Empire chinois : plus de 4000 ans d'histoire et de dynasties

Empire chinois : plus de 4000 ans d'histoire et de dynasties

L'histoire de la Chine et de sa civilisation trouve son origine dans les petites populations qui se sont installées le long des vallées du fleuve Jaune et du Yangtsé, considéré comme le berceau de la civilisation chinoise. C'est de là que l'activité agricole s'est développée, que les premières villes chinoises se sont formées, que les premières sociétés ont commencé à s'organiser, et les premières dynasties sont apparues.

Les grandes dynasties de la Chine ancienne

L'histoire chinoise, qui remonte à plus de 5 000 ans, est extraordinairement riche, complexe et potentiellement déroutante. Heureusement, la compréhension d'au moins sa chronologie de base et de certains des événements les plus remarquables sont quelque peu facilités par son ancien système de dynasties.

Que représentent les dynasties chinoises ?

Les dynasties sont l'un des éléments les plus importants de la formation des empires chinois. Le terme dynastie désigne une succession de souverains issus du même clan familial. Lorsqu'une dynastie était renversée, une nouvelle prenait sa place ou la Chine était divisée en différents États. Si certaines dynasties ont persisté pendant des siècles, d'autres n'ont duré que quelques décennies.

Au cours de la longue période de l'histoire chinoise, chaque dynastie se distingue à la fois par son nom et par l'impact des individus, des influences extérieures et des avancées technologiques sur tous les aspects de sa culture : économique, politique, artistique et religieuse.

Chaque dynastie contient suffisamment d'histoire pour durer toute une vie. Ces dynasties ont été maintenues ensemble par l'une des idées les plus influentes de la pensée, connue sous le nom de confucianisme. Le confucianisme est notamment fondé sur les principes du Mandat du Ciel, ou Mandat Céleste.

Le mandat du ciel, ou le droit de régner accordé à l'empereur
Le Mandat du Ciel était la source divine du droit de gouverner. La force divine choisissait un individu en particulier pour régner en son nom sur la terre.

Même s'il y avait des divinités avant le confucianisme, l'idée du Ciel était un concept étranger. Le ciel conférait directement à un empereur (le fils du ciel), le droit de régner. Dans la pensée confucéenne chinoise, la poursuite du mandat était conditionnée par le comportement personnel du souverain. Si son règne devenait tyrannique, il avait non seulement perdu son droit de régner mais devait être écarté par la révolution.

Le confucianisme joue encore aujourd'hui un rôle majeur dans la société chinoise, et se retrouve dans presque tous les aspects de la vie.

Premiers rois et premières dynasties pré-impériales

L'histoire de la Chine est intimement liée à ses grands fleuves, notamment la vallée du Yangtzi au sud et le fleuve Jaune au nord. Même à l'époque néolithique, les plaines fertiles qui entourent ces fleuves pouvaient abriter d'importantes populations. Avec le passage d'un mode de vie nomade à un mode de vie sédentaire, la population a vécu dans des villages, s'appuyant la pêche, la chasse et l'agriculture pour assurer une croissance de la population.

Les anciens Chinois ne connaissaient pas le concept de « nation » et les frontières nationales n'étaient que rarement définies de façon permanente. « Toutes les terres sont sous la surveillance du Ciel » était un principe de base des dynasties qui n'ont unifié la Chine en tant que nation que bien plus tard.

Une certaine organisation commence à se mettre en place au sein de ces cultures de l'âge de pierre : système administratif, construction de maisons, artisanat, et une sorte de culte des ancêtres.

Mais ces premiers peuples étaient extrêmement vulnérables aux crues des deux grands fleuves ; plusieurs milliers de personnes pouvaient mourir d'une inondation inattendue.

Dynasties pré-impériables chinoises, entre mythes et réalités
La période pré-impériale de l'empire chinois remonte à des époques très éloignées où il n'existait aucun système écrit, à l'exception des mythologies et légendes dominantes. La civilisation chinoise débute, le long du fleuve Jaune, et va se répandre progressivement vers d'autres régions de la Chine jusqu’à ce que la culture de l'Age de Bronze atteigne son apogée. Puis, alors que que la Chine s'agrandit en territoire et en population, vont émerger les philosophies traditionnelles telles que le confucianisme et le taoïsme.
C'est l'époque des premiers royaumes fondés par des groupes familiaux puissants. Une période instable faite de luttes de pouvoir entre les différents clans.
La dynastie des Xia, première des dynasties chinoises
L'histoire de la dynastie Xia mélange la réalité et le mythe, les historiens la considérant comme réelle alors que d'autres pensent qu'elle n'était rien d'autre qu'une légende.
La dynastie Shang et l'Empire de l'âge de bronze
La stabilité du pays pendant la dynastie Shang a conduit à de nombreuses avancées culturelles telles que la fonte industrialisée du bronze, le calendrier, les rituels religieux et l'écriture.
La dynastie Zhou et son impact sur la culture chinoise
Au cours de cette période, tous les éléments clés de la civilisation chinoise ultérieure ont fait leur apparition, notamment le confucianisme et le taoïsme.
Les royaumes combattants et l'unification de la Chine
Pendant près de trois siècles, les États chinois rivaux se sont battus avec acharnement pour obtenir la domination, jetant les bases de la Chine impériale.

Au 5e siècle avant notre ère, la dynastie des Zhou s'effondre et se fragmente en près de 100 petits états qui revendiquent leur indépendance et s'affrontent pour le pouvoir. Progressivement, et à force de conquêtes, ces états se consolident en 7 grands royaumes.

Ces royaumes ayant développé des identités culturelles indépendantes sont empêtrés dans des guerres quasi-constantes les uns avec les autres.

Réunification de la Chine et début de l'ère impériale

L'État de Qin, sous l'empereur Qin Shi Huang, est sorti de plusieurs siècles de chaos et est considéré comme le premier dirigeant d'une Chine unifiée. La dynastie Qin n'a duré que 15 ans, de 221 à 206 avant JC, mais elle a été une période importante de l'histoire chinoise. C'était une période d'unification, durant laquelle les territoires entourant la Chine ont été placés sous la domination chinoise.

Parmi de nombreux autres projets durant son règne, Qin Shi Huang a ordonné la construction de grandes portions de la Grande Muraille de Chine, a construit un grand canal reliant le nord et le sud du pays et a construit un impressionnant tombeau protégé par une armée en terre cuite. Mais sa dynastie ne durera pas longtemps, si bien qu'après la mort de Qin Shi Huang l'Empire est tombé dans la révolte et le chaos.

Dynasties impériables chinoises et les grandes unifications
L'ère impériale de l'empire chinois commence en 221 avant JC lors de l'unification de la Chine sous le règne des Qin et s'étendra sur plus de 2000 ans. Cette période constitue l'essentiel de l'histoire chinoise avec un cycle récurrent de prise de pouvoir et de chute des dynasties, des périodes de paix et de prospérité, d'autres faites de rébellions et de conquêtes. L'ère impériale se terminera en 1912 avec la chute de la dynastie Qing qui marquera le début de l'ère républicaine.
Cette période commence avec la réunification de la Chine par les Qin, verra nombre de prises de pouvoir, et se terminera avec la chute des Qing en 1912.
La dynastie Han et le premier âge d'or de la Chine
La dynastie Han est connue pour l'unification et l'expansion du royaume chinois, mais également comme une ère de progrès culturels et technologiques.
La Dynastie Tang et la civilisation chinoise à son apogée
Ce fut un âge d'or de réformes et de progrès culturels, qui ont jeté les bases de politiques qui sont encore observées en Chine aujourd'hui.
La Dynastie Song et la période de la renaissance chinoise
La dynastie des Song est une période marquée par les progrès de la technologie, des inventions et de nouveaux concepts économiques révolutionnaires.
La dynastie Ming et le troisième âge d'or de la Chine
Pendant les 276 ans de son règne, la Chine était la plus grande économie mondiale, de part son importante superficie et sa population plus instruite.

Les mêmes États belligérants qui avaient été unifiés surgirent et la Chine du faire face à de nombreux affrontements jusqu'à ce qu'elle soit à nouveau unifiée sous la dynastie Han. Les Han (206 avant JC à 220 après JC) étaient des contemporains de l'Empire romain et exportaient des quantités massives de soie par le biais de ce qui allait devenir la Route de la Soie. Et cela était si rentable qu'ils étendirent l'Empire vers l'ouest pour contrôler cette route commerciale vitale.

L'ère est Han est considéré comme le premier âge d'or de la Chine et cette période a vu de nombreux progrès scientifiques.

Mais l'Empire Han s'est finalement divisé en trois, chaque territoire ayant un empereur revendiquant la succession légitime des Han.

Durant les 300 années suivantes, entre 220 et 589 après JC, aucune grande dynastique ne s'est établie en Chine. Les trois royaumes furent l'une des périodes les plus sanglantes de l'histoire chinoise, et le pays été fortement marqué par la violence des campagnes militaires. La région s'est ensuite scindée en territoires du Nord et du Sud.

En 581 de notre ère, la courte dynastie Sui a unifié les territoires du Nord et du Sud et ont réinstallé la domination des Chinois de l'ethnie Han. Ils ont également entamé un processus d'intégration culturel des barbares ayant émigré en Chine pendant les siècles de chaos.

La dynastie Tang lui a succédé en 618 et a largement hérité de ses fondements. Cette dynastie est souvent considérée comme le zénith de la civilisation chinoise et constitue le deuxième âge d'or. Cette période a été marquée par une stabilité interne, des progrès scientifique et un raffinement culturel.

C'est à cette époque que la culture chinoise se répand dans toute l'Asie, alimentée par de nombreux marchands, artisans et philosophes des royaumes environnants qui sont accueillis dans les cours tout au long de la période Tang.

Toutes les bonnes choses ont une fin, et il en fut de même pour les Tang.

Après une rébellion de 10 ans, le dernier dirigeant Tang a été destitué en 907, mettant fin à la dynastie et plongeant à nouveau le pays dans une période de chaos, celle de royaumes éphémères qui se sont levés et sont tombés au cours des 50 années suivantes.

Cette époque faite de luttes pour le pouvoir, a pris fin en 960 lorsque la dynastie Song réussi a unifier à nouveau la Chine. Cette dynastie a été marquante par ses réalisations technologiques, notamment la boussole magnétique, la poudre à canon et l'impression de masse qui a notamment servie pour créer la première monnaie nationale en papier au monde.

Mais ce siècle des lumières va rapidement prendre fin avec l'invasion des mongols et l'établissement en 1271 de la dynastie Yuan par le petit-fils de Gengis Khan : Kublai Khan.

Pour la première fois, toute la route de la soie reliant la Chine à l'Europe était dirigée par une seule puissance ; la dynastie des Yuan est également marquée par une grande diversité culturelle et l'afflux de biens marchands arrivant en Chine.

La dynastie mongole sera cependant de courte durée et sera supplantée par la dynastie Ming en 1368. Cette dynastie est considérée comme une époque prospère et un point culminant pour l'art et la littérature. La Cité Interdite a été construite et la Grande Muraille a été agrandie pour pour préserver les frontières qui s'effritent. L'invasion des forces mandchoues a finalement mis fin à la dynastie Ming en 1644.

Les derniers empereurs

La dernière dynastie chinoise a commencé comme un âge d'or, étendant les territoires de son empire. À cette époque, la Chine avait atteint le sommet de sa puissance et de sa prospérité. Mais cette note positive s'est progressivement transformée en désastre.

Les Qing, dernière dynastie chinoise et fin du système impérial
Cette dynastie a émergé en Mandchourie, dans le nord de la Chine, et a pris le contrôle de Pékin en 1644 avec la chute de la dynastie Ming.

La cute de cette dynastie a d'abord été déclenchée par l'obsession britannique pour le thé, qu'ils aimaient boire, mais pour lequel ils détestaient voir leur stock d'argent, tonne après tonne, alimenter les caisses de la Chine. Ils ont donc trouvé une solution, une solution qui marquera à jamais l'histoire de la Chine.

Les britanniques inondaient illégalement la Chine d'opium, et lorsque les Qin ont mis un frein à ce commerce de l'opium britannique, les Britanniques sont entrés en guerre pour s'assurer que l'opium continue à affluer en Chine. C'est le début des guerres de l'opium et d'une période que l'on qualifie comme le siècle d'humiliation par les occidentaux.

La Chine a ensuite stagné et s'est fermée autant que possible à l'Occident. En 1911, le dernier empereur de Chine a été destitué du trône dans le cadre d'un accord conclu par les conseillers du jeune empereur, mettant ainsi fin non seulement à la dynastie Qing, mais aussi à la période dynastique qui s'étend sur près de 4000 ans.

La Chine impériale a été remplacée par la République de Chine, puis par la République Populaire de Chine.

La Route de la Soie, un développement du commerce et de la culture

La Route de la Soie est en fait un ensemble de routes qui partent de l'Empire romain et traversent les steppes, les montagnes et les déserts de l'Asie centrale et de l'Inde pour rejoindre la Chine.

Elle était nommée ainsi parce que l'un des principaux produits commercialisés était le tissu de soie provenant de Chine. Dans toute l'Asie et l'Europe, les gens appréciaient la soie chinoise pour sa douceur et son luxe. Les Chinois ont vendu de la soie pendant des milliers d'années et même les Romains ont appelé la Chine le « pays de la soie ».

Les routes de la soie, l'ancienne voie commerciale vers la Chine
Cette ancienne route commerciale reliait l'occident à l'Asie. Elle était une voie de communication majeure pour le commerce avec la Chine.

Le commerce de la soie a été considérablement développé et promu par la dynastie Han, et il atteindra son apogée sous la dynastie des Yuan établie par Kublai Khan. Pendant cette période, les Mongols contrôlaient une partie importante de la route commerciale, ce qui permettait aux marchands chinois de voyager en toute sécurité. Les marchands se sont également vu accorder un statut social plus important pendant la domination mongole.

Outre la soie, les Chinois exportaient également du thés, du sel, du sucre, de la porcelaine et des épices. La plupart des produits échangés étaient des produits de luxe coûteux car le voyage était long et les marchands n'avaient pas beaucoup de place pour les marchandises.

La route de la soie était importante parce qu'elle a contribué à générer des échanges et du commerce entre un certain nombre de royaumes et d'empires différents. Cela a permis aux idées, à la culture, aux inventions et aux produits uniques de se répandre dans une grande partie du monde sédentaire.

Le Système Tributaire et les relations diplomatiques en Asie de l'Est

Le système tributaire était la forme de conduite des relations diplomatiques et commerciales avec la Chine avant la chute de la dynastie Qing en 1911. Ce système impliquait des échanges de cadeaux entre les souverains étrangers et l'empereur chinois. Il a atteint son apogée sous la dynastie Ming, couvrant plus d'une douzaine de petits voisins.

Ce qui a joué un rôle central dans l'attraction des pays de la région pour le système chinois n'était pas la puissance économique ou militaire, mais l'attrait commercial et civilisationnel.

Le système tributaire chinois et son engagement pacifique
Ce système politique et diplomatique a existé en Asie de l'Est jusqu'à la fin du 19e siècle, avec l'Empire Chinois comme noyau principal.

Selon la pratique habituelle, les étrangers étaient autorisés à établir des échanges commerciaux et des contacts avec la Chine à condition que leur dirigeant ou ses émissaires rendent personnellement hommage à l'empereur sous la forme d'un échange de tribut.

Lors de la présentation de l'hommage, généralement des marchandises, les étrangers devaient reconnaitre la supériorité de la civilisation chinoise. En retour, l'Empereur offrait un tribut de plus grande importance.

Les étrangers étaient gagnants car les cadeaux en retour des Chinois étaient toujours généreux et représentaient le meilleur de ce qu'une civilisation avancée pouvait offrir.

Ces échanges étaient souvent la condition préalable à d'autres relations commerciales et politiques. Les pays participants au système tributaire qui envoyaient régulièrement des missions pour rendre hommage à la Chine étaient récompensés en conséquence par les autorités chinoises et pouvaient commercer librement à Pékin.

Les donateurs de tribus venaient de pays qui restaient indépendants, la Chine ne faisait jamais d'ingérence dans leurs affaires quotidiennes, et demandait simplement reconnaitre la légitimité de l'Empereur. En ce sens, le système est un engagement pacifique ; le système tributaire chinois des dynasties Ming et Qing a apporté cinq siècles de paix et de stabilité dans la région.

Les grands projets de la Chine ancienne

La riche histoire de plus de 5,000 ans des travaux de construction, qui se sont étendus sur plusieurs dynasties constituent une composante importante de l'histoire chinoise, ne peut pas être ignorée. Ces travaux se sont souvent étendus sur des générations ou des dynasties entières, chacune améliorant ce qu'avait fait ses prédécesseurs.

Les grands projets de la Chine ancienne
Les grands projets menés pendant les grands empires de la Chine ancienne ont pleinement démontré la sagesse et les capacités des anciens Chinois. De la grande muraille à la cité interdite en passant par le grand canal, les rizières en terrasse ou les projets d'irrigation, ces super projets profitent encore à l'humanité d'aujourd'hui !
Grande muraille, cité interdite, grand canal, irrigation, rizières : ces projets ont bénéficié à la civilisation chinoise pendant des centaines d'années.
Comment les anciens Chinois ont construit la Grande Muraille ?
C'est l'une des structures les plus célèbres du monde entier. Pendant plus de 2000 ans, elle a été construite et étendue pour protéger l'empire chinois des invasions.
Histoire de la construction de la Cité Interdite
Construite à partir de 1406 par la dynastie Ming, un million de travailleurs auront été nécessaires pour le plus grand ensemble architectural de Chine.
Grand Canal Pékin-Hangzhou, le plus ancien canal du monde
Construit par tronçons dès le 5e siècle avant JC., il fut conçu comme un moyen de communication unifié de l’Empire sous la dynastie Sui au 7e siècle.
Pourquoi les chinois ont construit des rizières en terrasse ?
Leur construction remonte à l'Antiquité et elles ont permis aux agriculteurs chinois de cultiver le riz sur des terres en pente, vallonnées et montagneuses.

Depuis les temps les plus reculés, les paysans constituent la véritable armature de la nation. Cultivant essentiellement le blé au nord et le riz au sud, ce sont leurs travaux au fil des jours qui nourrissent les villes, les empereurs et les soldats du pays.

L’eau a toujours été un grand défi : sécheresses catastrophiques et inondations dramatiques obligent à développer une irrigation performante, permettant de rendre les régions agricoles plus productives tout en permettant de faire face aux crues.

De grands canaux ont également été construits pour acheminer plus facilement nourriture, matières premières et soldats qui devaient continuellement protéger le peuple chinois contre les envahisseurs. C'est d'ailleurs dans un souci de protection que la Grande Muraille a été construite pour se protéger des rudes nomades du nord, toujours prêts à fondre sur les richesses de la Chine.

Il a fallu près d'un million d'ouvriers pendant 14 ans pour construire la Cité interdite à une vitesse vertigineuse. Au début du 15e siècle, les Mongols menaçaient à nouveau la frontière du nord, la capitale de l'empire a été déplacée à Pékin par les Ming pour être mieux faire face à toute menace étrangère. La dynastie suivante a encore agrandi ce gigantesque palais impérial. De 1420 à aujourd'hui, la Cité Interdite est restée le plus grand complexe de palais du monde. C'est presque 600 ans de gloire ininterrompue.

Les chinois anciens, ces grands inventeurs

Depuis l'Antiquité, il existe des dizaines d'autres inventions remarquables qui ont facilité la vie des gens dans le monde entier. Dans l'histoire chinoise, il existe quatre grandes inventions : le papier, la technologie de l'impression, la boussole et la poudre à canon.

Les 4 grandes inventions chinoises qui ont changé le monde
A l'époque où l'Europe était encore au Moyen Âge, la Chine avait déjà inventé un grand nombre de choses qui font partie de notre monde moderne. Pourtant elle n'a pa su en tirer le profit qui aurait pu la propulser au premier rang mondial dans les domaines économiques ou militaires. Pendant des siècles, ces réalisations qui sont la preuve d'une réelle inventivité chinoise, furent occultées ou oubliées. Ce pan entier de l'histoire de l'empire chinois illustre la conception que les chinois ont de leur pays : l'Empire du Milieu, le centre du monde, n'ayant nullement besoin des autres.
Nombre des grandes inventions de l'histoire de l'humanité ont été réalisées pour la première fois en Chine, même si certaines furent occultées ou oubliées.
Comment les Chinois ont inventé le papier il y a 2000 ans ?
Cette invention a grandement contribué au développement de la civilisation car les enseignements et les philosophies pouvaient facilement être transmis.
Invention de l'imprimerie par les chinois
L'impression par gravure sur planche de bois, puis par caractères mobiles, a été inventée des centaines d'années avant Gutenberg en Europe.
Invention de la boussole
Utilisée pour l'aménagement des villes, elle est devenue très importante pour les cartographes et la navigation, afin de déterminer la bonne direction.
Invention de la poudre à canon
Inventée par des chimistes cherchant l'élixir d'immortalité, elle a été ensuite utilisée pour des feux d'artifice à des fins militaire, bombes et canons.
x
Que voulez-vous savoir sur la Chine ?