dans le développement de la science chinoise. Construit il y a plus de 2 200 ans dans l'actuelle province du Sichuan, dans le sud-ouest de la Chine, cet incroyable exploit d'ingénierie de la Chine ancienne est encore utilisé aujourd'hui pour irriguer plus de 668 700 hectares de terres agricoles, drainer les eaux de crue et fournir des ressources en eau à plus de 50 villes de la province.

Une gestion durable de la technologie de l'eau

Il y a plus de deux millénaires, la région dans laquelle se trouve aujourd'hui Dujiangyan était menacée par les fréquentes inondations causées par le débordement du fleuve Minjiang (un affluent du Yangzi).

Li Bing était fonctionnaire local de la province du Sichuan de l'Etat Qin pendant la période des Royaumes Combattants. Avec son fils, il a découvert que la rivière était gonflée par les eaux de fonte printanière provenant des montagnes locales. Elles se déversaient rapidement et faisaient déborder les berges lorsqu'elles atteignaient la partie inférieure.

Une solution aurait été de construire un barrage, mais Li Bing avait également été chargé de garder la voie navigable ouverte aux navires militaires pour approvisionner les troupes à la frontière. Il proposa donc de construire une digue artificielle pour rediriger une partie du débit du fleuve, puis de creuser un canal à travers le mont Yulei pour déverser l'excès d'eau sur la plaine sèche de Chengdu au-delà.

Li Bing a reçu un financement pour ce projet en 256 avant JC et s'est mis au travail avec une équipe qui comptait des dizaines de milliers de personnes.

La digue a été construite à partir de longs paniers de bambou tissé remplis de pierres et maintenus en place par des trépieds en bois. Le système utilisait des caractéristiques topographiques et hydrologiques naturelles pour résoudre les problèmes de détournement de l'eau pour l'irrigation, de drainage des sédiments, de contrôle des inondations et de régulation du débit sans l'utilisation de barrages.

Dujiangyan, Chengdu, Sichuan, irrigation
Avant la mise en place du système de dontrôle des eaux du Yangzi, les plaines de la région de Chengdu étaient régulièrement innondée.

Le découpage du canal à travers le mont Yulei a été une réalisation remarquable si l'on considère que ce projet a été entrepris bien avant l'invention de la poudre à canon et des explosifs, qui auraient permis aux constructeurs de pénétrer dans la roche dure de la montagne.

Mais Li Bing a trouvé une autre solution. Il a utilisé le feu et l'eau pour chauffer puis refroidir les roches jusqu'à ce qu'elles se fissurent et puissent être enlevées. Après huit ans de travail, un canal de 20 mètres de large avait été creusé dans la montagne.

Une fois le système terminé, il n'y a plus eu d'inondations. En plus de maitriser le débit de l'eau, le système d'irrigation de Dujiangyan a contribué à rendre la plaine de Chengdu riche en agriculture, l'aidant à gagner sa réputation de « Terre d'abondance ».

La maitrise de l'irrigation durant la Chine ancienne

Le système d'irrigation de Dujiangyan est important en raison de son évolution et de sa durabilité au cours des 2000 dernières années. C'est une période particulière longue en raison de l'évolution constante que le système a connue dès la dynastie Han jusqu'au début du 20e siècle. Par essais et erreurs, guerres et catastrophes naturelles, ce projet de système d'irrigation a progressivement évolué pour s'adapter à l'environnement changeant.

Malheureusement, le système d'irrigation de Dujiangyan a fait plusieurs fois naufrage à cause de guerres ou de catastrophes naturelles. Il a été détruit lorsque la Mongolie a conquis la Chine au 13ème siècle avec la fondation de la dynastie Yuan et pendant la guerre du Sichuan lorsque la dynastie Qing a conquis les Ming au milieu du 17ème siècle.

Étonnamment, bien que le système d'irrigation ait été détruit à de multiples reprises, il a trouvé le moyen de se rétablir rapidement en raison de son architecture et de sa conception simplistes.

La simplicité de la conception et des matériaux a permis aux ingénieurs de remplacer ou de supprimer les points problématiques avec facilité. En cas de destruction, la construction rustique naturelle de la structure de l'irrigation a permis d'effectuer des réparations complètes dans l'année même de sa destruction.

Outre la simplicité de l'architecture, les outils utilisés pour créer la digue étaient également très simples. Le manque de sophistication de ces matériaux traditionnels est le secret de l'efficacité de ce système d'irrigation. Les outils et les matériaux utilisés pour la création de ce système d'irrigation sont abondants et peuvent facilement être trouvés dans n'importe quelle zone locale, même dans les sociétés agricoles sous-développées.

Dujiangyan, Chengdu, Sichuan, temple
Le système d'irrigation de Dujiangyan n'est pas seulement un héritage vivant de 2,000 ans ; il est également toujours utilisé aujourd'hui. Les traditions et temples taoïstes sont entièrement préservés tout en conservant les styles de construction traditionnels.

Les héritages du système d'irrigation de Dujiangyan

Les Chinois ont su créer un système d'irrigation dont la construction a eu un impact durable. Le réseau de Dujiangyan a été considéré comme un point de repère en matière de génie hydraulique, car il s'agit du réseau le plus complexe d'un système d'irrigation conçu en 250 avant JC. Les barrages en béton ne durent qu'un siècle environ, jusqu'à ce qu'ils doivent être réparés ou remplacés en raison de l'érosion ou autres phénomènes naturels.

Les matériaux et l'architecture simplistes du système Dujiangyan lui ont permis de tenir pendant des siècles.

Avec un entretien correct, la construction originale du système d'irrigation de Dujiangyan est de loin supérieure à n'importe quel barrage moderne en béton. La cohérence de l'harmonie entre l'homme et la nature est ce qui a permis au système de Dujiangyan d'être continuellement réparé et modifié.

À partir des années 1970, une demande croissante de nourriture a poussé le gouvernement à investir dans l'amélioration du système d'irrigation de Dujiangyan. La construction d'un barrage de dérivation et le réaménagement du réseau complexe de canaux ont été créés. Le barrage de dérivation a été achevé en 1974, et le réaménagement du réseau de canaux a été réalisé en 1970 et 1971.

En raison de sa longévité, le système d'irrigation de Dujiangyan est devenu un cas d'étude mondial de l'ingénierie hydraulique qui a continuellement démontré un niveau d'harmonie entre l'homme et la nature.

Dujiangyan, pont suspendu d'Anlan, Sichuan, irrigation
Le pont suspendu d'Anlan, long de 261 mètres, est l'un des cinq derniers grands ponts de la Chine ancienne. On y jouit d'un panorama exceptionnel sur le magistral système d'irrigation de Dujiangyan.

Bien que la technologie et les outils modernes se soient considérablement améliorés depuis les temps anciens, les méthodes utilisées pour construire le système d'irrigation de Dujiangyan continuent d'être une référence très précieuse pour les projets modernes de détournement de l'eau et d'irrigation.

Dujiangyan, désormais inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO, est admiré par les scientifiques du monde entier, en raison d'une caractéristique. Contrairement aux barrages contemporains où l'eau est bloquée par un énorme mur, Dujiangyan laisse toujours l'eau passer naturellement, ce qui permet aux écosystèmes de vivre en harmonie.

x
Que voulez-vous savoir sur la Chine ?